ARCHIVÉE - Le CC-150T Polaris : Un multiplicateur de force

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Article de nouvelles / Le 15 avril 2015

Par les Affaires publiques de la Force opérationnelle interarmées en Irak

Il est possible que les Canadiens associent l’opération Impact, soit la contribution du Canada à la coalition luttant contre le l’organisation État islamique en Irak et au Levant (ISIL), à le chasseur CF-188 Hornet, qui est très maniable. Cet aéronef est utilisé pour effectuer des frappes aériennes contre des cibles du groupe ISIL. Certains disent que le chasseur-bombardier canadien représente le « visage » de la mission. Toutefois, les vols de ces aéronefs requièrent beaucoup de planification et la réalisation de nombreuses tâches importantes.

Par exemple, le détachement de ravitaillement en vol de la Force opérationnelle aérienne en Irak, composé de 21 membres, est responsable de piloter un CC-150T Polaris de l’Aviation royale canadienne lors de ses missions de ravitaillement en vol. Le Polaris est un Airbus A 310, soit un aéronef polyvalent, à long rayon d’action, qui peut être converti pour le transport de passagers ou de marchandises, ou pour le transport médical, en plus de sa fonction de ravitailleur en vol, ce qui lui donne la désignation de CC-150T.

Grâce à son tuyau et à son cône de ravitaillement déployés sous chaque aile, le Polaris peut transférer plus de 80 000 livres de carburant à des aéronefs durant un seul vol. Cette importante capacité permet aux aéronefs d’opérer pendant de longues heures au‑dessus d’un vaste théâtre d’opérations, ce qui en fait un multiplicateur de force.

Le détachement de ravitaillement en vol reçoit ses tâches du Centre multinational d’opérations aérospatiales (CMOA) de la coalition, qui l’informe du type d’avion de chasse à ravitailler, de la partie du théâtre où il doit se rendre et du délai.

« Toutefois, du moment où nous décollons, nous pouvons nous attendre à ce que le programme change », explique le commandant du détachement, un navigateur de CC-150 Polaris d’expérience, basé au 437e Escadron de transport, basée à la 8e Escadre Trenton en Ontario. « Les vols sont annulés ou les avions sont retardés; ils nous rencontrent avec moins de carburant que prévu, et ainsi de suite… Toutes ces situations ont des répercussions sur l’horaire. »

Les équipages de ravitaillement canadiens sont reconnus au sein de la Force de stabilisation au Moyen‑Orient pour leur souplesse et leur polyvalence. « Nous essaierons toujours de répondre aux besoins d’un avion de plus. Je crois que c’est la raison pour laquelle les pilotes des chasseurs de la coalition aiment travailler avec nous », affirme le commandant. Les membres du personnel navigant du détachement font de longues heures de travail – en moyenne, ils font des quarts de travail de 14 heures, avec deux équipes en alternance chaque jour.

Comme unité de soutien aux frappes aériennes à grande visibilité, les équipages de ravitaillement en vol apportent une contribution importante à ces frappes et acceptent aussi des risques. « Nous survolons notre théâtre d’opérations, tout comme le font les avions de chasse. Tous les vols ont été possibles grâce à un ravitailleur – cette mission ne pourrait réussir sans nous. Nous faisons partie intégrale de la mission », affirme le commandant.

En effet, à compter de la mi-mars 2015, le détachement a réalisé sa 100e mission depuis la fin du mois d’octobre 2014, soit le début des opérations au‑dessus de l’Irak. Cet exploit est attribuable à sa perspective opérationnelle et à sa détermination à maintenir les avions de chasse dans le combat.

Cette détermination est évidente chez tous les membres de l’équipe, qu’ils soient nouveaux ou qu’ils aient de l’expérience; le premier officier d’une des équipes croit qu’il est chanceux d’obtenir une formation pratique si tôt dans sa carrière. « Passer d’un environnement d’entraînement à un théâtre d’opération est une importante transition, et il s’agit ici d’un bon rythme de travail pour quelqu’un qui veut vraiment mettre en pratique son entraînement intensif », a-t-il dit.

Les équipages du Polaris sont fiers de leur aéronef. La versatilité du CC-150 lui permet d’accomplir une vaste gamme de tâches. Au quotidien, il peut transporter des personnalités importantes, effectuer du transport stratégique ou accomplir des missions de ravitaillement en vol. C’est la raison pour laquelle piloter cet avion est une expérience si intéressante et variée.

Cet article a été publié à l’origine sur le site Web de l'opération Impact de la Défense nationale le 9 avril 2015.

Date de modification :