Déclaration du commandant de l’ARC sur le rapport du vérificateur général du 20 novembre

Article de nouvelles / Le 20 novembre 2018

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Une déclaration du lieutenant-général Al Meinzinger,
commandant de l’Aviation royale canadienne

Le 20 novembre 2018, le Bureau du vérificateur général a publié un rapport sur la force de chasse du Canada. On y souligne des points importants par rapport au recrutement et au maintien en poste des techniciens et des pilotes de la force de chasse de l’Aviation royale canadienne (ARC), en plus de la nécessité de procéder à une analyse approfondie des mises à niveau que nécessite la flotte de CF-18 Hornet pour demeurer pertinente sur le plan opérationnel jusqu’en 2032.

L’ARC sert le Canada et les Canadiens avec fierté depuis 94 ans et elle défend l’espace aérien au-dessus de l’Amérique du Nord, avec le NORAD, depuis 60 ans. Il n’y a aucun doute que le Canada a besoin d’une force de chasse pertinente et efficace qui lui permet de s’acquitter de ses missions opérationnelles au pays et à l’étranger. C’est pourquoi j’accueille avec plaisir le rapport du vérificateur général et prends acte des résultats.

Nos aviateurs fiers et dévoués sont vitaux à l’ARC et constituent le fondement de tout ce que nous faisons. Je connais d’expérience votre détermination et votre dévouement, puisque j’ai évolué dans les escadrons opérationnels et j’ai constaté cette grande qualité dans l’ARC. En tant que commandant, au cours des six derniers mois, j’ai visité les escadres et les unités, je me suis entretenu avec bon nombre d’entre vous et j’ai écouté tous les points de vue. Je dois dire que je suis inspiré par les membres de notre équipe exceptionnelle. J’ai récemment visité la force opérationnelle aérienne de CF-18 en Roumanie, dans le cadre de l’opération REASSURANCE. J’ai vu de près le travail essentiel qu’accomplissent nos militaires pour sauvegarder l’intégrité de l’espace aérien de l’OTAN en collaboration avec nos partenaires de la force aérienne de la Roumanie et leurs contributions au renforcement de la défense collective de l’OTAN.  

Il ne fait aucun doute que pour assurer notre succès à l’avenir, nous devons continuer de faire en sorte d'avoir les bonnes personnes aux bons endroits et que celles-ci aient la bonne formation. Étant donné que nous demeurons entièrement déterminés à disposer d'une flotte de 88 futurs chasseurs, il ne fait aucun doute que nous devons investir dans notre personnel. À mesure que nous irons de l’avant, nous continuerons de prendre les mesures nécessaires pour augmenter le nombre de pilotes et de techniciens compétents et expérimentés dans la force de chasse afin de pouvoir répondre aux demandes opérationnelles et de préparer notre transition vers la future flotte de chasseurs.

Ces étapes englobent la poursuite de l’initiative de renouvellement de la capacité d’entretien des chasseurs, qui comprend le recours à des sous-traitants pour l’entretien de deuxième ligne, ce qui nous permettra d’affecter des techniciens supplémentaires aux escadrons de première ligne.

L’équipe du projet de chasseurs continuera de diriger les améliorations apportées à la formation, à l’intégration, au maintien en puissance et au maintien en poste du personnel dont le travail porte sur les chasseurs.

De plus, la politique de défense Protection, Sécurité, Engagement (PSE) comprend une mesure essentielle qui consiste à accroître la force de chasse en créant 200 postes au cours des prochaines années.

L’expérience du personnel de l’ARC, notamment les pilotes et les techniciens, revêt un caractère crucial. Nous valorisons leurs connaissances et leurs capacités, et nous dépendons de cette cohorte pour transmettre ces connaissances aux jeunes militaires, et, par le fait même, renforcer nos escadrons. C’est cette transmission des connaissances dans toutes les unités de l’ARC qui assure notre viabilité en tant qu’organisation.

C’est pourquoi le maintien en poste de nos militaires est si important pour nous. Nous avons écouté nos militaires lorsqu’ils cherchaient à améliorer leur qualité de vie et la qualité du service, ainsi qu’à réduire les répercussions de la vie militaire sur leur famille. Nous nous engageons à procéder à des changements constructifs à l’avenir. En plus des mesures prises par les Forces armées canadiennes, comme le Canada Sans Faille et la stratégie de maintien en poste, l’ARC étudie des mesures qui ont pour but d’améliorer autant que possible la vie et le travail dans notre organisation.

