Escadron de soutien technique des télécommunications et des moyens aérospatiaux

L'Escadron de soutien technique des télécommunications et des moyens aérospatiaux (ESTTMA) fournit des services spécialisés de génie, d'instruction et de production dans le domaine de l'aérospatiale et des télécommunications, à l'appui des opérations de la force aérienne à l'échelle mondiale.

Énoncé de vision

Être reconnu comme le centre d’expertise des Forces canadiennes pour le soutien opérationnel et tactique des opérations de la Force aérienne.

Énoncé de mission

Au moyen de l'application adaptée de la technologie, l'ESTTMA appuie les opérations des Forces canadiennes en fournissant des capacités aérospatiales et de commandement, contrôle, communications, informatique, renseignement, surveillance et reconnaissance (C4ISR) de qualité et ce, de façon sécuritaire, réactive et rentable.

Éoliennes

Il arrive parfois que les éoliennes, seules ou regroupées dans un parc d'éoliennes, perturbent de façon négative les systèmes de navigation se trouvant à proximité. Bien que les éoliennes ne transmettent pas des signaux RF, autre que le bruit de fond, ils peuvent brouiller les signaux radars de plusieurs façons; notamment par occultation, réflexion de type miroir, échos parasites ou diffusion du signal. Le radar qui reçoit un tel signal peut perdre des informations critiques d’une cible quelconque (un avion par exemple). Cette cible peut disparaître et réapparaître soudainement dans un autre endroit sur l'écran du radar de l’operateur. L’effet sur les performances, signe l’inquiétude aux opérations des vols en termes de sécurité pour le personnel militaire, civil et aux avions. En plus, les grandes lames rotatives d’éoliennes installées proche d'un aéroport, met à risque les vols à basse altitude et l'approche basse des avions, ainsi que les planeurs et les activités de formation des parachutistes.

Afin d'éviter ces difficultés, nous recommandons de suivre les étapes suivantes dès la mise sur pied d'un projet de parc d'éoliennes.

Étape 1. Le promoteur d'un projet d'éoliennes doit fournir les documents suivants :

  • Cartes de l'emplacement du parc d'éoliennes proposé et de toutes les éoliennes
  • Latitude et longitude (NAD83 ou WGS84) de chaque éolienne ; en format Excel (.xls) en Degré/Minute/Seconde (Formulaire de Soumission d’éolienne)
  • Élévation du sol ou de la base au-dessus du niveau moyen de la mer de chaque éolienne
  • Hauteur de chaque nacelle au-dessus du niveau du sol
  • Diamètre des hélices rotatives
  • Matériau des hélices

Étape 2. Le promoteur communique avec +WindTurbines@forces.gc.ca et soumet les renseignements détaillés ci-haut afin de déterminer si le parc d'éoliennes peut avoir des impacts négatifs sur tout radar à proximité.

Étape 3. S'il est établi qu'une installation pourrait avoir un tel impact, le promoteur et les autorités du Ministère de la Défense nationale entreprendront les études nécessaires et adopteront des mesures d'atténuation non-réglementaires afin de résoudre le litige par un accord satisfaisant pour les deux parties.

Il est très difficile d'établir avec précision si une éolienne ou un parc d'éoliennes proposé pourrait créer ou non un niveau de brouillage inacceptable des radars existants, il est impossible de déterminer si un brouillage inacceptable se produira ou non sans entamer une analyse de l'emplacement en question.

Note : Le processus décrit ci-dessus s’applique précisément aux biens du ministère de la Défense nationale. Cependant, comme les systèmes de navigation aérienne civile sont touchés de façon similaire par les éoliennes, les soumissionnaires devraient communiquer avec le Bureau d’utilisation de terrains de NAV CANADA pour faire évaluer leurs systèmes.

Lignes directrices sur la consultation et les zones d'impact

Le tableau ci-dessous indique les rayons standard des zones autour d'équipements spécifiques qui nécessitent la consultation entre le promoteur potentiel et le Ministère de la Défense nationale.

 

SystèmesLignes directrices sur els zones nécessitant une consultation
Radars de défense aérienne
  1. 80 km (43 MM) d'un contrôle de la circulation Aérienne (ATC) radar de surveillance de zone (ASR);
  2. un rayon de 16 km (10 MM) de tous contrôle de la circulation Aérienne/radar de surveillance secondaire (SSR) de la MDN;
  3. un rayon de 40 km (22 MM) de tous radar d'approche de précision (PAR) de la MDN;
  4. 100 km (54 MM) de tous radar de défense aérienne (DA);
  5. 100 km (54 MM) de la frontière entre le Canada et les Etats-Unis;
  6. 10 km (5 MM) d'une installation militaire; ou
  7. un rayon de 28 km (15 MM) de tous aérodrome de la MDN (procédures d'approche aux instruments / procédures aux instruments en région terminale (TERPS).
Radars de contrôle de la circulation aérienne

 

Nos coordonnées

Radars de défense aérienne militaire et de contrôle de la circulation aérienne :

Wind Turbines
Escadron de soutien technique des télécommunications et des moyens aérospatiaux
8e Escadre Trenton
CP 1000 Succ Forces
ASTRA, Ontario
K0K 3W0
Courriel : +WindTurbines@forces.gc.ca

L’adresse ci-dessus devrait être utilisée seulement pour les demandes d'évaluation technique et l’effet sur les radars du Ministère de Défense national. Toutes les demandes de renseignements généraux du public devraient être adressées au Ministère des Affaires publiques à l'adresse suivante :

Utilisateurs des radios de communication militaire :

Courriel : mario.lavoie2@forces.gc.ca