ARCHIVÉE - Hommage aux victimes de l’écrasement du vol 22 de Boxtop

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Article de nouvelles / Le 30 octobre 2015

Par le caporal Michael Thomas, avec des dossiers du capitaine Marsha Dorge et des Affaires publiques de l’ARC

À l’approche du jour du Souvenir, nous nous souvenons de ceux qui ont servi et péri durant les guerres pour défendre notre nation. Toutefois, nous nous souvenons aussi de ceux qui ont servi le Canada – et qui ont consenti le sacrifice ultime – en temps de paix. Leur nom, y compris le nom des personnes qui sont tombées au champ d’honneur lors de la mission de ravitaillement du Boxtop 22 il y a 24 ans, est inscrit dans le Septième Livre du Souvenir – Au service du Canada – qui, comme les autres Livres du Souvenir, se trouve dans la Chapelle du Souvenir de la tour de la Paix, au Parlement.

Chaque année, à la fin du mois d’octobre, les membres du personnel de la Station des Forces canadiennes Alert sur l’île d’Ellesmere, au Nunavut, se réunissent, dans le froid et l’obscurité, autour d’un cairn à proximité de la piste pour rendre hommage aux membres de l’équipage et aux passagers de l’appareil CC-130 Hercules 130322 qui ont perdu la vie lors d’une mission de ravitaillement à la station.

Le 30 octobre 1991, autour de 16 h 40, le vol 22 de l’opération Boxtop – comme on appelle la mission semestrielle de ravitaillement – provenant de la base aérienne de Thulé au Groenland effectuait l’approche finale vers la station. Alors que l’appareil CC-130 Hercules du 435e Escadron de transport et de sauvetage, qui transportait 3 400 litres de carburant diesel, entamait sa descente, le pilote a perdu de vue la piste.

Quelques instants plus tard, toute communication et tout contact radar ont été perdus lorsque l’appareil s’est écrasé à environ 16 kilomètres au sud de la station. L’équipage d’un autre CC-130 Hercules se dirigeant également vers Alert a aperçu le feu créé par l’accident et a repéré l’emplacement du vol 22 de Boxtop.

L’écrasement a coûté la vie à cinq membres des Forces armées canadiennes quatre ont péri dans l’accident et un autre est mort avant l’arrivée des secours – et a donné lieu à la plus audacieuse et vaste mission de sauvetage aérien jamais menée par l’armée canadienne dans l’Extrême-Arctique. En tout, 13 vies ont été sauvées.

Moins d’une demi-heure après l’appel de détresse, un avion Hercules transportant 12 techniciens en recherche et sauvetage (SAR) du 440e Escadron de recherche et sauvetage à Edmonton, en Alberta, était dans les airs. Il est arrivé sur le lieu de l’écrasement sept heures et demie plus tard, mais les techniciens SAR n’ont pas pu descendre en raison des conditions météorologiques. L’équipage d’un autre Hercules du 413e Escadron de recherche et de sauvetage à Greenwood, en Nouvelle-Écosse, s’est rapidement joint aux recherches. Entretemps, les techniciens en recherche et sauvetage ont formé une équipe de recherche au sol à Alert et se sont dirigés par voie terrestre vers le lieu de l’écrasement, guidés dans l’obscurité par un avion Hercules qui les a aidés à résister aux conditions météorologiques épouvantables.

Les survivants, certains imbibés de carburant diesel, ont bravé des vents forts à des températures variant entre -20 et -30 °C. Bon nombre d’entre eux se sont réfugiés dans la queue de l’avion écrasé, mais d’autres étaient davantage exposés aux intempéries.

Les conditions météorologiques se sont finalement améliorées, et six techniciens SAR de l’équipe du 413e Escadron ont été parachutés sur le site plus de 32 heures après l’écrasement et ont commencé à chercher des survivants. D’autres techniciens SAR se sont joints à eux peu de temps après. Quand l’équipe de recherche au sol est finalement arrivée 21 heures après son départ, 26 sauveteurs étaient déjà sur le terrain. Les membres de l’équipe ont réchauffé et traité les blessés, et ils les ont préparés pour une évacuation sanitaire. Un hélicoptère Twin Huey de la station Alert s’est déplacé trois fois pour ramener les survivants à la station.

Encore une fois cette année, le personnel de la station Alert organisera un défilé le 30 octobre pour commémorer la tragédie. Le défilé commencera à 16 h 30, et il se poursuivra jusqu'à 16 h 40, le moment où l’écrasement s’est produit.

« Il y a 24 ans, lors de l’opération Boxtop, les Forces armées canadiennes ont perdu cinq de leurs membres – les capitaines John Couch et Judy Trépanier, l’adjudant‑maître Robert Grimsley et le caporal‑chef Roland Pitre – à cause de la rigueur du climat ici, à Alert, lorsque leur avion s’est écrasé dans le cadre d’une mission de ravitaillement à la station », a dit le commandant par intérim de la Station des Forces canadiennes Alert, le capitaine Larry Hocken.

« Ces vols constituent un lien vital avec le reste du Canada. Nous rendrons hommage aux cinq personnes qui sont mortes [durant l’un de ces vols] lors du défilé commémoratif que nous avons organisé en leur honneur. Nous continuons à être de tout cœur avec les familles qui ont souffert de cette tragédie. »

Le maître de 1re classe à la retraite, Dave Highsted, a assisté à la cérémonie de 2010, pendant laquelle il dit avoir éprouvé des sentiments contradictoires.

