Des pommes pour le Nord!

Article de nouvelles / Le 29 janvier 2018

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par la caporal Kayla Wentzell

Les équipages de CP-140 Aurora de l’Aviation royale canadienne font régulièrement des patrouilles dans le Nord. Mais, l’automne dernier, l’équipage 3 du 405e Escadron de patrouille à longue portée de la 14e Escadre Greenwood, en Nouvelle-Écosse, transportait une cargaison spéciale lorsqu’il a entrepris une patrouille de surveillance des pêches dans le Nord.

Cette mission a mené l’équipage à Iqaluit, au Nunavut. Les opérations dans des lieux si éloignés en Arctique posent beaucoup de difficultés, mais permettent de vivre de nombreuses expériences enrichissantes, dont faire découvrir aux enfants de l’école Joamie, à Iqualuit, un produit très commun dans la vallée d’Annapolis, où se situe Greenwood : des pommes fraîches!

Pendant un jour de repos, le capitaine Joe MacKinnon, le capitaine Colin Clansey et moi, qui sommes tous du 405e Escadron, ainsi que le major Jeff Robert et le maître de 1re classe Jay Logan, du détachement de la Force opérationnelle interarmées (Nord) affecté au Nunavut, avons assisté à l’assemblée matinale de l’école Joamie. Tout le monde s’était réuni dans le gymnase pour chanter l’hymne national et ensuite écouter les annonces de la semaine concernant l’école. Évidemment, des étrangers vêtus d’habits militaires verts se tenant debout sur le côté de la salle semaient la curiosité : il y avait beaucoup de chuchotement et de petits regards attentifs.

Ensuite, le capitaine MacKinnon, à qui l’on a tendu le microphone, s’est adressé aux élèves. Il leur a parlé de l’avion CP-140 Aurora et de la raison pour laquelle celui-ci et son équipage se trouvaient dans le Nord. Il leur a aussi parlé de sa vie dans la vallée d’Annapolis et des pommes que l’équipage avait chargées dans l’avion. Après, les enfants ont posé des questions; de nombreuses mains se sont levées. C’était merveilleux de voir tout cet enthousiasme. L’une des questions les plus populaires portait sur l’âge du capitaine Mackinnon! Ce sujet nous a amenés à dévoiler notre âge et à dire depuis combien de temps nous faisions partie de Forces armées canadiennes. Plus tard, nous nous sommes entretenus avec des élèves d’une classe de 5e année et nous leur avons montré des photos de l’Aurora.

Tous les élèves ont, à tour de rôle, essayé de soulever les gros sacs de pommes. Ils m’ont, par la suite, aidée à apporter les pommes dans leur cuisine pour qu’elles fassent partie du programme de déjeuner de l’école.

Un petit garçon m’a même confié vouloir s’enrôler, plus tard, dans la Force aérienne!

À la recherche d’animaux sauvages

Pendant sa visite, l’équipe a eu l’occasion de prêter main-forte à la division de l’Arctique de l’Est du ministère des Pêches et des Océans, qui était à la recherche d’animaux migratoires, ce qui s’est révélé une autre expérience gratifiante. Cette mission consistait à affirmer la présence du gouvernement, afin de décourager la chasse illégale. L’équipe a dû faire preuve de persévérance pour braver le rude climat du Nord, puis elle a regardé attentivement par tous les hublots pour trouver des traces de la migration de morses, d’ours polaires et de narvals.

L’Aviation royale canadienne effectue de nombreuses et importantes missions partout au pays; celle-ci ne faisait pas exception. Lorsque l’équipage a terminé sa tâche, il a pu jouir du paysage à couper le souffle formé par les montagnes du Nord et les icebergs.

Je trouve que ce type d’intervention fait que les longues heures de travail, le temps passé loin des nôtres et les exigences des activités de vols valent la peine.

Date de modification :