Profil de courage – Bataille d’Angleterre : Harry Raymond Hamilton

Biographie / Le 9 septembre 2016

Cliquer la photo sous la rubrique « Galerie d’images » pour voir d’autres photos.

Par Shari St. John

85e Escadron, Royal Air Force

Harry Raymond Hamilton – surnommé « Hammy » – naît à Oak Point, Kings Country, au Nouveau-Brunswick, le 15 mai 1917.

Enfant sérieux, il grandit et devient une personne facile à vivre qui est couvent la cible de blagues inoffensives.  Jeune homme, Hamilton devient sous-traitant et effectue le câblage de résidences. Ayant des heures flexibles, Hamilton prend quelques leçons de vol comme passe-temps. Son entraîneur, Fred Hartwick, le félicite souvent en disant qu’il est un pilote « exceptionnel ». Compte tenu de ses connaissances des règles de vol et de son intérêt à participer aux efforts de guerre, Hamilton part en direction de l’Angleterre en 1936, où il obtient une affectation de courte durée au sein de la Royal Air Force (RAF).

Hamilton est d’abord affecté à la 3e École de pilotage à Grantham, le 11 janvier 1937. Cette affectation est le début d’une série d’affectations, puisque Hamilton se joint au 46e Escadron à Digby au mois d’août. Au début de 1940, il fait partie du 611e Escadron, avant d’obtenir sa dernière affectation au 85e Escadron, le 25 mai, comme commandant d’escadrille de l’avion de combat Hurricane Mark 1.

Le 30 juillet, pendant la bataille d’Angleterre, il dirige le vol A pendant une patrouille de convoi au cours de laquelle lui et son ailier poursuivent deux chasseurs allemands Messerschmitt (Me) 110. Pendant que l’un des chasseurs ennemis s’enfuit, l’autre chasseur est abattu, et le jeune Canadien reçoit le mérite d’une demi-victoire. La prochaine rencontre avec des aéronefs ennemis a lieu le 18 août. Au cours d’une série de combats aériens importants, 96 et 50 aéronefs de la Luftwaffe et de la RAF respectivement ont été endommagés ou détruits. À environ 17 h ce jour-là, 12 chasseurs provenant du 85e Escadron se dirigent vers Canterbury, en Angleterre, à la recherche de bombardiers ennemis et de leurs escortes.

Lorsqu’ils trouvent les bombardiers allemands, les pilotes alliés voient deux niveaux de chasseurs allemands en amont. Hamilton et son ailier plongent pour engager la force de bombardiers. Pendant qu’il tire sur un Heinkel (He) 111, son ailier semble entrer en collision avec le bombardier ennemi. Hamilton demeure avec les bombardiers s’éloignant des chasseurs allemands. Choisissant une cible, Ogilvie suit l’avion ennemi jusqu’au niveau de la mer en tirant. Le pilote allemand laisse s’écraser son avion endommagé, et on voit l’équipage embarquer dans un canot pneumatique. Grâce à ses efforts, le pilote canadien a détruit un avion et participé à la destruction d’un autre aéronef.

Le 29 août, Hamilton et les pilotes de onze autres Hurricane sont de nouveau envoyés en mission en fin d’après-midi afin d’intercepter ce que l’on croyait être 18 Heinkel. Toutefois, lorsque le 85e Escadron arrive sur les lieux, il y a environ 700 chasseurs Messerschmitt. Les pilotes alliés constatent qu’ils sont pris au piège, et le commandant d’aviation Peter Townsend est le premier à faire face aux tirs de l’ennemi (le commandant d’aviation deviendra par la suite très connu pour son histoire d’amour avec la princesse Margaret).

Townsend survit aux tirs du premier Me 109, uniquement pour se retrouver avec un autre chasseur ennemi à ses trousses. Hamilton vient à sa rescousse en se plaçant derrière le Me 109 et en tirant une rafale de sept secondes. L’avion du pilote allemand s’écrase dans la Manche. Deux des Hurricane de l’Escadron sont abattus et presque tous les avions subissent des dommages, mais miraculeusement il n’y a aucun décès. La première bataille de la journée est terminée, mais le 85e Escadron reprend le combat pendant la nuit. 

À 18 h, Townsend dirige de nouveau l’escadron lorsqu’il remarque deux aéronefs isolés à environ 5 500 mètres (18 000 pieds). Un Spitfire et un Hurricane inconnus volent à proximité; le Spitfire décide de rejoindre la formation du 85e Escadron. Townsend surveille attentivement les avions lorsque le contrôleur déclare « Ennemi… près de vous ». Trois Me 109 glissent vers le 85e Escadron. L’un des pilotes, Luftwaffe Oberleutnant Martin Rysavy, vise Hamilton et tire une rafale rapide de canon et de mitrailleuse mettant le feu à l’Hurricane. Townsend se rappelle s’être senti accablé lorsqu’il a vu l’avion d’Hamilton tournoyer en flammes vers le sol.

Le capitaine d’aviation Hamilton avait 23 ans.

Deux semaines après le décès d’Harry Raymond Hamilton, un service commémoratif a eu lieu à l’église baptiste d’Oak Point. Il a été enterré avec tous les honneurs militaires au nouveau cimetière Folkstone, dans le comté de Kent, en Angleterre. Son père a reçu les condoléances de nombreuses personnes, y compris du roi George VI et du commandant d’aviation Townsend, qui ont écrit que Hamilton était « décédé en héros ».

Le nom du capitaine d’aviation Hamilton est inscrit sur le monument commémoratif de la bataille d’Angleterre, à Londres, en Angleterre, et son sacrifice est reconnu par un monument érigé près du parc provincial d’Oak Point en 1992.

Date de modification :