« Le Spirit of Ostra Brama » rentre en Pologne

Article de nouvelles / Le 3 avril 2019

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par Martin Zeilig

Pour reprendre les propos du colonel Eric Charron, le 8 mars 2019 était « un grand jour pour le Canada et la Pologne ».

Le colonel Charron, commandant de la 17e Escadre Winnipeg, au Manitoba, s’adressait à une foule d’employés civils et de militaires dans le hangar 10 de la 17e Escadre à l’occasion de la cérémonie soulignant le départ du C-47 Dakota Skytrain (une variante militaire du DC-3) polonais de la Seconde Guerre mondiale, le « Spirit of Ostra Brama ». L’avion s’est depuis rendu de Winnipeg à un musée militaire de Varsovie, en Pologne.

« Ostra Brama » signifie « Porte de l’Aurore », un lieu saint dans la ville de Wilno (maintenant Vilnius, en Lituanie), et fait aussi allusion à l’opération Ostra Brama, une attaque menée par l’Armée polonaise de l’intérieur en juillet 1944 pour libérer la ville de Wilno de l’occupation allemande.

Des membres de l’escadron fantôme, une équipe de restaurateurs bénévoles, ont réalisé la majorité du travail nécessaire pour remettre en état le vieil appareil afin qu’on puisse le rapatrier en Pologne.

« Cette cérémonie revêtait une grande importance pour nous, les Polonais, car l’avion a servi à un général très important au cours de la Seconde Guerre mondiale », explique Mikolaj Cholewicz, chef de mission adjoint de l’ambassade de la République de Pologne, à Ottawa. « Elle était également importante, car elle soulignait la coopération entre la Pologne et le Canada. Nous sommes très heureux que l’avion soit de retour en sol polonais. »

« L’avion, qui revêtait autrefois une peinture de guerre vert terne et qui a servi dans la Royal Air Force pendant la Seconde Guerre mondiale, occupe une place particulière dans l’histoire de la Pologne », écrit dans le programme de la cérémonie le capitaine Gord Crossley, responsable du patrimoine à la 17e Escadre. « Construit en 1943 à Oklahoma City, dans l’État d’Oklahoma, cet appareil a été transféré à la Royal Air Force le 24 janvier 1944. De juillet à septembre 1944, son équipage, entièrement polonais, relevait du pilote Józefa Tyszko. »

« L’appareil portait les inscriptions normales de la RAF, en plus de l’insigne rouge et blanc de la Force aérienne polonaise derrière le poste de pilotage. Il a été nommé “Spirit of Ostra Brama”. C’était l’avion personnel du général Kazimierz Sosnkowski, inspecteur général des forces armées polonaises. »

« Après la guerre, l’avion a fait partie de diverses unités de la Royal Air Force (RAF) avant d’être vendu à différentes compagnies aériennes canadiennes, puis retiré du registre des vols en 1970. L’avion est devenu la propriété du Musée de l’aviation de l’Ouest canadien (maintenant appelé Musée royal de l’aviation de l’Ouest canadien) et, en 2002, une fois son histoire militaire révélée, on l’a déplacé à la 17e Escadre afin de l’y conserver. »

« En octobre 2016, on a déplacé le fuselage dans un complexe de la base afin de le protéger contre d’autres dommages. Récemment, afin de souligner le passé de l’avion, des bénévoles de la 17e Escadre y ont peint les inscriptions de guerre. En s’inspirant de photos prises durant la guerre, ils ont peint le nom de l’appareil sur le côté bâbord du nez et l’insigne national polonais sur les deux côtés du fuselage, derrière le poste de pilotage. »

« L’histoire est très importante », a fait observer le brigadier-général Sean Boyle, commandant adjoint de la 1re Division aérienne du Canada, pendant la cérémonie. « Elle définit qui nous sommes en tant que peuple et contribue à déterminer la voie que nous suivons. L’histoire de cet avion évoque le courage et le dévouement d’innombrables Polonais qui, après la défaite de leur pays, se sont enrôlés dans les forces armées alliées de la Pologne afin de continuer à se battre pour libérer leur pays. »

« Ces alliances existent toujours aujourd’hui, et elles sont tout aussi essentielles qu’elles l’étaient lors de la Seconde Guerre mondiale, affirme le brigadier-général Boyle. Le Canada et la Pologne font tous les deux partie de l’OTAN, qui constitue l’alliance politico-militaire la plus réussie et durable de l’histoire, ayant défendu la paix en Europe et en Amérique du Nord pendant près de 70 ans. Tous les jours, les 29 membres de l’OTAN travaillent et s’entraînent ensemble afin d’assurer la sécurité de leurs citoyens. »

