L’ARC participe à la recherche des modèles d'essai de l'avion Avro Arrow

Article de nouvelles / Le 30 août 2017

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Affaires publiques de l’ARC

Neuf modèles de l’avion Avro Arrow à vol libre, lancés dans le cadre d’une série de tests de 1954 à 1957, reposent au fond du lac Ontario. Plus tôt cet été, OEX Recovery Group Incorporated (OEX), soutenu financièrement par un groupe d'établissements financiers et d'entreprises minières canadiennes, a annoncé la recherche et la récupération de ces modèles. Le projet s’appelle « Raise the Arrow » (Remontons les Arrow).

 L’ARC à Toronto
Avro Canada a construit l'Arrow pour l’ARC, à Malton, en Ontario, un quartier du nord-ouest de Toronto. Le 1er septembre 2017, l’ARC souligne ce pan de son histoire et de nombreux autres liens qui l’unissent à Toronto en tenant une présentation unique de ses drapeaux consacrés à la place Nathan-Phillips.

Au cours d’une récente visite à la 8e Escadre Trenton, en Ontario, le major-général Blaise Frawley, commandant adjoint de l’Aviation royale canadienne (ARC), s’est rendu sur les lieux des fouilles pour retrouver les neuf modèles construits suivant une échelle de 1/8 du renommé CF-105 Avro Arrow. Les modèles ont volé au-dessus du lac Ontario durant la mise à l’essai du concept de l’aéronef dans les années 1950.

En raison de son concept et de ses capacités, le CF-105 Avro Arrow était considéré comme un avion perfectionné. Conçu sous la forme d’un intercepteur par Avro Canada, société établie à Malton, en Ontario, l’aéronef pouvait voler deux fois plus vite que la vitesse du son. Entre 1954 et 1957, neuf modèles construits suivant une échelle de 1/8 ont été lancés au moyen de fusées installées sur le rivage du lac Ontario, près de Point Petre, afin de mettre à l’essai les caractéristiques de vol des ailes triangulaires perfectionnées des aéronefs grandeur nature.

L’Aviation royale canadienne apporte un soutien à la recherche historique en plus d'offrir un lieu d’entreposage sûr et un espace de travail à la 8e Escadre, de sorte que l’on puisse nettoyer et restaurer tout modèle retrouvé aux fins d’exposition.

Le major-général Frawley a visité la base des opérations de recherche de OEX Recovery Group installée à la station de la Garde côtière canadienne, à Point Petre. Il est monté à bord d’un navire de recherche et a observé le fonctionnement d’une technologie d’écoute sonar de pointe, dont un véhicule sous-marin sans équipage et un sonar à ouverture synthétique perfectionné.

« Nous sommes vraiment ravis de l'excellent soutien que nous offre l’ARC dans le cadre de nos travaux de recherche en vue de récupérer ces objets historiques canadiens », dit John Burzynski, chef d’expédition d’OEX Recovery Group. « L’avion Arrow était un exploit canadien dans le domaine de la haute technologie et un si bel aéronef. Les modèles sont parmi les derniers souvenirs que l’on a du programme de conception, et nous espérons retrouver ces membres de la famille égarés afin de les ramener à la maison. »

La récupération des modèles constituerait un exemple concret important des liens qui unissent l’ARC à l’innovation aérospatiale et à la mise au point de nouvelles technologies qui refont surface aujourd’hui.

« L’Avro Arrow illustre remarquablement bien l’innovation et l’ingéniosité canadiennes », affirme le lieutenant-général Michael Hood, commandant de l’ARC. « Aujourd’hui, quand nous pensons à l’Arrow, nous entrevoyons l’avenir, car nous privilégions et soutenons une culture axée sur l’innovation technologique et intellectuelle dans l’Aviation royale canadienne de même qu'au Canada, un critère qui nous guidera jusqu’en 2030, voire plus loin. »

Si les recherches permettent de récupérer des modèles, l’ARC se chargera de leur entreposage, de leur nettoyage et de leur restauration. On espère exposer les modèles au musée national de la Force aérienne, à Trenton, et au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, à Ottawa.

« L’Avro Arrow a frappé l’imagination des Canadiens. Cette histoire nous hante, car elle nous amène à nous questionner sur les possibilités de ce projet », a dit Richard Mayne, historien principal de l’ARC, qui accompagnait le major-général Frawley durant la visite. « Bien des gens croient que le Canada serait probablement un plus gros compétiteur sur la scène internationale en tant que chef de file en innovation ayant ses propres concepts d’avion-chasseur si l’on avait procédé à la construction de l’Arrow. »

Le programme de recherche et de récupération est une collaboration dirigée par le groupe OEX dans le cadre de Canada 150. Le groupe OEX est parrainé par des compagnies du groupe Osisko, la Minière Osisko Inc. et la société Redevances Aurifères Osisko Ltée, en collaboration avec leurs partenaires financiers, la Banque Nationale, la Banque de Montréal, Canaccord Genuity, Maxit Capital, Eight Capital et Northfield Capital, ainsi que par le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, l’Aviation royale canadienne, l’Institut canadien de conservation et Bennett Jones LLP. Le ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport de l’Ontario, Scarlett Janusas Archaeology, la Garde côtière canadienne, le Royal Canadian Military Institute et La Compagnie Canada soutiennent également le projet.

Bibliothèque et Archives Canada participe au projet en offrant des services de numérisation et en fournissant des films tournés lors des lancements des modèles Avro. Ces données devraient permettre de déterminer les emplacements possibles des modèles.

Date de modification :