L’ARC souligne la fin du 50e cours de recherche et de sauvetage

Article de nouvelles / Le 7 juillet 2017

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Aviation royale canadienne

Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense nationale, et les dirigeants de l’Aviation royale canadienne ont accueilli hier onze nouveaux techniciens en recherche et en sauvetage (SAR) à la 19e Escadre Comox, en Colombie-Britannique.

Les diplômés de l’École de recherche et de sauvetage des Forces canadiennes sont issus du 50e cours de technicien en SAR de l’histoire des Forces armées canadiennes. La remise des diplômes marque la fin d’une année de formation intensive qui prépare les stagiaires à exercer le métier de paramédical chargé des soins primaires spécialisé en survie sur terre et en mer, en parachutisme, en alpinisme, ainsi que dans les opérations de plongée et de vol.

« Je suis heureux de féliciter les nouveaux techniciens en recherche et en sauvetage du Canada et de souligner la 50e promotion de techniciens en recherche et en sauvetage de l’histoire des Forces armées canadiennes, a dit Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense nationale. Après une année presque complète d’entraînement particulièrement intensif sur les terrains les plus rudes du Canada, ces techniciens en SAR méritent de se joindre à leurs collègues pour effectuer des missions de sauvetage extrêmement exigeantes. »

Au sujet du cours

Le cours d’un an permet de préparer des techniciens en recherche et en sauvetage à être des paramédicaux chargés des soins primaires spécialisés en survie sur la terre et en mer, en parachutisme, en alpinisme ainsi que dans les opérations de plongée et de vol.

Les onze diplômés du cours seront affectés à des escadrons de recherche et de sauvetage partout au pays. La formation a eu lieu à divers endroits, notamment à Comox, à Victoria et à Vancouver, en Colombie-Britannique, au lac Jarvis et au parc national Jasper, en Alberta, à Winnipeg, au Manitoba, à Halifax, en Nouvelle-Écosse, et à Resolute Bay, dans les Territoires-du-Nord-Ouest.

L’histoire de la formation en recherche et en sauvetage

Les Forces armées canadiennes forment du personnel aux techniques de recherche et de sauvetage depuis 1944. Bien qu’il s’agisse de la 50e promotion de techniciens en recherche et en sauvetage, le cours n’a pas eu lieu tous les ans.

Appelée à l’origine cours de sauveteur-parachutiste, la formation a été conçue par Wilfred Reid (Wop) May, qui avait imaginé une équipe de parachutistes capables de sauter sur les lieux d’un accident pour donner les premiers soins et organiser la récupération des victimes.

La première école de sauveteur-parachutiste a vu le jour à Edmonton, en 1944. Le premier cours à y avoir lieu a débuté le 12 février 1945 et comptait 12 stagiaires. À l’origine, la formation devait durer 15 semaines, mais, en raison du mauvais temps et de problèmes d’équipement, elle a duré 19 semaines.

À partir de 1964, c’est l’École de survie de l’ARC, à Edmonton, qui s’est chargée d’offrir le cours de sauveteur-parachutiste.

En 1996, l’École de recherche et de sauvetage des Forces canadiennes voit le jour à Comox. La première promotion de techniciens en recherche et en sauvetage remonte à 1998. Depuis 2005, l'établissement forme des techniciens en recherche et en sauvetage tous les ans.

« Les stagiaires qui ont suivi le 50e cours de technicien en recherche et en sauvetage avaient un riche et fier héritage à perpétuer, et ils ont réussi, a dit le major John Coffin, commandant de l’École de recherche et de sauvetage des Forces canadiennes. Ceux et celles qui ont fréquenté cette école ont sauvé des milliers de vies et je suis persuadé que nos plus récents diplômés suivront fièrement leurs traces. »

Les techniciens en recherche et en sauvetage : « Pour que d’autres vivent »

On compte environ 140 techniciens en recherche et en sauvetage au Canada; ceux-ci font tous partie de l’Aviation royale canadienne. Il s’agit de spécialistes rigoureusement formés qui donnent des soins médicaux précédant l’hospitalisation et sauvent des aviateurs, des marins et d’autres personnes en détresse dans des régions éloignées et difficiles d’accès. Ces hommes et ces femmes respectent la norme nationale établie pour les paramédicaux chargés des soins primaires, en plus de posséder d’autres compétences spécialisées.

Les techniciens en SAR voyagent à bord de tous les aéronefs principaux de SAR des FAC déployés dans le cadre de missions de recherche et de sauvetage. Ils ont sauvé des milliers de vies partout au pays.

Leur devise est : « Pour que d’autres vivent. »

Date de modification :