415e Escadron

Insigne de l’Escadron

Signification de l'insigne de l’escadron  : Espadon frappant sa proie.

Aéronef

Devise

DROIT AU BUT

Le 415e Escadron a été rétabli le 5 juin 2015, à la suite de la fusion de l’Unité maritime d’essais et d’évaluation et du 14e Escadron de génie logiciel. Sa mission est de contribuer au développement et à l’optimisation des capacités de commandement, de contrôle, de renseignement, de surveillance et de reconnaissance de la force de patrouille à long rayon d’action de l’Aviation royale canadienne (ARC) par la prestation de services d’essai opérationnel et d’évaluation (EOE), d’élaboration de tactiques et de soutien à l’intégration de systèmes et de logiciels. Pour accomplir ce mandat, le 415e Escadron se compose d’un personnel navigant expérimenté, d’ingénieurs, de spécialistes en intégration logicielle et d’analystes de données. Les ressources de l’unité incluent de l’équipement d’analyse et de traitement des données, des laboratoires de soutien des projets et toute une gamme d’appareils électroniques spécialisés.

L’Escadron est l’agent d’EOE de l’ARC pour l’aéronef CP-140M Aurora LRP, ainsi que les systèmes de formation et de soutien à la mission des CP-140M. À ce titre, il voit à mener des essais qui permettent de vérifier l’efficacité et la viabilité opérationnelles des systèmes et logiciels, nouveaux ou mis à niveau, ou des systèmes actuels utilisés à de nouvelles fins. Pour ce faire, l’Escadron voit à évaluer les publications, la formation, la maintenabilité de l’équipement et la capacité d’utiliser l’équipement dans un environnement opérationnel. Il est également responsable de l’élaboration et de l’évaluation de nouvelles tactiques. Les membres du personnel de liaison et d’acceptation opérationnelles du 415e Escadron, ainsi que ses spécialistes de l’intégration logicielle très expérimentés, assurent la validation et la vérification indépendantes des logiciels du CP-140M et des systèmes au sol.

L’Escadron fait partie intégrante du Projet de modernisation progressive de l’Aurora (PMPA). Ce projet a permis d’effectuer une mise à niveau des instruments de navigation, de communication et de vol, et on est à commencer la mise à niveau des capteurs de mission et de l’ordinateur de mission. Les améliorations des blocs 2 et 3 du PMPA ont radicalement amélioré l’intégration matérielle-logicielle à bord du CP-140 et le potentiel de mission de la plateforme. Le vol d’EOE de l’Escadron, effectué pour le compte du Centre d’essais techniques (Aérospatiale) (CETA), a permis de mener des essais d’acceptation de la version de production du tout nouveau aéronef amélioré; l’Escadron effectue également des essais d’acceptation des aéronefs ayant fait l’objet d’une réparation et d’une inspection de troisième échelon par un tiers.

Compte tenu de l’expérience de ses membres, le 415e Escadron est également sollicité pour donner des conseils d’expert opérationnel et technique aux promoteurs tout au long des diverses phases des projets de mise à niveau en cours ou à venir. Pour ce faire, il voit à coordonner les exigences opérationnelles, les évaluations en cours d’élaboration, les évaluations pour achat et mise à l’essai, le soutien à l’élaboration des directives d’installation et toute autre contribution spécialisée nécessaire. Dans l’ensemble, les membres de l’Escadron mettent leur vaste expertise au profit de nombreuses initiatives de l’ARC visant à améliorer les capacités et la polyvalence du CP-140M.

Historique

Le 415e Escadron a été formé le 20 août 1941 à la base de la Royal Air Force (RAF) de Thorney Island, située sur le littoral sud de l’Angleterre, en tant que tout premier escadron de bombardiers torpilleurs du Canada. Sous le commandement du lieutenant-colonel d’aviation E. L. « Wally » Wurtele, l’Escadron a effectué son tout premier entraînement à bord d’un Bristol Beaufort; en octobre, il a commencé à servir d’unité d’entraînement opérationnel pour les équipages de reconnaissance générale et de bombardiers torpilleurs. Au début de 1942, le 415e Escadron (bombardiers torpilleurs) s’est converti au Handley Page Hampden puis, le 21 avril 1942, a mené sa toute première mission opérationnelle du commandement de l’aviation côtière. Au cours des deux années suivantes, l’Escadron a effectué des patrouilles anti-sous-marines et de surveillance de la navigation dans la Manche et le golfe de Gascogne. 