Je reconnais qu’il ne suffit pas de prendre des mesures. De plus, les hauts dirigeants de l’ARC s’engagent à faire en sorte que nos gens soient au courant des développements qui les touchent eux, leurs carrières et leurs familles, ce qui peut se révéler une difficulté de taille dans notre monde saturé d’information. À cette fin, j’accueille les initiatives comme nos bulletins et notre journal consacrés au perfectionnement professionnel, qui invitent à la discussion ouverte sur des sujets significatifs, ainsi que le tout nouveau bulletin « PERSpectives », qui contient de l’information utile sur les ressources humaines pour nos militaires et nos employés civils. J’encourage activement nos militaires à utiliser ces outils relativement rudimentaires sur le plan de la technologie, mais accessibles, pour s’informer et échanger des idées.  

Bien que le maintien en poste soit essentiel pour que l’ARC demeure apte et pertinente, nous devons tenir compte d’autres facteurs dans notre préparation en vue de l’avenir. Nous avons rapidement fait progresser le programme de formation des futurs équipages afin de soutenir les mesures de formation nécessaires à la mise sur pied d’équipages compétents. En améliorant les méthodes d’instruction et les modèles de prestation, de même qu’en optimisant les programmes d’instruction, le nouveau programme de formation des futurs équipages permettra à l’ARC de jouir d’une plus grande souplesse, grâce à laquelle elle sera plus à même de répondre aux demandes en matière de personnel à l’avenir.

En plus de pouvoir compter sur des escadrons bien dirigés, robustes, sains et accueillants, nos militaires ont besoin des capacités nécessaires pour faire leur travail. Le gouvernement du Canada a pris un engagement précis envers l’ARC dans la politique PSE et a clairement fait comprendre qu’un chasseur perfectionné était la seule solution à long terme pour répondre aux besoins du Canada en matière de chasseurs. Ce projet progresse et on envisage d'attribuer le contrat à la fin de 2021 ou au début de 2022.

De manière à faciliter la transition vers le futur chasseur, l’ARC apporte plusieurs améliorations à la flotte de CF-18 Hornet sur les plans de la réglementation et de l’interopérabilité. Nous procédons également à l’analyse des mises à niveau des capacités fondamentales axées sur les capteurs, les armes et les systèmes d’autoprotection pour répondre aux difficultés grandissantes que présentent les menaces qui ne cessent d’évoluer. Cette mesure nous permettra de faire en sorte que nos CF-18 demeurent opérationnels jusqu’à ce que la flotte de futurs chasseurs soit entièrement opérationnelle. Le Canada a également signé une entente avec l’Australie afin d’acheter 18 avions F-18, ainsi qu’un avion supplémentaire afin de disposer de pièces de rechange. En acquérant ces chasseurs provisoires, nous donnerons de la souplesse à notre flotte actuelle, et nous permettons à l’ARC d’utiliser ces avions jusqu’à ce que le futur chasseur ait atteint ses capacités opérationnelles complètes.

Les aviateurs de l’ARC continueront de faire preuve d’excellence opérationnelle au pays et à l’étranger. Par ailleurs, je suis persuadé que les nombreuses mesures en cours permettront de franchir des étapes déterminantes dans l’amélioration de l’effectif de réserve de l’ARC, tout en faisant en sorte que notre flotte de CF-18 continue d’exercer une puissance aérienne utile au nom des Canadiens et de nos alliés.

Je remercie le vérificateur général et tous ceux qui ont participé à cet examen approfondi de leur diligence et de leur collaboration au cours des derniers mois. Ces examens indépendants permettent de renforcer notre organisation et nous demeurons déterminés à exercer une puissance aérienne et spatiale au nom du Canada et des Canadiens.


 

Joignez-vous à l'ARC : Osez vous surpasser

Les officiers du contrôle aérospatial contribuent aux opérations aériennes en fournissant des services de contrôle de la circulation aérienne et en assurant le contrôle des armes aériennes.

Ils sont chargés de la surveillance aérospatiale, de l’alerte et du contrôle des objets aéroportés dans l’espace aérien canadien. En tant que partie intégrante du système canadien de navigation aérienne, les officiers du contrôle aérospatial assurent également le contrôle des aéronefs civils et militaires dans le cadre d’opérations de combat et d’instruction partout dans le monde.

http://forces.ca/fr/carriere/officier-controle-aerospatial/

Date de modification :