L’équipe de commandement de la 14e Escadre se réunit pour souligner la Journée nationale des peuples autochtones

Article de nouvelles / Le 26 juin 2020

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d’images » pour voir d’autres photos.

Le 21 juin, nous célébrons la Journée nationale des peuples autochtones, qui donne l’occasion à tous les Canadiens de souligner et de célébrer le patrimoine unique, la diversité culturelle et les réalisations remarquables des Premières Nations, des Inuits et des Métis. La Constitution canadienne reconnaît ces trois groupes comme peuples autochtones.

Par Sara White

Le matelot-chef Scott Carson se souvient d’avoir vu son grand-père diriger une cérémonie de purification il y a de nombreuses années. Le 19 juin 2020, il a dirigé la sienne.

« Mon grand-père faisait partie de la Première Nation Eskasoni, et il avait l’habitude de faire ça; je l’ai vu le faire. Il est mort jeune. » C’est ce qu’a dit le matelot-chef Carson à des militaires de l’équipe de commandement de la 14e Escadre Greenwood, en Nouvelle-Écosse, réunis pour marquer la Journée nationale des peuples autochtones le 21 juin 2020, sous l’ombre d’un arbre sur la pelouse du quartier général.

« Il y a dix ans, a ajouté le matelot-chef Carson, un ami du Groupe consultatif des Autochtones de la Défense de l’escadre m’a invité à faire une cérémonie de purification, puis j’ai commencé à faire une petite cérémonie et à participer aux levées de drapeau. Et j’ai continué. J’aime ça. »

Le matelot-chef Carson, technicien en médecine préventive au 26e Centre des Services de santé des Forces canadiennes, a utilisé la plume d’aigle du Groupe consultatif des Autochtones de la Défense (GCAD) de l’escadre pour envoyer la fumée purifiante parfumée aux yeux, aux oreilles, à la bouche, aux mains et au corps des personnes présentes, nettoyant ainsi leurs sens pour leur permettre de voir, d’entendre et de parler juste, mais aussi de faire le bien selon leurs capacités. Pendant que la fumée purifiante se dissipait, le matelot-chef Carson a mouillé le bâton de fumée puis enterré la cendre dans l’espace créé à cette fin.

Le GCAD lui-même a organisé la cérémonie, faisant de son mieux pour souligner la Journée nationale des peuples autochtones et le Mois national de l’histoire autochtone, malgré les restrictions de santé publique imposées dans le cas de rassemblements en raison de la COVID-19. Dans un cadre extérieur, le cercle élargi permettait le respect de l’éloignement physique, mais pas social.

Le lieutenant-colonel Serge Parisien, commandant du 14e Escadron de soutien opérationnel et champion du GCAD de la 14e Escadre, a souhaité la bienvenue à tous, leur rappelant une séance d’entraînement de février où l'on avait dû reporter une cérémonie de purification par la fumée. « Merci beaucoup de participer à la cérémonie aujourd’hui et de soutenir le GCAD, a-t-il dit. Le 21 juin est la Journée nationale des peuples autochtones, qui donne l’occasion à tous les Canadiens de souligner et de célébrer le patrimoine unique, la diversité culturelle et les réalisations remarquables des Premières Nations, des Inuits et des Métis. »

« Nous prenons des mesures en tant que membres d’un GCAD afin de trouver des occasions de rassembler le groupe en vue de participer à plus d’événements spéciaux et de sensibilisation à l’escadre. »

Le colonel Brendan Cook, commandant de la 14e Escadre, a affirmé que les répercussions de la COVID-19 ne doivent pas entraver le travail du GCAD.

« Nous devons réunir les membres de ce groupe, a affirmé le colonel Cook. Nous avons pris des mesures, ici, à la 14e Escadre pour sensibiliser les gens davantage, et nous en prendrons d’autres autant que possible. Les Premières Nations du Canada ont toutes des coutumes et des langues uniques, mais elles ont aussi toutes contribué à façonner l’histoire du Canada et c’est pourquoi elles doivent participer à préparer son avenir. »

Sara White est rédactrice en chef du Aurora, journal de la 14e Escadre Greenwood, en Nouvelle-Écosse.

 


 

Joignez-vous à l'ARC : Osez vous surpasser

Les travailleurs sociaux ont comme tâche principale d’offrir des services professionnels de travail social dans un milieu militaire pour soutenir le moral, l’efficacité et la santé mentale des membres des Forces armées canadiennes (FAC). Ils s’assurent que ceux-ci reçoivent les services sociaux cliniques normalement offerts à la population civile par les organismes communautaires de santé mentale et de services sociaux.

Outre affronter les mêmes difficultés que les Canadiens, les membres des FAC et leurs familles doivent faire face au stress qu’imposent des séparations et des déménagements fréquents liés aux besoins du service. Ce stress peut engendrer des situations sociales et familiales qui nécessitent des interventions complexes en matière de travail social.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

         - Fournir des services d’intervention clinique directement à des militaires canadiens et à des membres de leurs familles
         - Contribuer au règlement de problèmes personnels de manière à éviter des mesures relatives à la carrière
         - Consulter et conseiller des commandants et des superviseurs au sujet des problèmes personnels de membres de leur unité
         - Seconder des officiers responsables des questions de carrière en menant des enquêtes et en rédigeant des rapports sur des problèmes personnels
         - Offrir des programmes de prévention et de réadaptation dans les domaines suivants :
                   - Stress lié au pré-déploiement et au post-déploiement
                   - Suicide
                   - Violence familiale

http://forces.ca/fr/carriere/travail-social/

Date de modification :