Le Centre d’instruction tactique ouvre ses portes à la 22e Escadre North Bay

Article de nouvelles / Le 20 juin 2019

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Affaires publiques de l’ARC

Une cérémonie d’inauguration a eu lieu le vendredi 14 juin 2019, à la 22e Escadre et base des Forces canadiennes North Bay, en Ontario, pour souligner l’ouverture officielle du Centre d’instruction tactique (CIT), un champ de bataille numérique où seront formés les contrôleurs aérospatiaux et les opérateurs – Contrôle aérospatial de la prochaine génération. 

Le CIT offre des simulations haute fidélité des liaisons radar, radio et informatiques utilisées dans le Secteur de la défense aérienne du Canada (SDAC). Des logiciels de pointe produisant des exercices créeront des scénarios adaptés aux personnes, aux petits groupes ou aux équipages de mission complets. L'accès aux réseaux permettra aux opérateurs de s’entraîner avec d’autres flottes de l’ARC, de concert avec la Marine royale canadienne et l’Armée canadienne et même avec des partenaires étrangers; les militaires acquerront ainsi les compétences individuelles et collectives de base nécessaires pour devenir des combattants efficaces, et ce, à leur unité d’appartenance.

« Voici une réalisation dont la 22e Escadre peut être fière! dit le colonel Mark Roberts, commandant de la 22e Escadre. Ce centre d’instruction ultramoderne consacré au commandement et au contrôle illustre on ne peut mieux ce que des idées novatrices et une approche collective déterminée permettent d’accomplir. Cette technologie de pointe facilitera le cyberentraînement, l’utilisation des liaisons de données et l’instruction opérationnelle et préparera mieux le SDAC et l’ARC à affronter les menaces actuelles et futures. »

Le CIT permet aux opérateurs d’acquérir les compétences essentielles à l’exécution des fonctions tactiques de commandement et de contrôle que sont la gestion des combats, la surveillance aérienne, l’identification au combat, le contrôle d’interface et le contrôle des armes.

Les applications du CIT comprennent l’accélération du déploiement, l’élaboration des tactiques, l’instruction de qualification initiale et la participation aux exercices simulés comme Coalition Virtual Flag.

« Le concept d’un CIT n’est pas nouveau, mais ce qui fait du CIT de la 22e Escadre une installation novatrice et typiquement canadienne, c’est le Bureau de coordination en matière de modélisation et de simulation [BCMMS], qui relève du Centre de guerre aérospatiale de l’ARC, où est virtualisé le Battle Control System, et qui rend possible le milieu réaliste qui nous permettra de donner aux stagiaires du 51e Escadron une formation du même calibre que celle offerte dans d’autres secteurs du NORAD, explique le lieutenant-colonel Marc Bouchard, du BCMMS de l’ARC. C’est important pour les contrôleurs aérospatiaux, mais le CIT est aussi conçu pour assurer la présence des organisations aérospatiales canadiennes de commandement et de contrôle dans le cadre des exercices simulés internationaux tels que l’exercice Coalition Virtual Flag, ce qui contribue grandement à faire de l’ARC une force aérienne capable de produire des simulations réelles, virtuelles et constructives. »

« Je suis extrêmement fière des militaires du 51e Escadron et pleine d’admiration pour le soutien enthousiaste fourni par le personnel de l’Escadron de soutien de mission de la 22e Escadre, dit, pour sa part, la major Brenda Tinsley, commandante du 51e Escadron d’entraînement opérationnel de contrôle et d’alerte (Aérospatiale). Le CIT représente l’avenir de l’entraînement; il s’inscrit dans le cadre de l’évolution mondiale vers la simulation haute fidélité qui permet d’offrir une instruction efficace. Pour que ce projet devienne réalité, il a fallu les efforts combinés de l’Équipe de modélisation et de simulation du Centre de guerre aérospatiale de l’ARC, qui nous a amenés dans le domaine artificiel, ceux du 51e Escadron, qui a conçu l’espace devenu ensuite le centre de formation par excellence au commandement et au contrôle, et ceux de tout l’Escadron de soutien de mission, qui a transformé de magnifiques idées en une réalité impressionnante. J’ai beaucoup de chance d'avoir pu faire partie de ce projet et de cette équipe. » 

Le CIT compte 25 postes de travail pour les opérateurs, il contient des secteurs réservés à la planification et aux séances d’information à la suite des missions ainsi qu’une « cellule blanche », où le groupe de superviseurs de l’instruction garantit le réalisme des scénarios et veille à ce que ceux-ci suivent un plan établi.

L’inauguration du CIT a lieu à un moment passionnant pour l’ARC, qui célèbre en 2019 son 95e anniversaire, se montre fière de ses réalisations antérieures, met en lumière ses capacités et ses réussites actuelles et présente les objectifs qu'elle poursuivra à l’avenir.

Le CIT favorise la mise en œuvre de la politique de défense Protection, Sécurité, Engagement en accroissant l’interopérabilité au Canada, en renforçant ses capacités avec les partenaires de l’alliance et en adoptant de nouvelles technologies et méthodes pour transformer la façon dont les ressources humaines sont employées.

Le CIT n’aurait pu être créé sans le soutien du Centre de guerre aérospatiale de l’ARC et celui de la 1re Division aérienne du Canada et sans les innombrables heures investies par les militaires dévoués de la 22e Escadre.


 

Joignez-vous à l'ARC : Osez vous surpasser

Les cyberopérateurs mènent des cyberopérations défensives et, lorsque cela est nécessaire et faisable, actives. Ils sont en liaison avec des ministères et des agences gouvernementales ainsi qu’avec des alliés du Canada, avec qui ils collaborent afin d’accroître la capacité du ministère de la Défense nationale (MDN) et des Forces armées canadiennes (FAC) à offrir un cyberenvironnement sécuritaire. Les cyberopérateurs surveillent les réseaux de communication des FAC afin de détecter des tentatives d’accès non autorisé et d’intervenir. Ils offrent aussi un soutien numérique répondant aux besoins opérationnels de la Marine, de l’Armée de terre, de l’Aviation et des intervenants interarmées.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

         - Amasser, traiter et analyser des données réseau
         - Détecter les vulnérabilités des réseaux
         - Gérer un environnement de réseaux informatiques
         - Mener des cyberopérations défensives et actives
         - Mettre à profit leurs connaissances en matière de sécurité et de communication dans le domaine de la technologie de l’information
         - Utiliser et conserver des publications ainsi que des dossiers classifiés et non classifiés

http://forces.ca/fr/carriere/cyber-operateur/

Date de modification :