La 12e Escadre accueille le premier groupe externe pour une visite du Cyclone

Article de nouvelles / Le 6 septembre 2016

Cliquer la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

I`Il est prévu que l'Aviation royale canadienne et la Marine royale canadienne disposent d'une capacité opérationnelle de déploiement, soit deux détachements d'hélicoptères Cyclone à bord de navires de la Marine royale canadienne menant des opérations maritimes, d'ici avril 2018.

Par Ryan Melanson

Après avoir célébré dernièrement plusieurs réalisations importantes liées au Projet des hélicoptères maritimes et à la transition au CH-148 Cyclone, la 12e Escadre Shearwater, située en Nouvelle-Écosse, a vu ses représentants accueillir récemment un groupe externe pour un briefing d'étape et une visite du tout nouvel aéronef de l'Aviation royale canadienne (ARC).

Le personnel de l'Installation d'évaluation et d'essais opérationnels – Hélicoptères (IEEOH) a accueilli des membres de l'Association de l'ARC et du Royal United Services Institute of Nova Scotia pour le briefing, qui a été présenté au Centre d’instruction sur les hélicoptères maritimes de l'escadre par le capitaine Bryan Langille.

Les visiteurs ont eu droit à un survol du rôle des hélicoptères maritimes dans l'ère moderne, et des capacités avancées du Cyclone, notamment ses moteurs améliorés, sa compatibilité avec les systèmes de vision nocturne, ainsi que ses capteurs et son système radar évolués, et à un briefing sur la progression de la transition jusqu'à maintenant. Ils ont consulté plusieurs photographies et extraits vidéo présentant l'aéronef en vol en mer dans le cadre d'essais avec le navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Montréal, puis se sont rendus aux hangars pour voir des Cyclone et visiter l'intérieur de ceux-ci.

Actuellement, la 12e Escadre loge quatre Cyclone, dont deux de la version améliorée du bloc 1.1. Deux des six Cyclone livrés initialement se trouvent actuellement aux installations de Sikorsky, où l'on est à y intégrer l'amélioration du bloc 1.1.

Quant à la mise à l'essai de l'hélicoptère, le major Travis Chapman, commandant de l'IEEOH, a affirmé que son équipage avait réalisé des progrès importants dans l'évaluation des opérations terrestres et des opérations embarquées en mer; après avoir pris une pause des vols pour suivre un nouveau cours d'instruction, l'équipage reprendra le travail aux commandes de la version améliorée du bloc 1.1 de l'hélicoptère pour continuer de parfaire ses compétences liées à l'emploi de l'aéronef avec le NCSM Montréal. « Que les membres de l'équipage soient compétents et à niveau est ce qui importe le plus », a-t-il fait valoir. « Si nous faisons appel à leurs services afin d'évaluer l'aéronef et de mettre en œuvre des tactiques, pour ensuite faire l'essai de celui-ci au sein d'une flotte, ils doivent savoir de quoi ils parlent et être en mesure d'utiliser les divers systèmes et de piloter l'aéronef comme il se doit.

« Et d'ici septembre, nous nous concentrerons entièrement sur les capacités de combat de l'aéronef destinées aux opérations de guerre de surface et sous-marine. »

Comme prévu, des lacunes et des problèmes techniques ont été relevés, mais la collaboration avec les nombreux sous-traitants et intervenants du ministère de la Défense nationale participant au projet se déroule rondement. Les problèmes ont été cernés et acceptés, et le processus de recherche de solutions s'est enclenché rapidement. « Le personnel est engagé et enthousiaste », a soutenu le major Chapman. « Il veut que le projet fonctionne. Nous relevons des problèmes, et cela a peut-être parfois une incidence sur les journées de travail et les horaires de navigation, ce qui peut semer du mécontentement chez certains, mais le personnel fait preuve d'un grand professionnalisme. »

Le major Chapman rend également crédit à Sikorsky, propriétaire et exploitant du Centre d’instruction sur les hélicoptères maritimes, qui se veut un partenaire agréable dans le processus.

À ce jour, la principale étape atteinte, dont la réalisation était prévue pour le printemps 2016, fut l'atterrissage du Cyclone sur le pont d'un navire de guerre par le premier équipage de détachement aérien provenant exclusivement des Forces armées canadiennes (FAC), opération qui s'est déroulée avec succès en avril. Plus récemment, une autre étape importante a été atteinte : la conclusion du dernier cours de technicien en systèmes aéronautiques associé au Sea King du 406e Escadron. « Désormais, l'instruction reçue par les membres de l'escadron visera exclusivement le nouvel aéronef, un fait très significatif », a soutenu le lieutenant-colonel Peter Saunders, commandant du 406e Escadron et commandant d'escadre par intérim.

