L'ARC conclut un partenariat de technologie de sécurité avec Labforge

Article de nouvelles / Le 15 mai 2018

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Communitech est un carrefour public-privé de l’innovation situé à Kitchener, en Ontario, qui soutient une collectivité de plus de 1 400 entreprises. Le centre Communitech, un espace de 691 mètres carrés consacré à l’innovation de pointe, réunit les principaux intervenants du domaine, soit des entreprises en développement et d’envergure mondiale, des organismes gouvernementaux, des établissements universitaires ainsi que des incubateurs et des accélérateurs de technologie, pour créer un milieu de collaboration sans pareil.

Par Craig Daniels

L’été dernier, quelques semaines après que l’Aviation royale canadienne (ARC) eut inauguré le Pont d’envol, son laboratoire d’innovation au centre Communitech, le capitaine Jean Lebouthillier a décidé d’effectuer une reconnaissance, c’est-à-dire une tâche qu’accomplissent régulièrement les militaires canadiens pour tâter le terrain et prendre le pouls d’une situation avant d’entreprendre une mission ou un projet.

Dans ce cas, la reconnaissance a pris la forme d’une promenade dans les environs. Le capitaine Lebouthillier, nouvellement nommé au poste de directeur intérimaire du laboratoire de l’ARC, était impatient de connaître ses « voisins » du centre Communitech. Alors qu’il passait à proximité des locaux du programme Velocity de l’Université de Waterloo, au premier étage, une jeune entreprise du nom de Labforge a retenu son attention.

Labforge est une entreprise de quatre ans qui conçoit un appareil de sécurité recourant à l’intelligence artificielle (IA) pour surveiller les mouvements et détecter les menaces terrestres et aériennes. Et il se trouve justement que l’ARC, entre autres choses, évolue dans le domaine de la surveillance et la détection des menaces terrestres et aériennes.

Le capitaine est retourné à son bureau et s’est empressé de rédiger un résumé d’une page au sujet du produit de Labforge et de l’acheminer au sommet de la chaîne de commandement.

Plus tard, soit le 19 mars 2018, Labforge a appris que, en raison de l’intérêt manifeste de l’ARC pour son produit, elle recevrait du soutien en vertu du Programme d’innovation Construire au Canada (PICC) du gouvernement fédéral, qui vise à aider les jeunes entreprises à établir des relations avec les ministères fédéraux qui cherchent à innover. Labforge recevra un million de dollars du PICC et l’ARC pourra mettre à l’essai le produit de détection de Labforge dans certaines de ses installations au Canada, possiblement dès le printemps 2018.

« [Cela] a le potentiel de changer les choses, de manière très considérable », dit le major James Pierotti, chef de la section de l’innovation au Centre de guerre aérospatiale de l’ARC de la base des Forces canadiennes Trenton, en Ontario.

Pour leur part, les membres de l’équipe Labforge sont, comme vous pouvez l’imaginer, ravis de ce partenariat avec l’ARC. Cet accord leur donne non seulement accès à du capital, mais aussi à un client de référence pour leur produit. « Voilà une excellente occasion de montrer notre savoir-faire dans un milieu difficile », indique Yasser Rizwan, directeur général de Labforge. « Nous avons établi une très bonne relation avec la Force aérienne. Le Pont d’envol a été d’une aide extrêmement précieuse ».

L’ARC a inauguré le Pont d’envol en vue d'atteindre le double objectif de moderniser son approche de la technologie et de demeurer à l’affût de jeunes entreprises en mesure de l’aider à résoudre des problèmes concrets.

La technologie de Labforge semble tout indiquée pour répondre à ces besoins et procurer des avantages insoupçonnés.

Son produit, dont on peut déployer les capteurs facilement et rapidement, est capable de distinguer entre ami et ennemi et de cerner les menaces terrestres et aériennes. Lorsqu’il est combiné à son interface utilisateur intelligente, le système peut fournir une image électronique en temps réel d’un endroit donné, procurant aux utilisateurs une connaissance instantanée de la situation.

Comparativement à l’observation habituelle d’un moniteur ou d’une série de moniteurs reliés à des caméras, il s’agit d’un pas de géant. Le système de Labforge ne nécessite aucune pause-café ni aucun sommeil et conserve son attention malgré des heures d’observation monotone. En plus d’assurer une sécurité et une attention de niveau supérieur, le produit nécessite également beaucoup moins de personnel pour obtenir les mêmes résultats.

« Imaginez un hélicoptère déployé que nous devons protéger, explique le major Pierotti. Nous devons être en mesure d'assurer sa protection en tout temps, jour et nuit. Alors, comment procédons-nous à l’heure actuelle? Selon les besoins, nous pouvons mobiliser un peloton de l’Armée de terre pour effectuer des patrouilles régulières. Ou nous pouvons utiliser des caméras de télévision en circuit fermé et assigner le suivi de chaque caméra à quelqu’un. Toutefois, cette solution nécessite la mobilisation de beaucoup de ressources dans une période de carence. Nous manquons d’effectifs. »

« Cette technologie pourrait nous permettre de mobiliser moins de ressources afin de surveiller les menaces pour nos aéronefs et d’y répondre. »

Le sergent Ted Van Hezewyk, superviseur de l’innovation, de l’expérimentation et du développement du concept du Pont d’envol, affirme qu’il peut envisager l’utilisation de cette technologie dans les bases de l’ARC, comme celle de Cold Lake, en Alberta, pour surveiller aussi bien l’entrée de petits animaux dans un certain périmètre que les menaces plus sérieuses pour les flottes aériennes en déploiement à l’étranger. Les capteurs sont portables, faciles à déployer et relativement peu coûteux.

« Si quelqu’un fait feu [sur un capteur], ou si un capteur gèle ou subit une défaillance, l’effet de redondance est immédiat, précise le major Pierotti. [Si vous avez besoin de remplacer un capteur], vous pouvez simplement le fixer à un arbre ou à une clôture. De notre point de vue, la possibilité de remplacer les capteurs, de les transporter et de les déployer rapidement et facilement change la donne. »

« Et nous voulons vérifier si tout cela est vrai. »

« Un autre avantage crucial du produit est sa capacité de détecter les menaces aériennes, ce qu’un système de surveillance vidéo traditionnel ne peut tout simplement pas faire. « Cette [technologie] facilite grandement la détection des aéronefs sans pilote ce qui est un avantage indéniable, ajoute le major Pierotti. Essentiellement, elle vous donne le temps de réagir [à une menace aérienne]. »

« C’est pour cette raison que le produit nous intéresse vivement. »

M. Rizwan a bon espoir de vendre un jour le produit de Labforge à des exploitants de centrales de production d’énergie, de ports de mer et d’entrepôts. « Nous les avons déjà approchés, précise-t-il, et les échanges se multiplient. »

Date de modification :