Le personnel de Greenwood protège un habitat de tortues d’un déversement de carburant provenant d’un véhicule civil

Galerie d'images

Article de nouvelles / Le 22 février 2018

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par Sara White

« Leadership et action collective sont des éléments cruciaux pour atteindre nos objectifs de développement durable et laisser un environnement sain à nos enfants et petits-enfants », a dit le ministre de la Défense Harjit Sajjan en guise d’introduction à l’énoncé de la Stratégie énergétique et environnementale de la Défense.

Récemment, le personnel de la 14e Escadre Greenwood, en Nouvelle-Écosse, a eu l’occasion de montrer son dévouement à la protection de l’environnement dans sa collectivité en participant au nettoyage d’un déversement accidentel sur le territoire civil.

Apprendre qu’un camion d’une entreprise privée s’était renversé et laissait s'écouler du diésel dans le ruisseau Zeke à proximité de la 14e Escadre, à Greenwood, en Nouvelle-Écosse, n’a pas fait le bonheur du personnel de protection de l’environnement de l’escadre au début de sa journée.

Le 18 janvier 2017, à la suite d’un accident, un véhicule appartenant à une entreprise privée a basculé dans un petit cours d’eau longeant la route 201, à l’extérieur des terrains du ministère de la Défense nationale. Ce ruisseau fait l’objet d’une surveillance étroite par la section de protection de l’environnement de l’escadre, car il s’agit d’un habitat de tortues des bois. (En Nouvelle-Écosse, la tortue des bois est une espèce en péril protégée par les lois de la province.) De plus, une station de mesure située à quelques mètres du lieu de l’accident sert à prendre des échantillons d’eau du ruisseau pour effectuer des comparaisons dans le cadre d’un plan de surveillance à long terme d’une contamination des terrains de la base en aval qui remonte à des décennies.

« Même si la situation ne relevait pas de nous, nous nous sommes rendus sur les lieux de l’accident », explique Steve Sauveur, responsable de l’environnement de l’escadre.

Alan Ng, de la section de protection de l'environnement de l’escadre, le sergent Lincoln Allen, superviseur de l’eau, des carburants et de l’environnement, et l’adjudant Orlando Lewis, de la 141e Escadrille du génie de construction, ont rejoint sur les lieux un policier militaire, un agent de la GRC et des pompiers de Kingston.

Selon l’entreprise à qui appartenait le véhicule, le conducteur, un technicien, avait dû abandonner le véhicule afin de recevoir des soins en raison de blessures mineures. La section de protection de l’environnement de la base a aussitôt informé Environnement Canada et le ministère de l’Environnement provincial.

« Mais nous ne nous sommes pas contentés de jouer les spectateurs, dit M. Ng. Nous avons fait quelques vérifications et déterminé que le réservoir du camion contenait de 100 à 130 litres. Quand nous composons avec des déversements dans l’environnement, nous nous préparons toujours au pire. »

L’équipe d’intervention de l’escadre, le sergent Allen, l’adjudant Lewis, M. Ng et des militaires des escadrilles de construction 146 et 141 sont allés chercher l’équipement de lutte contre les déversements, des produits absorbants, des balais, des sacs pour matières dangereuses et des perches.

« Nous n’avons pas l’occasion d’utiliser cet équipement très souvent à la base, peut-être une fois ou deux par an, lorsqu’un réservoir déborde », poursuit M. Ng.

« Nous pouvions voir le carburant flotter à la surface du côté est du ruisseau, autour du camion, et s’écouler sous le ponceau de la route en direction de la base. Il y avait une accumulation quelques mètres plus loin contre un empilage de glace flottante. »

L’équipe a commencé par poser deux barrages flottants faits de boudins absorbants aux deux extrémités du ponceau pour retenir le carburant qui s’écoulait du camion. À l’aide des perches, ils ont pu déposer des matelas absorbants sur l’autre berge pour recueillir le carburant accumulé. En tout, l’effort initial a pris près de trois heures.

Ils ont placé des barrages et des matelas, qu'ils ont récupérés le vendredi matin. Ils en ont laissé de nouveaux pendant la fin de semaine, qu’ils ont enlevés le 24 janvier. Au total, les matériaux contaminés ont rempli quatre ou cinq grands sacs-poubelle. Le personnel a suivi le processus d’élimination des matières dangereuses de l’escadre afin de se défaire des matelas absorbants imprégnés de carburant.

« C’était froid, c’était humide, mais tout le monde savait qu’il s’agissait d’un bon exercice que nous n’avons pas souvent l’occasion d’effectuer. En somme, nous avons fait ce qu’il convenait de faire », conclut M. Ng.

« Certains membres de l’équipe composaient avec un vrai déversement pour la première fois, donc c’était un excellent scénario d’entraînement. Nous ne pouvons pas nous permettre de simuler ce genre de chose », fait remarquer le sergent Allen.

« Les conclusions préliminaires montrent que le personnel de la 14e Escadre a suivi avec rigueur toutes les procédures nécessaires et une enquête est en cours », a affirmé un représentant du ministère de l’Environnement provincial.

Sara White est rédactrice en chef du journal de la 14e Escadre Greenwood, The Aurora.

Date de modification :