ARCHIVÉE - L’opération Impact représente l’évolution des capacités de la puissance aérienne depuis la bataille d’Angleterre

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Galerie d'images

Article de nouvelles / Le 21 mai 2015

Par les Affaires publiques de la Force opérationnelle aérienne en Iraq

La campagne aérienne à multiples facettes menée par la Force opérationnelle aérienne en Iraq (FOA-I) représente une partie impressionnante des capacités de la puissance aérienne du Canada qui ont évolué depuis le tout premier engagement de combat pendant la bataille d’Angleterre. Pendant cette bataille, à la fin de l’été et au début de l’automne de 1940, plus de  100 pilotes canadiens et environ 300 membres de personnel de piste canadiens ont participé à la défense du Royaume-Uni pour contrer les efforts d’Hitler qui voulait obtenir le supériorité aérienne au-dessus du sud-est de l’Angleterre et de la Manche en vue d’une invasion.

Le mois dernier, alors que de nombreux membres de la FOA-I effectuaient des missions de vol et préparaient des aéronefs et plus de munitions et d’explosifs à être chargés à bord des aéronefs CF-188 Hornet, d’autres membres du personnel de l’Aviation royale canadienne (ARC) ont saisi l’occasion le 1er avril pour célébrer les 91 années de réalisations de l’ARC.

Les célébrations au Camp Patrice Vincent et Camp Canada faisaient suite à plus de cinq mois de déploiement dans le cadre de l’opération IMPACT, la contribution du Canada à la campagne contre l’État islamique en Iraq et en Syrie (EIIS). La nuit précédente, le détachement des CF-188 Hornet avait effectué une frappe de précision sur une position de combat de l’EIIS en appui aux forces de sécurité irakiennes. Pendant cette même période, des membres du détachement de patrouille à long rayon d’action ont effectué des missions de vol essentielles à bord de leurs CP-140 Aurora au-dessus de l’Iraq, faisant la collecte d’information sur le champ de bataille à l’aide de leurs nouveaux détecteurs de renseignement, surveillance et reconnaissance. De plus, une équipe d’un CC-150T Polaris s’est jointe à ces aéronefs très occupés, effectuant l’avitaillement en vol des chasseurs canadiens et de la coalition.

Bien que les membres de la FOA-I aient raison d’être fiers de ce qu’ils accomplissent pour aider à défendre ceux qui sont opprimés par l’EIIS, ils peuvent également être fiers des réalisations de l’ARC au cours des 91 dernières années. Possédant une flotte de biplans de l’après Première Guerre mondiale en 1924, les membres de l’ARC d’aujourd’hui possèdent une force aérienne moderne, polyvalente qui détient certains des aéronefs les plus avancés et performants à l’échelle mondiale.

Les missions des CF-188 frappent avec précision les positions de l’EIIS avec des munitions guidées avec précision, ce qui aurait constitué un scénario de science-fiction pour les équipages de bombardiers de la Seconde Guerre mondiale. Les aéronefs améliorés CP-140M Aurora possèdent des détecteurs qui en font les aéronefs de reconnaissance les plus avancés dans la lutte contre l’EIIS, permettant de voir plus loin que la portée visuelle de l’équipage. Grâce au choix du bon moment et à une planification précise, les opérations des CF-188 sont possibles avec l’aide du ravitailleur en vol Polaris; de telles opérations sont un exercice de coordination et des techniques exercés dans les postes de pilotage.

« Bien sûr, aucun des succès de la FOA-I n’auraient eu lieu sans les gens qui appuient ces opérations », a affirmé le colonel Eric Kenny, commandant de la Force opérationnelle aérienne en Iraq, à une foule rassemblée au centre du moral et du bien-être « Maison du Canada » du Camp Patrice Vincent lors des célébrations de l’anniversaire de l’ARC.

« Vous vivez l’histoire de l’ARC d’aujourd’hui et nous écrivons un autre fier chapitre de ce livre d’histoire, ici au Koweït et au-dessus de l’Iraq et…de la Syrie. »

Note de la rédaction : Le 24 avril 2015, le colonel Eric Kenny a passé le commandement de la Force opérationnelle aérienne en Iraq au colonel Sean Boyle.

Date de modification :