L’exercice Pitch Black offre une expérience « unique » aux participants de l’ARC

Article de nouvelles / Le 25 août 2016

Cliquer la photo sous la rubrique « Galerie d’images » pour voir d’autres photos.

Par le capitaine d’aviation Nick O’Connor

Apprivoiser la faune de l’Australie était l’un des défis que les membres de l’Aviation royale canadienne (ARC) ont dû relever au cours des premiers jours de l’exercice Pitch Black.

Le 435e Escadron de transport et de sauvetage de l’ARC a déployé un avion CC-130H Hercules pour participer à l’exercice ainsi que pour fournir des capacités de ravitaillement air-air et de transport à ses partenaires internationaux. Basé à la base Tindal de la Royal Australian Air Force (RAAF) pendant l’exercice, le commandant du détachement de l’ARC, le major Josh Leveque, décrit ainsi la mission de son détachement.

« Notre principal objectif consistait à s’intégrer à nos partenaires internationaux et à effectuer le ravitaillement air-air des avions F/A-18 Hornets et Super Hornets », explique-t-il en ajoutant que les opérations menées dans l’espace aérien du Territoire du Nord ont été une expérience d’entraînement unique pour son équipe. « Sortir de notre espace aérien habituel nous a permis de profiter de nombreuses occasions de mise sur pied d’une force et d’entraînement. Mon équipe retourne à la base des Forces canadiennes de Winnipeg avec une toute nouvelle perspective. »

Avant d’entamer une mission lors de l’exercice, le major Leveque a dit qu’il avait été forcé de « négocier » avec certains animaux sauvages du Territoire du Nord. « À notre arrivée, lorsque je suis allé à la salle de bains, j’ai été quelque peu surpris de constater qu’il y avait une grenouille dans la toilette », raconte-t-il. « Je pense qu’il s’agit d’une situation à laquelle nous devions nous habituer, et nous nous en sommes fait des amies. »

Quitter le Grand Nord glacé pour aller au pays des kangourous nous a permis de profiter d’un environnement d’opération unique dans le Territoire du Nord, un environnement auquel l’équipage du Hercules canadien est peu habitué. « Nous avons profité de l’hiver australien plutôt que de l’hiver canadien », déclare le major Leveque. « Cet exercice a été une bonne expérience et un bon entraînement. Il est certain que j’aimerais revenir dans deux ans ».

Le capitaine d’aviation O’Connor est un membre de la Royal Australian Air Force.

Date de modification :