ARCHIVÉE - Des rangers canadiens réalisent leurs activités et s’entraînent à partir de la 5e Escadre Goose Bay

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Article de nouvelles / Le 20 mai 2015

Par le lieutenant Jacqueline Simmons

Les Rangers canadiens sont bien connus pour le soutien qu’ils offrent aux patrouilles et aux détachements dans les régions du nord du Canada. Il s’agit de forces munies d’un équipement léger, auto­suffisantes et mobiles qui appuient les opérations et les missions nationales et de protection de la souveraineté des Forces armées canadiennes. Les Rangers juniors canadiens est un programme jeunesse relevant du vice­chef d’état­major de la défense et faisant la promotion de la culture et des modes de vie traditionnels dans le but de renforcer les collectivités nordiques éloignées et isolées.

Le 5e Groupe de patrouille des Rangers canadiens (5 GPRC) représente la plus grande unité de la Force de réserve dans le Canada atlantique. Formé de 32 patrouilles de rangers canadiens et de 15 patrouilles de rangers juniors canadiens, le 5 GPRC emploie environ 1 450 personnes partout à Terre-Neuve-et-Labrador.

Bien que le 5 GPRC effectue des opérations dans l’ensemble de la province, les opérations des unités ainsi que l’instruction individuelle et collective se déroulent à partir de la 5e Escadre Goose Bay, à Terre-­Neuve­-et-­Labrador. Chaque année, plus de 450 rangers canadiens, rangers juniors canadiens et membres du personnel reçoivent de l’instruction à l’escadre. L’instruction offerte est diversifiée. Il peut s’agir de l’instruction de base ou avancée des Rangers canadiens et des Rangers juniors canadiens ou de l’instruction en tir de précision, en leadership et en premiers soins, et elle comprend les techniques de base de communication et de survie des Forces armées canadiennes.

En septembre 2013, le 5 GPRC a mis sur pied un détachement à la 5e Escadre dans le cadre de l’ordre de mission des Forces armées canadiennes visant à renforcer le mandat opérationnel de l’escadre. Trois membres du personnel à temps plein de la Première réserve travaillent à partir du Centre d’instruction régional des Rangers canadiens situé à l’escadre et aident le quartier général du 5 GPRC à coordonner les activités de l’unité, à gérer les ressources et à fournir du soutien aux autres unités de la 5e Division du Canada qui s’entraînent au Labrador. Goose Bay dispose également de sa propre patrouille complète de 32 rangers canadiens.

Les membres du 5 GPRC tirent profit des ressources d’instruction de la 5e Escadre, tandis que des militaires canadiens et alliés s’entraînant au Labrador et basés à l’extérieur de l’escadre profitent de l’expertise et des connaissances locales du 5 GPRC durant les divers exercices. Leur soutien est essentiel aux opérations militaires se déroulant au Labrador.

Au Labrador, le 5 GPRC compte environ 300 rangers canadiens au sein de 12 patrouilles et 300 rangers juniors canadiens formant 11 patrouilles. En plus de participer aux activités d’instruction individuelle et collective, chaque patrouille effectue durant l’année trois ou quatre activités essentielles d’instruction dans sa zone de responsabilité. Pour l’année d’instruction 2015, le 5 GPRC prévoit réaliser trois importantes activités d’instruction collective, soit les exercices Coastal Ranger, Long Trek et Nunatusak.

L’exercice Coastal Ranger consiste en une patrouille côtière de longue portée effectuée à bord d’un palangrier et visant à assurer une présence côtière. L’exercice Long Trek consiste en une patrouille côtière à pied le long de la côte du Labrador visant à assurer une présence côtière débarquée durant l’hiver. Finalement, l’exercice Nunatusak consiste en une patrouille de longue portée à motoneige visant à renforcer les capacités embarquées des rangers canadiens en terrains difficiles. Cet exercice, qui permettra de relier les collectivités côtières le long de la côte nord du Labrador et à l’intérieur des terres, confirme que les rangers canadiens sont capables de vivre et de travailler sur la terre et en mer dans des conditions difficiles.

Le 5 GPRC effectue également des inspections de sécurité des cinq sites du Système d’alerte du Nord au nom de la Direction – Gestion du programme d’équipement aérospatial du ministère de la Défense nationale. Cinq patrouilles de Rangers canadiens basées le long de la côte de Terre-­Neuve-­et-­Labrador effectuent de multiples inspections des sites de radar sans effectif, généralement durant les mois d’été et d’hiver, afin de relever et de consigner les problèmes.

Au début de 2015, le 5 GPRC a participé aux exercices Northern Sapper et Stalwart Goose, deux exercices de la 5e Division du Canada visant à offrir à l’Armée canadienne l’occasion d’effectuer un entraînement hivernal réaliste au Labrador, aux niveaux de base et avancé, en milieux arctique et subarctique.

Les Rangers canadiens, dont la devise Vigilans signifie « les gardiens », sont les yeux et les oreilles des Forces armées canadiennes dans les régions éloignées, côtières et isolées comme Terre­Neuve­et­Labrador, où ils mènent des exercices de surveillance du territoire et des eaux côtières et intérieures.

Date de modification :