« Il est erroné de dire qu'un jour l'instruction sur le 148 sera offerte et nous y consacrerons toute notre énergie; le tout se passe aujourd'hui », a-t-il ajouté. « Le processus à suivre pour nous rendre aptes à mener des missions sera toutefois long, mais lorsque les gens voient les équipages de l'IEEOH voler, ou leurs amis et collègues se rendre dans les locaux de l'école pour suivre un cours – cela envoie un puissant message dans toute l'escadre. »

Le lieutenant-colonel Saunders a affirmé que la composition du groupe qui a effectué la première visite de l'aéronef nouvellement amélioré était idéale, puisqu'il comptait des membres des FAC et de la GRC retraités et en service, de même que des agents de police. Comme bon nombre des membres du groupe avaient participé aux premiers stades du Projet des hélicoptères maritimes, la visite pouvait être considérée comme une occasion de les remercier et de leur présenter un aperçu des résultats de leur participation.

Quant aux groupes externes et aux membres du grand public, les occasions de voir le Cyclone de près finiront par se présenter. Les possibilités d'effectuer des visites sont limitées à la 12e Escadre, puisque plusieurs formations sont en cours au centre d'instruction, mais le nouvel hélicoptère maritime de l'ARC participera à des spectacles aériens après que le commandant de l'escadre aura jugé que le moment est propice, a indiqué le lieutenant-colonel Saunders, et d'autres activités d'engagement plus générales seront organisées.

« Nous offrirons aux gens l'occasion de voir l'aéronef de près », a-t-il affirmé. « Nous savons que l'intérêt est élevé. Nous n'avons pas encore atteint ce stade, mais il est inévitable. »

Le dernier vol du CH-124 Sea King devrait avoir lieu en décembre 2018 sur la côte Ouest du Canada. Il marquera la fin de la transition visant à faire du Cyclone l'hélicoptère maritime des FAC.

Le Royal United Services Institute compte parmi ses membres d'anciens membres du personnel des FAC, de la GRC et de services de police, ainsi que d'autres personnes intéressées à étudier, promouvoir et débattre des questions liées à la défense et à la sécurité.

Ryan Melanson est journaliste dans l'équipe de rédaction du Trident, le journal de la Base des Forces canadiennes Halifax.

La fin d’une époque

Le 406e Escadron n'a pas toujours été un escadron maritime d'entraînement opérationnel.

Le 5 avril 1941, il était désigné comme le « 406 (Night Fighter) Squadron » (escadron de chasse nocturne), puis, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, comme le « 406 (Intruder) Squadron » (escadron de pénétration). Il fut dissous, puis reconstitué, d'abord en tant qu'escadron de bombardiers tactiques, puis à titre d'escadron de bombardiers légers. Le 3 septembre 1952, on ajouta la mention « City of Saskatoon » à sa désignation, et le 31 mars 1958, il devint le « 406 Squadron ». Six ans plus tard, très exactement, le fier escadron fut à nouveau dissous.

Le 12 juillet 1972, le 406e Escadron fut reformé et fusionné avec le « 21 Helicopter Utility Squadron », devenant ainsi le 406e Escadron maritime d'entraînement opérationnel.

Par le caporal Jennifer Robinson

Le 406e Escadron maritime d'entraînement opérationnel a donné le dernier cours de technicien en systèmes aéronautiques associé au Sea King, cours qui fut offert pendant 44 ans; 12 stagiaires ont terminé le cours avec succès le 27 juillet 2016.

Le caporal Alex Nickelo, l'un des instructeurs principaux, décrit le cours comme suit : « [il est] d'une durée de quatre mois et demi. Les stagiaires y apprennent comment assembler, démonter et dépanner les systèmes d'éclairage, d'alimentation hydraulique et d'alimentation en carburant de l'aéronef. »

Selon le major Joel MacDermaid, commandant par intérim du 406e Escadron, cela marque « le premier véritable changement pour l'escadron dans le cadre de la transition du CH-124 Sea King au CH-148 Cyclone. Le 406e Escadron peut maintenant se concentrer sur l'instruction associée au Cyclone. »

Et la 12e Escadre peut maintenant se concentrer sur les changements à apporter pour prendre en charge le CH-148. Le commandant de l'escadre, le colonel Peter Allan, explique qu'il « a travaillé toute sa carrière à la transition du Sea King [au Cyclone], de 1993, à Pat Bay, en Colombie-Britannique, au sein du 443e Escadron, jusqu'à aujourd'hui. »

L'adjudant-chef Daniel McLeod porte deux titres, non seulement celui d'adjudant-chef du 423e Escadron, mais également celui de maître de flotte pour le Sea King. Il décrit la transition comme un délicat exercice d'équilibre, et prétend que la conclusion du cours nous place dans la dernière ligne droite menant à la mise hors service du Sea King. Il a « hâte de voir ces nouveaux diplômés élargir leur savoir et effectuer la transition vers le Cyclone. »

Il espère que la « transition s'opérera harmonieusement, soit que le Cyclone entrera en service dès le lendemain de la mise hors service du Sea King. » La mise hors service du Sea King est prévue pour 2018.

Contenu traduit et reproduit avec l'autorisation du Trident.

Date de modification :