L’ARC se souvient de la bravoure des héros de la bataille d’Angleterre

Article de nouvelles / Le 18 septembre 2019

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par Joanna Calder

Le dimanche 15 septembre 1940, l’affrontement décisif de la bataille d’Angleterre a lieu dans le ciel au-dessus du sud-est de l’Angleterre.

Le troisième volume de l’histoire officielle de l’Aviation royale canadienne, intitulé Le creuset de la guerre, 1939-1945, décrit le déroulement de la journée :

« Le dimanche 15 septembre—le point tournant de la bataille, selon tous les comptes rendus... les Allemands lancèrent une attaque sur Londres avec 123 bombardiers escortés par plus de 650 chasseurs. À 11 h, les radars détectèrent des formations ennemies qui se rassemblaient au-dessus de Boulogne et de Calais, et les bombardiers furent soumis à des attaques constantes dès qu'ils eurent franchi les côtes anglaises. Des vingt-quatre escadrons mis en alerte pour contrer ce raid, tous sauf deux réussirent à engager le combat. »

La Luftwaffe revient le lendemain, mais la Royal Air Force a pris le dessus et continue de profiter de son avantage. Comme la force aérienne allemande ne réussit pas à dominer le ciel au-dessus de la Manche et les plages de débarquement du sud-est de l’Angleterre, Hitler décide, le 17 septembre, de reporter l’invasion prévue de la Grande-Bretagne.

Les affrontements se poursuivent, mais les attaques de la Luftwaffe diminuent. Le 12 octobre, Hitler informe ses chefs de service du report de l’invasion au printemps. Il jette toutefois son dévolu sur la Russie et n’envisagera plus jamais sérieusement une invasion.

La bataille d’Angleterre prend graduellement fin à mesure que les conditions météorologiques de l’automne se détériorent. Dans Le creuset de la guerre, on peut lire : « Les Allemands ayant abandonné l’idée d’envahir la Grande-Bretagne, tout combat aérien sérieux de jour ne devait avoir lieu qu’au-dessus de l’Europe occupée. Les opérations de la chasse étaient sur le point d’entrer dans une nouvelle phase, une phase dans laquelle la RAF et l’ARC porteraient, pour le meilleur ou pour le pire, la guerre chez l’ennemi. »

Le dimanche 15 septembre 2019, exactement 79 ans après ce jour décisif, les militaires de l’Aviation royale canadienne partout au Canada se sont réunis pour souligner l’anniversaire de la bataille d’Angleterre. À Ottawa, la cérémonie nationale a eu lieu au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, situé où se trouvait la base aérienne de Rockcliffe.

« Pourquoi continuons-nous donc à nous réunir ici, 89 ans plus tard, afin d’honorer les membres d’équipages et le personnel de piste des forces aériennes qui ont changé le cours de la bataille d’Angleterre? » a demandé le lieutenant-général Al Meinzinger, commandant de l’Aviation royale canadienne, pendant le défilé national. « Comment est-ce que ça change notre vie aujourd’hui? »

« Il ne fait aucun doute que notre vie serait très différente aujourd’hui s’ils n’avaient pas répondu à l’appel et combattu les forces oppressives. Mais, nous sommes aussi conscients que les héros de la bataille d’Angleterre et tous ceux qui ont servi et continuent à servir, comme vous, qui défilez aujourd’hui, depuis les débuts de l’aviation militaire, nous inspirent à être de meilleurs militaires de l’Aviation royale canadienne, de meilleurs Canadiens et de meilleurs êtres humains. »

Le major (à la retraite) Des Peters, ancien militaire de la Royal Air Force, de l’Aviation royale du Canada auxiliaire et de l’Aviation royale du Canada, a lu l’Acte du Souvenir, soit une strophe du poème de Laurence Binyon, Prière avant le combat. La cadet sergent Elizabeth Johnson a ensuite fait la lecture de la Promesse du Souvenir.

L'Acte du Souvenir

Ils ne vieilliront pas comme nous,qui leur avons survécu.
Ils ne connaîtront jamais l’outrageni le poids des années.
Quand viendra l’heure du crépusculeet celle de l’aurore,
nous nous souviendrons d’eux.


Le Promesse du Souvenir

Ils étaient jeunes, jeunes comme nous,
Ils ont servi, donnant généreusement d’eux-mêmes.
Nous leur promettons, en dépit du temps qui passe,
De porter le flambeau et de ne jamais oublier.
Nous nous souviendrons d’eux.

La cérémonie a été ponctuée de défilés aériens exécutés par des avions de l’époque de la guerre appartenant aux Ailes d’époque du Canada, notamment un Harvard, un Spitfire, un Mustang et un Kittyhawk. Des cadres supérieurs du ministère de la Défense nationale, des militaires des Forces armées canadiennes, des membres de groupes d’anciens combattants et des représentants d’autres pays ont déposé des couronnes à la mémoire de la « poignée de héros », à qui nous devons tant.

Comme le capitaine de vaisseau Krzysztof Książek, attaché militaire de l’ambassade de la République de Pologne, l’a rappelé aux militaires et aux spectateurs présents, ces quelques braves aviateurs ont changé le cours de l’histoire. « Comme l’histoire l’a montré, la victoire aérienne des Alliés a constitué le moment décisif de la guerre, où Hitler a dû renoncer à ses ambitions militaires. Elle a donné espoir et force à l’Europe, amorçant ainsi le long processus de libération. »

Tous les ans, l’Aviation royale canadienne se recueille pour se souvenir de la bravoure de ces héros et les remercier de leur sacrifice.


 

Joignez-vous à l'ARC : Osez vous surpasser

Les officiers du contrôle aérospatial contribuent aux opérations aériennes en fournissant des services de contrôle de la circulation aérienne et en assurant le contrôle des armes aériennes. 

Ils sont chargés de la surveillance aérospatiale, de l’alerte et du contrôle des objets aéroportés dans l’espace aérien canadien. En tant que partie intégrante du système canadien de navigation aérienne, les officiers du contrôle aérospatial assurent également le contrôle des aéronefs civils et militaires dans le cadre d’opérations de combat et d’instruction partout dans le monde.

http://forces.ca/fr/carriere/officier-controle-aerospatial/

Date de modification :