Le 23 janvier 1943, l’insigne officiel de l’Escadron dépeignant un espadon frappant sa proie avec la devise Ad Metam (Droit au but) a été approuvé par le roi George VI. En septembre de la même année, l’Escadron a fait l’objet d’un changement complet d’aéronefs lorsque des Vickers Wellington et des biplans Fairey Albacore ont remplacé les Hampden. Les Albacore ont été les seuls biplans qui ont pris part à des combats au sein de l’ARC durant la Deuxième Guerre mondiale, et le 415e Escadron était la seule unité canadienne à les utiliser. Les deux aéronefs étaient très efficaces contre les S‑boote allemands (embarcation d’attaque rapide, comme la classe S-100) : les Wellington servaient à repérer les S- boote, et les Albacore étaient déployés pour les attaquer.

Le 12 juillet 1944, le 415e Escadron a été officiellement transféré du 16e Groupe du commandement côtier au 6e Groupe de force de bombardement (ARC). Nouvellement doté de Handley Page Halifax et partant de la base d’East Moor de l’ARC dans le Yorkshire, il a effectué sa toute première mission de bombardement sur Hambourg, en Allemagne, durant la nuit du 28 juillet 1944. Le 415e Escadron a effectué plus de 100 missions de bombardement avant d’être démantelé le 15 mai 1945, après sa toute dernière mission opérationnelle le 25 avril. Pendant la guerre, l’Escadron a perdu plus de 200 membres représentant la Royal Air Force, la Royal Air Force Volunteer Reserve et la Royal New Zealand Air Force, en plus de l’Aviation royale canadienne. Malheureusement, on ignore ce qu’il est advenu de ces nombreux disparus; leurs noms sont inscrits sur le Mémorial des Forces aériennes de Runnymede, en Angleterre.

            Le 1er juin 1961, le 415e Escadron a été rétabli en tant qu’escadron de patrouille maritime sous le commandement du lieutenant-colonel d’aviation S. S. « Sid » Mitchell à la base de l’ARC de Summerside (Î.-P.-É.) et doté de CP-107 Argus de Canadair. Toujours fier et prêt à mener, l’Escadron n’a pas perdu de temps à établir un record canadien d’endurance avec l’Argus le 26 juillet 1961, soit 30 heures et 20 minutes de vol sans arrêt. Pendant les vingt ans passés à la base de Summerside, le 415e Escadron a mené diverses missions, notamment des patrouilles de lutte anti‑sous‑marine et de surveillance des pêches, de la pollution et de la souveraineté du Nord, à partir d’un nombre de plus en plus grand de sites de déploiement. En 1964, il a assumé des fonctions de recherche et de sauvetage pour le Commandement aéronaval.

            L’écrasement tragique de l’Argus 737 est survenu le 31 mars 1977. L’aéronef rentrait à la base après une mission de recherche et de sauvetage avec seulement trois moteurs en marche. Alors qu’il effectuait une approche prudente, il a connu d’autres problèmes indéterminés et s’est écrasé, causant la mort du caporal-chef AI Senez, du sergent Ralph Arsenault et du major Ross Hawkes.

En 1981, tous les escadrons de patrouille maritime se sont convertis au CP-140 Aurora de Lockheed et tous les escadrons de CP-140 de la côte est ont été regroupés à la Base des Forces canadiennes (BFC) Greenwood. Dans l’après-midi du 24 juillet 1981, l’Argus 736, dont l’indicatif d’appel est « Sidney 02 », a décollé de la piste 13 de Greenwood, a volé en cercle, puis effectué un défilé aérien en survolant l’avion sentinelle du Musée de Greenwood. Le défilé soulignait trois événements importants : l’arrivée du 415e Escadron à Greenwood, sa cérémonie de passation de commandement changement, au cours de laquelle le lieutenant-colonel G. Van Boeschoten a pris la relève du lieutenant-colonel H.A. Johansen, ainsi que le tout dernier vol officiel de l’Argus dans les Forces canadiennes. Le 10 février 1982, l’Argus 742, maintenant propriété de l’État, était amené par les membres d’équipage Swordfish de la BFC Summerside à Rockcliffe, en Ontario, au Musée de l’aviation du Canada à Ottawa pour y occuper une place d’honneur.

En 1982, l’Escadron a reçu son étendard en reconnaissance de 25 années de loyaux services à l’État et à la population du Canada. Les drapeaux ont été présentés à l’Escadron au nom de la Reine le 25 septembre par l’honorable John E. Shaffer, lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse. Les inscriptions au drapeau qui y sont blasonnées sont : Atlantique, 1942; Manche et Mer du Nord, 1942-1944; Gascogne, 1942-1943; Normandie, 1944; France et Allemagne, 1944-1945; Ruhr, 1944-1945; Ports allemands, 1944-1945; et Rhin.

