ARCHIVÉE - Le sous-lieutenant d’aviation John Magee

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Article de nouvelles / Le 5 novembre 2015

High Flight

Par le sous-lieutenant d’aviation John Gillespie Magee, Jr.

Oh! I have slipped the surly bonds of Earth
And danced the skies on laughter-silvered wings;
Sunward I’ve climbed, and joined the tumbling mirth
Of sun-split clouds, – and done a hundred things
You have not dreamed of – wheeled and soared and swung
High in the sunlit silence. Hov’ring there,
I’ve chased the shouting wind along, and flung
My eager craft through footless halls of air....

Up, up the long, delirious, burning blue
I’ve topped the wind-swept heights with easy grace
Where never lark, or even eagle flew –
And, while with silent, lifting mind I’ve trod
The high untrespassed sanctity of space,
Put out my hand, and touched the face of God.

Le sous-lieutenant d’aviation John Magee

Par Ruthanne Urquhart

À l’approche du jour du Souvenir, nous nous souvenons de ceux qui ont servi et péri durant les guerres pour défendre notre nation.

En octobre 1940, plus d’un an avant que les États-Unis ne s’engagent officiellement dans la Seconde Guerre mondiale, John Gillespie Magee Jr., Américain né en Chine et élevé en Angleterre, a traversé la frontière entre le Canada et les États-Unis pour s’engager dans l’Aviation royale canadienne (ARC).

Le jeune homme de 18 ans a suivi un entraînement aérien dans les écoles du Plan d’entraînement aérien du Commonwealth britannique : l’École élémentaire de pilotage no 9, à la base de l’ARC de St. Catharine’s (Ontario), et l’École de pilotage militaire no 2, de la base de l’ARC de Uplands, près d’Ottawa (Ontario). Il a obtenu son brevet de pilote au printemps 1941.

En juin 1941, le sous-lieutenant d’aviation Magee a rejoint en Angleterre l’unité d’entraînement opérationnel no 53 de la Royal Air Force (RAF) à Llandow (Pays de Galles). Une fois son entraînement terminé, il a été affecté au 412e Escadron de chasse de l’ARC, à la base de la RAF de Digby (Lincolnshire); c’est là qu’il est devenu pilote qualifié d’appareils Spitfire.

Les équipages du 412e Escadron effectuaient des missions offensives au-dessus de la France dans des appareils Supermarine Spitfire; ils ont également combattu la Luftwaffe dans la défense aérienne de l’Angleterre.

Le 3 septembre 1941, le sous-lieutenant d’aviation Magee a effectué un vol d’essai à haute altitude dans le tout nouvel appareil Spitfire V; pendant le vol, il composé un poème. De retour au sol, il a transcrit High Flight sur l’extérieur d’une lettre destinée à ses parents. À l’intérieur, il avait écrit : « Je vous envoie un poème que j’ai écrit l’autre jour. Je l’ai commencé à 30 000 pieds d’altitude et je l’ai terminé peu après avoir touché terre. »

Le 11 décembre 1941, trois jours seulement après l’entrée en guerre officielle des États-Unis, le sous-lieutenant d’aviation Magee a perdu la vie dans une collision en plein vol avec un appareil d’entraînement de la RAF d’Oxford au-dessus de Roxholm (Lincolnshire), à cinq kilomètres environ à vol d’oiseau de la base de la RAF de Digby.

Il a été enterré dans le cimetière paroissial de Scopwick (Lincolnshire). Le poème High Flight lui survit à titre de poème officiel de la Royal Air Force et de l’Aviation royale canadienne.

Les héritiers de la succession du sous-lieutenant d’aviation Magee ont demandé que le poème High Flight ne soit jamais traduit.

Date de modification :