16e Escadre Borden

 La 16e Escadre fut originalement formée comme étant une Escadre opérationnelle de l'Aviation Royale du Canada (Réserve) à Hamilton, le 1er octobre 1950. Son rôle était de gérer et de contrôler le 424e Escadron. L'année suivante, le 1er août 1951, l'escadron fut renommé la 16e Escadre (Réserve); exactement un mois après, l'escadre fut renommée comme étant la 16e Escadre (Auxiliaire) et garda ce titre jusqu'au moment de sa dissolution, le 1er avril 1964. Plus récemment, la 16e Escadre fut reformée à St-Jean (Québec) le 1er avril 1993, peu de temps après son affectation au Commandement aérien. Puisque qu'elle ne possédait aucun aéronef, la 16e Escadre était supposée devenir un des deux centres d'entraînement du Commandement aérien. Par contre, la Revue des effectifs de la Défense 1994 affecta St-Jean au Commandement des Forces terrestres et la Base des Forces canadiennes (BFC) Borden fut subséquemment sélectionnée par le Commandant du Commandement aérien comme étant le meilleur emplacement pour le deuxième centre d'entraînement et la nouvelle base de la 16e Escadre.

Borden est le choix le plus logique pour le nouveau centre d'entraînement du Commandement aérien. Non seulement est-elle la base de la plus grosse unité d'entraînement du Commandement aérien, l'École de technologie et du génie aérospatial des Forces canadiennes (ETGAFC), mais elle est aussi considérée comme étant le lieu de naissance de l'ARC.Ouverte comme étant une école d'entraînement aérien en 1917, sept ans avant la formation de l'ARC, Borden fonctionna constamment à travers la guerre, la paix, la dépression, la guerre et encore une fois la paix, comme étant un centre d'entraînement des Forces aériennes. Bien que l'entraînement de l'équipage ait été le premier rôle de la nouvelle base aérienne, l'entraînement des techniciens commença au début des années 1920.Cette activité continua jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale alors que l'entraînement du personnel navigant revint dans le cadre du Plan d'entraînement aérien du Commonwealth britannique. À la fin de la guerre, l'entraînement de l'équipage fut retiré de Borden et des installations et de l'équipement modernes furent acquis pour l'entraînement du génie et celui du support technique.L'entraînement initial de vol retourna à Borden pour une brève durée au cours des années 60, et l'instruction des Contrôleurs du trafic aérien fut également donné sur la base de 1957 jusqu'au moment où l'Unité d'entraînement du contrôle aérien fut déménagée à Cornwall en 1979

En vue de préparer la mise sur pied de la 16e Escadre à la BFC Borden, l’École de formation des chefs subalternes de la Force aérienne déménage de Penhold, en Alberta, à Borden, en juin 1994, et est rebaptisée Centre d’instruction et de perfectionnement professionnel du Commandement aérien (CIPPCA). Le 12 octobre 1994, l’ETGAFC et le CIPPCA accueillent l’École du contrôle de la circulation aérienne des Forces canadiennes (ECCAFC), rebaptisée École des opérations de contrôle aérospatial des Forces canadiennes (EOCAFC) plus tard pour former la 16e Escadre. En 2004, le CIPPCA est rebaptisé École du commandement aérien (École COM AIR), avant d’être renommé École de l’Aviation royale canadienne (École ARC) en 2014. La 16e Escadre regroupe trois unités d’instruction diverses et un quartier général.

Le quartier général de la 16e Escadre, l’ETGAFC et l’École de l’ARC sont situés à Borden, et l’EOCAFC est établie à Cornwall, en Ontario. La 16e Escadre est une formation hébergée à la BFC Borden et relève du commandant de la 2e Division aérienne du Canada.

La 16e Escadre Borden est située à la Base des Forces canadiennes Borden.

En savoir plus sur l'histoire de la 16e Escadre.

Escadrons

Équipement

  • Pas d'aéronefs

Équipe de commandement

Commandant

Colonel Godbout

L'adjudant-chef

L'adjudant-chef Lisa Harvey

Nouvelles de l'escadre

Un homme en uniforme à camouflage debout tient un drapeau fixé sur une hampe d’une main et un fusil militaire de l’autre.

Un militaire de l’ARC remporte le titre de meilleur tireur à une compétition de tir militaire

Le lieutenant Baron Hordo, militaire de l’Aviation royale canadienne, a remporté la Médaille de la reine pour tireur d’élite (Force régulière) lors de la Concentration de tir aux armes légères des Forces armées canadiennes, qui a eu lieu en septembre, à Ottawa.
Le 5 octobre 2018

Un avion monomoteur d’époque à voilure basse vole devant un rideau d’arbres. À l’avant, on voit un drapeau qui flotte.

À la mémoire des héros de la bataille d’Angleterre

On a souligné le 78e anniversaire de la bataille d’Angleterre le 16 septembre 2018, lors d’une cérémonie nationale à Gatineau, au Québec.
Le 1 octobre 2018

Un homme vêtu d’un uniforme militaire parle avec d’autres personnes en uniforme militaire qui se tiennent debout en rangées.

L’ARC souligne le 78e anniversaire de la bataille d’Angleterre

L’Aviation royale canadienne (ARC) a souligné le 78e anniversaire de la bataille d’Angleterre, le 16 septembre, en tenant une cérémonie à l’Aéroport exécutif Gatineau-Ottawa, à Gatineau, au Québec. Du personnel, des anciens combattants et des cadets de l’Aviation royale canadienne, accompagnés de la Musique centrale des Forces canadiennes, ont défilé pour commémorer les sacrifices des Canadiens et des pays alliés pendant cette bataille charnière de la Seconde Guerre mondiale, qui s’est déroulée au-dessus du sud-est de la Grande-Bretagne et de la Manche.
Le 16 septembre 2018

Un petit chasseur monomoteur à hélice sur le gazon.

L’éloge du Hurricane

Durant la bataille épique de l’été 1940 dans le ciel de l’Angleterre, on a fait de nombreuses fois l’éloge – amplement mérité – du « si petit nombre » de chasseurs fuselés Spitfire tout en métal à qui l’on a attribué la défaite de la puissante Luftwaffe. Mais, attendez un peu! Quel est cet autre appareil qui a abattu tous ces bombardiers pendant la bataille d’Angleterre? C’est un aéronef armé plus lent, mais plus manœuvrable et plus stable : le Hawker Hurricane.
Le 14 septembre 2018

Un homme portant un uniforme à camouflage et un casque d’écoute est assis à un ordinateur devant deux écrans dans une pièce sombre.

La collectivité militaire du contrôle aérospatial brille au G7 à Charlevoix

L’espace aérien du territoire souverain d’un pays est plus qu’un bout de ciel. L’accès peut y être restreint, tout comme c’était le cas autour de Charlevoix, au Québec, pendant le G7, les 8 et 9 juin 2018.
Le 12 septembre 2018

Voir d'autres nouvelles

Nos coordonnées

L'officier des affaires publiques de la 16e Escadre
Quartier-général de la 16e Escadre
C.P. 1000, succursale Main
Borden, ON
Canada L0M 1C0

Bureau des affaires publiques

Téléphone : (705) 424-1200 poste 2815
Fax : (705) 423-3385
Courreil : 16-PA@forces.gc.ca