ARCHIVÉE - Entraînement à la neutralisation des engins explosifs improvisés dans la vallée de Comox

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Article de nouvelles / Le 19 mars 2015

Par le Major Mary Lee

Provenant des quatre coins du pays, les experts des Forces armées canadiennes spécialisés dans la neutralisation des engins explosifs improvisés se sont réunis récemment dans la vallée de Comox, en Colombie-Britannique, pour participer à un exercice visant à leur permettre de développer leurs compétences en matière de neutralisation des explosifs.

L’exercice Taz-Runner, un exercice annuel d’une durée de deux semaines, a été pour eux l’occasion de mettre à l’épreuve leurs aptitudes à neutraliser les explosifs et les munitions militaires dans des mises en contexte réalistes.

Des équipes de la Marine royale canadienne, de l’Armée canadienne et de l’Aviation royale canadienne, ainsi que 50 personnes chargées de l’organisation, se sont réunies sur la base de la 19e Escadre située à Comox pour prendre part à un certain nombre de mises en contexte en divers endroits de la base et de la vallée de Comox. L’exercice visait à accroître les compétences et à améliorer l’interopérabilité de ces unités en les faisant participer à des mises en contexte de neutralisation d’engins explosifs improvisés réalistes et à la complexité croissante.

« Compte tenu des nombreuses avancées qui ont récemment été faites dans la technologie de neutralisation des explosifs et des munitions, il est important que nos membres s’entraînent constamment avec ce matériel et qu’ils puissent l’utiliser de façon optimale pour simuler les activités qu’ils auront à effectuer dans des environnements urbains complexes et dynamiques », a déclaré le Lieutenant Edward Jensen, le commandant de la 19e Escadrille de neutralisation des explosifs. « La technologie des explosifs évolue, si bien que notre personnel doit se préparer à relever les défis que posent les explosifs, et ce, où qu’il soit amené à se déployer dans le monde », a-t-il ajouté.

Consistant en une série de mises en contexte conçues pour évaluer les aptitudes des participants à découvrir, à identifier et à neutraliser les engins explosifs improvisés, l’exercice s’est déroulé dans le cadre d’une situation qui s’est réellement produite dans les locaux du quartier général de la 19e Escadre, le 23 février 2015, après la découverte d’un colis suspect dans une salle de réception et d’expédition du courrier.

Le bâtiment a rapidement été évacué et sécurisé pour permettre aux experts de récupérer le colis. Ce dernier a été neutralisé sans incident et une enquête a montré que le colis n’était pas dangereux.

« Le fait qu’un véritable incident se soit produit durant notre semaine d’entraînement est assez incroyable, mais cela a été une occasion inespérée de montrer notre compétence en matière de neutralisation d’objets suspects », a déclaré le premier maître de 1re classe Rob DeProy, chef de la Force opérationnelle interarmées contre la menace explosive, située à Ottawa. « En matière de sûreté publique, nous ne laissons rien au hasard et, dans le contexte actuel, nous devons toujours nous montrer vigilants. Nous nous entraînons comme nous combattons », a-t-il ajouté.

Bon nombre des participants appartenaient à l’ARC et étaient des spécialistes des armes aériennes. Toutefois, à titre d’experts en neutralisation des engins explosifs, ils sont souvent envoyés un peu partout dans le monde pour y appuyer des opérations de l’armée et de la marine ou des opérations interarmées.

Cet article a paru pour la première fois, le 3 mars 2015, dans le journal Totem Times publié par la 19e Escadre de Comox, en Colombie-Britannique.

Date de modification :