« Au cours des dernières années, des forces polonaises et canadiennes se sont rendues avec d’autres alliés à divers endroits dans le monde, y compris en tant que participants à la Force internationale d’assistance à la sécurité dirigée par l’OTAN en Afghanistan, après l’attentat du 11 septembre contre notre allié, les États-Unis. »

« J’espère que cet objet de notre histoire commune continuera à faire connaître son histoire remarquable en Pologne. »

Le colonel Karol Budniak, attaché de Défense à l’ambassade de la République de Pologne à Washington DC, a dit que le gouvernement polonais était très enthousiaste à l’idée de rapatrier ce C-47 en Pologne. « Il s’agit du seul avion utilisé par notre commandant suprême pendant la guerre. Du point de vue de l’histoire, il est exceptionnel de pouvoir exposer ce type d’aéronef dans un musée polonais, le musée de l’histoire militaire à Varsovie. »

Jolanta Gronowski, vice-présidente du Sokol (un organisme canado-polonais) de Saint-Boniface, au Manitoba, a affirmé ressentir une grande fierté, à la fois en tant que Polonaise et Canadienne. « J’ai immigré ici à l’âge de cinq ans, depuis Varsovie. C’est un privilège pour moi d’assister à un moment historique rappelant les événements de la Seconde Guerre mondiale et de voir le gouvernement canadien souligner un tel événement. »

« La cérémonie clôt un certain chapitre de l’histoire de l’aviation du Canada et de la Pologne », a dit le colonel Charron après l’événement officiel. « Nous avons de la chance que des personnes de la 17e Escadre aient constaté l’importance de l’appareil. C’était un diamant brut, et nous avons pu l’obtenir après plusieurs années de correspondance et grâce aux efforts de coordination de la logistique. En fin de compte, la façon dont nous allions retourner cet avion en Pologne est devenue une question de logistique. »

Le colonel Charron a également mentionné que le colonel Kevin Kimpinski de la 2e Division aérienne du Canada, et le major Greg Niemczyk, de la 17e Escadre, allaient se rendre en Pologne à titre de représentants officiels pour l’inauguration du « Spirit of Ostra Brama » au musée de Varsovie.

Parmi les orateurs figuraient Krzysztof Grzelczyk, consul général de la République de Pologne à Toronto, Wlodzimierz Czarnecki, consul honoraire de la République de Pologne à Winnipeg, le capitaine de vaisseau Krzysztof Książek, attaché militaire de l’aviation et de la marine à l’ambassade de la République de Pologne à Ottawa, Andrzej Ruta, président de l’Association des anciens combattants polonais au Canada, Janusz Tomczak, président du Congrès canadien polonais au Canada, et des représentants de la ville de Winnipeg, de la province du Manitoba et du gouvernement fédéral.

Le « Spirit of Ostra Brama » a été chargé à bord d’un avion de transport Antonov nolisé, le 9 mars 2019, et a été transporté à Varsovie.

Martin Zelig est photojournaliste au « Voxair », journal de la 17e Escadre, dans lequel l’article précédent a d’abord paru.


 

Joignez-vous à l'ARC : Osez vous surpasser

Les travailleurs sociaux ont comme tâche principale d’offrir des services professionnels de travail social dans un milieu militaire pour soutenir le moral, l’efficacité et la santé mentale des membres des Forces armées canadiennes (FAC). Ils s’assurent que ceux-ci reçoivent les services sociaux cliniques normalement offerts à la population civile par les organismes communautaires de santé mentale et de services sociaux.

Outre affronter les mêmes difficultés que les Canadiens, les membres des FAC et leurs familles doivent faire face au stress qu’imposent des séparations et des déménagements fréquents liés aux besoins du service. Ce stress peut engendrer des situations sociales et familiales qui nécessitent des interventions complexes en matière de travail social.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

         - Fournir des services d’intervention clinique directement à des militaires canadiens et à des membres de leurs familles
         - Contribuer au règlement de problèmes personnels de manière à éviter des mesures relatives à la carrière
         - Consulter et conseiller des commandants et des superviseurs au sujet des problèmes personnels de membres de leur unité
         - Seconder des officiers responsables des questions de carrière en menant des enquêtes et en rédigeant des rapports sur des problèmes personnels
         - Offrir des programmes de prévention et de réadaptation dans les domaines suivants :
                   - Stress lié au pré-déploiement et au post-déploiement
                   - Suicide
                   - Violence familiale

http://forces.ca/fr/carriere/travail-social/

Date de modification :