            L’invasion du Koweït par l’Iraq en 1990 avait incité le Canada à envoyer un groupe opérationnel naval pour faire respecter les résolutions des Nations Unies. Le 415e Escadron a été chargé d’appuyer ce groupe opérationnel durant la phase préparatoire en transit entre Halifax et la Méditerranée. Des Aurora ont contribué aux capacités d’autodéfense du groupe opérationnel canadien et assuré la surveillance de surface. En 1993, dans le cadre de l’opération SHARP GUARD, des équipages du 415e Escadron se sont rendus à Sigonella, en Sicile, où ils ont mené des patrouilles de surveillance dans l’Adriatique en appui à l’embargo sur les armes mis sur pied par les Nations Unies contre l’ancienne république de Yougoslavie. L’Escadron a aussi pris part à l’opération ASSISTANCE, visant à fournir de l’assistance humanitaire aux gens du Manitoba durant la grande inondation de 1997.

            Tout au long des années 1980 et 1990, l’entraînement à la guerre anti-sous-marine et les patrouilles anti-sous-marines sont demeurés le point central du 415e Escadron. La fin de la guerre froide et l’avènement de nouvelles menaces asymétriques ont amené la flotte d’Aurora à participer de plus en plus à des missions terrestres; pour adapter la flotte de CP-140 à cette nouvelle réalité, tous les escadrons de CP-140 ont été renommés « escadrons de patrouille à long rayon d’action » (PLRA). Les Swordfish, comme les autres escadrons PLRA, ont participé activement à l’opération APOLLO et déployé des équipages dans la région de la mer d’Oman à l’appui de la « campagne de lutte contre le terrorisme » menée par les États-Unis à la suite des événements du 11 septembre 2001. Les deux premiers équipages se sont relayés dans le cadre de déploiements d’une durée de six mois. Ils se sont ensuite relayés tous les 56 jours pour le reste de l’opération. La participation des CP-140 à l’opération APOLLO s’est terminée en juillet 2003.  

À la suite de l’opération APOLLO, la flotte PLRA a adopté, sous la direction du quartier général de la 1re Division aérienne du Canada, une posture d’avant-garde pour d’éventuelles missions futures. Le 415e Escadron a été la première unité choisie pour assurer cette posture d’avant-garde, ce qu’il a fait du 1er avril au 30 septembre 2004, en maintenant une disponibilité opérationnelle élevée pour se déployer rapidement partout dans le monde. En septembre 2004, au moment où il terminait son rôle de posture d’avant-garde, l’Escadron a été appelé à soutenir les unités navales de l’OTAN présentes en Méditerranée dans le cadre de l’opération ACTIVE ENDEAVOUR; sa mission était de prévenir, surveiller et intercepter toute menace terroriste potentielle dans la Méditerranée; de défendre les pays membres de l’OTAN contre les terroristes frappant en mer, et de démontrer une détermination et une présence dans la campagne contre le terrorisme. À la mi-octobre, un équipage et du personnel de soutien du 415e Escadron, ainsi que des techniciens et membres du personnel navigant des 14e et 19e Escadres (Comox), étaient sur le théâtre des opérations et prenaient part à l’opération SIRIUS en effectuant des missions à Sigonella. Peu de temps après, soit le 29 juillet 2005, le 415e Escadron a été mis au rencart pour la seconde fois.

En 2015, il a été décidé de fusionner les capacités et l’expertise du 14e Escadron de génie logiciel et de l’Unité maritime d’essais et d’évaluation en une seule unité, ce qui permettrait d’optimiser l’apport des opérateurs et des ingénieurs de première ligne à l’élaboration continue de la plateforme, ainsi que des systèmes de soutien à la mission et à l’entraînement qui s’y rattachent. On aurait ainsi une approche plus holistique et plus efficace pour gérer les complexités matérielles et logicielles et tirer pleinement profit du vaste potentiel de l’Aurora amélioré dans le cadre du PMPA, maintenant appelé CP-140M. C’est ainsi, après une absence de 10 ans, que le 415e Escadron et les Swordfish ont été remis sur pied une autre fois pour servir fièrement le gouvernement et la population du Canada.

Pour souligner le 75e anniversaire de la création de l’Escadron, les Swordfish se joindront au 404e Escadron (Buffalo), au 405e Escadron (Eagle) et au 413e Escadron (Tusker) en 2016 au sein du 14e Escadre Greenwood pour célébrer ensemble leur anniversaire.

Nos coordonnées

415e Escadron de patrouille maritime à long rayon d’action
14e Escadre Greenwood
Case postale 5000, succursale Main
Greenwood (N.-É.)  B0P 1N0