« De la tristesse, parce que je me souviens de la mort d’un vieil ami et des blessures subies par trois hommes avec qui j’ai travaillé pendant des années à titre de chercheur en communications, mais j’ai également ressenti beaucoup de satisfaction d’avoir pu participer au service commémoratif.

« Ma dernière affectation à Alert était au printemps 1994, alors c’est la première occasion pour moi d’être à Alert et de rendre hommage en personne à ceux qui ont péri dans l’accident ainsi qu’à ceux qui ont subi des blessures graves ce jour-là, il y a presque 20 ans – c’est pour moi l’occasion de tourner la page, une occasion que j’attendais depuis longtemps. »

L’appareil Hercules demeure encore aujourd’hui sur le lieu de l’écrasement, préservé par les conditions quasiment désertiques.

Bilan de l’accident

Personnes décédés

Capitaine John Couch, pilote, 435e Escadron de transport, Edmonton (Alberta)

Capitaine Judy Trépanier, officier de logistique, Quartier général du Commandement des communications des Forces canadiennes, Ottawa (Ontario)

Adjudant-maître Tom Jardine, gérant régional de CANEX, Base des Forces canadiennes Trenton, Ontario

Adjudant Robert Grimsley, technicien en approvisionnement, Quartier général du Commandement des communications des Forces canadiennes, Ottawa

Caporal-chef Roland Pitre, technicien des mouvements, 435e Escadron

Personnes secourues

Robert Thomson, civil, Base des Forces canadiennes Trenton

Susan Hillier, civile, Base des Forces canadiennes Trenton

Capitaine Richard Dumoulin, officier de logistique, Quartier général du Commandement des communications des Forces canadiennes

Capitaine Wilma DeGroot, docteur, Base des Forces canadiennes Trenton

Lieutenant Joe Bales, pilote, 435e Escadron

Lieutenant Mike Moore, navigateur, 435e Escadron

Adjudant-maître Marc Tremblay, technicien en approvisionnement, Quartier général du Commandement des communications des Forces canadiennes

Sergent Paul West, mécanicien de bord, 435e Escadron

Caporal-chef Tony Cobden, chercheur en communications, 770e Escadron de recherche en communication, Gander (Terre-Neuve-et-Labrador)

Caporal-chef David Meace, radiotechnicien, Quartier général de la 1re Division du Canada et Escadron des transmissions, Base des Forces canadiennes Kingston, Ontario

Caporal-chef Mario Ellefsen, chercheur en communications, Station des Forces canadiennes Leitrim, Ottawa

Matelot‑chef « Monty » Montgomery, chercheur en communications, Station des Forces canadiennes Leitrim

Soldat Bill Vance, chercheur en communications, Station des Forces canadiennes Leitrim

À la rescousse 

En plus des équipes de recherche et de sauvetage du 413e Escadron de recherche et de sauvetage, du 435e Escadron de transport et du 440e Escadron de recherche et sauvetage, un avion Hercules chargé d’intervenir en cas de CATAIR (catastrophe aérienne) a été dépêché d’Edmonton, avec à son bord une équipe et des fournitures médicales.

Des hélicoptères Labrador sont partis du 424e Escadron de transport et de sauvetage à Trenton, en Ontario, de la 103e Unité de sauvetage à Gander, à Terre-Neuve, et du 413e Escadron. De plus, trois aéronefs Aurora ont quitté les 415e et 405e Escadrons de patrouille maritime à Greenwood pour fournir une « couverture aérienne » aux hélicoptères Labrador, ainsi qu’une aide à la navigation.

Dans le cadre du plan en cas de CATAIR, un hélicoptère Twin Huey a été chargé à bord de l’avion Hercules à partir d’Edmonton pour l’évacuation des blessés du lieu de l’écrasement jusqu’à Alert. En outre, des appareils et des équipages des États-Unis, plus précisément d’Elmendorf, en Alaska, ont contribué, dans la mesure du possible, au sauvetage et à l’évacuation.

D’autres avions Hercules des 436e et 429e escadrons de transport – qui se trouvaient déjà dans l’Arctique pour la même mission de ravitaillement que l’avion écrasé – ont plus tard été utilisés pour transporter les blessés d’Alert à Thulé, au Groenland. De plus, certains avions Hercules, de même qu’un avion Challenger du 412e Escadron de transport à Ottawa, ont transporté les victimes de Thulé jusqu’à Edmonton, Ottawa et Trenton.

Au Canada, les ressources du 442e Escadron de recherche et de sauvetage basé à Comox, en Colombie‑Britannique, ont parcouru la zone de recherche et de sauvetage d’Edmonton pour voir s’il y avait d’autres urgences, et les techniciens SAR du 424e Escadron de Trenton ont gonflé les rangs du 413e Escadron à Greenwood.

Sur le terrain, les militaires de la Station des Forces canadiennes Alert ont établi un poste de commandement, et ils se sont mis au travail afin d’appuyer les efforts de sauvetage.

Remarque : Le 435e Escadron de transport se trouvait à la Base des Forces canadiennes Edmonton, en Alberta, au moment de l’écrasement du vol 22 de Boxtop. Il se trouve maintenant à la 17e Escadre Winnipeg, au Manitoba. La SFC Alert fait partie de la 8e Escadre Trenton, en Ontario. Le Commandement des opérations interarmées du Canada est chargé de mener l’opération Boxtop deux fois par année, en se servant d’aéronefs de transport provenant de la 8e Escadre.

Les dossiers du capitaine Marsha Dorge proviennent de son article sur le sauvetage, qui a paru dans la revue Sentinel, volume 28, numéro 1, au début de 1992. Le capitaine Dorge était la rédactrice en chef de la revue à l’époque.

Date de modification :