La major-général Tammy Harris : première femme à accéder au poste de commandant adjoint de l’ARC

Article de nouvelles / Le 31 janvier 2017

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par les Affaires publiques de l’ARC

La major-général Tammy L. Harris a ajouté une autre « première » à sa liste considérable de réalisations à titre de femme dans les Forces armées canadiennes.

Plus tard cette année, la major-général Tammy Harris assumera la fonction de commandante adjointe de l’Aviation royale canadienne, devenant ainsi la première femme à occuper un tel poste dans la Marine, l’Armée ou la Force aérienne.

« En tant que général dans la Force aérienne, il s’agit certainement d’une occasion extraordinaire, mais aussi d’un honneur et d’un privilège que m’accorde le chef d’état-major de la Défense », a dit la major-général Harris lors d’une entrevue récente. « À titre de dirigeante, j’estime que ma nomination témoigne des changements aux politiques qui ont eu lieu au début des années 1980, lorsque ma cohorte émergeait. »

Être la première n’a rien de nouveau pour la major-général Harris. En 2007, elle est devenue la première femme à commander une escadre de l’ARC, à savoir la 9e Escadre Gander, à Terre-Neuve-et-Labrador, puis, en 2012, elle devient la première femme à commander une des grandes bases des Forces armées canadiennes, c’est-à-dire la base des Forces armées canadiennes Borden, en Ontario. À titre de dirigeante de la plus grande base d’entraînement du Canada, la major-général Harris a reçu le commandement du Groupe de l'instruction de soutien des Forces canadiennes à Borden.

Toutefois, la major-général Harris n’accorde pas trop d’importance à son rôle de pionnière. Elle dit que ses réalisations acquièrent de l’importance dans la mesure où elles ouvrent la voie aux femmes qui lui emboîteront le pas.

« Parmi ma cohorte de neuf femmes ayant atteint le grade de général, qui est toute une réussite en soi, les premières réalisations sont importantes uniquement parce que, un jour, il y aura d’autres réalisations, une sixième, une septième et même une huitième. Voilà ce qui est important pour moi », a ajouté la major-général.   

« D’incroyables jeunes dirigeantes gravissent actuellement les échelons et souhaitent devenir chef d’état-major de la défense », a affirmé la major-général Harris.   

En devenant commandante adjointe de la Force aérienne, la major-général Harris succédera au major-général Al Meinzinger, qui occupe le poste depuis mai 2015. Dans le cadre de ses fonctions, le commandant adjoint doit notamment apporter un soutien direct au commandant de l’ARC et diriger le personnel du quartier général de l’ARC. 

« Parmi mes objectifs, je compte certainement poursuivre l’excellent travail qu’a accompli le major-général Meinzinger. »

La major-général dit avoir hâte de travailler avec le commandant de la Force aérienne afin de faire progresser et de concrétiser sa vision, mais aussi de rencontrer les aviateurs et les aviatrices de l’Aviation royale canadienne afin d’apprendre à les connaître, eux et leur famille. L’un de ses objectifs principaux restera l’opération Honour, la mission des Forces armées canadiennes visant à éliminer les comportements dommageables et inappropriés dans les forces militaires canadiennes. Elle invite d’ailleurs toute personne qui a été victime de tels comportements d’en parler.

« Si vous pouvez respirer, c’est que vous pouvez parler, et si vous pouvez parler, je vous écoute. »

Au sujet de la major-général Tammy Harris

La major-général Harris a grandi à Kings County, en Nouvelle-Écosse. Elle estime que son éducation rurale, ses excellentes relations familiales et les femmes dans sa famille constituent les fondements de sa réussite.   

« Mes tantes et ma mère disaient que seule notre imagination nous limite. Vous pouvez réaliser tout ce que votre imagination conçoit. Vous accomplissez quelque chose en travaillant fort, en gagnant le respect des autres, en établissant votre crédibilité, en riant beaucoup et en restant fidèle à vous-même », dit la major-général.    

Lorsqu’elle obtient son diplôme de l’Université Acadia à Wolfville, en Nouvelle-Écosse, en 1987, la major-général Harris prononce le discours d’adieu de sa promotion. Elle se joint immédiatement aux Forces armées canadiennes à titre de contrôleuse de la circulation aérienne. Après avoir terminé son cours de base de contrôleuse aérienne en 1989, elle est affectée à Lahr, en Allemagne, où elle accède au poste de chef contrôleuse de la tour.

En 1993, la major-général Harris se rend à Sault Ste Marie, en Ontario, pour y ouvrir un centre de recrutement et, ultérieurement, elle occupe le poste de commandante adjointe du recrutement pour le nord de l’Ontario. En 1996, elle suit un cours de français d’un an à Shearwater, en Nouvelle-Écosse, et est ensuite affectée à la 12e Escadre Shearwater à titre de chef contrôleuse de la tour. La major-général Harris participe alors activement à l’opération Persistance, l’intervention des Forces armées canadiennes à la suite de l’écrasement tragique du vol 111 de la Swiss Air près de Peggy’s Cove, en Nouvelle-Écosse, en septembre 1998.

Promue au grade de major en 2000, la major-général Harris est affectée à la 15e Escadre Moose Jaw, en Saskatchewan, en vue du début du programme d’entraînement en vol de l’OTAN au Canada (NFTC); elle accède ensuite au poste d’agente du contrôle de la circulation aérienne de l’escadre, et plus tard, à celui d’agente des opérations de l’escadre. En 2003, la major-général Harris devient commandante de l’École du Commandement aérien à la 16e Escadre Borden, puis, l’année suivante, elle suit le cours d’état-major des Forces canadiennes à Toronto. Elle est ensuite promue au grade de lieutenant-colonel et affectée à l’Académie canadienne de la Défense (ACD) à titre de conseillère principale du commandant de l’ACD. À l’automne 2006, elle retourne au Collège des Forces canadiennes à Toronto pour participer au Cours supérieur des études militaires. En 2007, elle assume la fonction de commandante de la 9e Escadre Gander, à Terre-Neuve-et-Labrador, puis amorce, en juin 2009, un déploiement en Afghanistan à titre de commandante de l’élément canadien de la roto 8 à l’appui du commandant de l’aérodrome de Kandahar et du chef du J5 Plans de l’OTAN à la base aérienne.

Peu de temps après son retour au Canada, en 2010, la major-général Harris obtient le grade de colonel et devient conseillère spéciale du vice-chef d’état-major de la défense.

En 2012, la major-général Harris assume la fonction de commandante de la base des Forces canadiennes Borden et de commandante du Groupe de l’instruction du soutien des Forces armées, devenant ainsi la première femme à occuper ce poste. Au mois de juillet 2013, elle accède au grade de brigadier-général et assume les responsabilités de conseillère militaire principale au Bureau du Conseil privé.

En septembre 2015, la major-général Harris devient chef d’état-major du chef d’état-major de la défense. En mai 2016, elle est promue à son grade actuel et nommée championne des perspectives fondées sur le sexe.

Date de modification :