Le tartan de l’ARC – Le premier tartan au monde représentatif d’une force aérienne

Galerie d'images

Article de nouvelles / Le 4 avril 2014

Par les Affaires publiques de l’ARC

Le 21 octobre 2010, le ministre du Patrimoine canadien a officiellement désigné le  6 avril comme « Jour du tartan ». Nous célébrons le Jour du tartan le 6 avril parce que ce jour marque l’anniversaire de la signature de la Déclaration d’Arbroath, la déclaration d’indépendance écossaise, en 1320. Au Canada, les origines du Jour du tartan remontent à la fin des années 1980, en Nouvelle‑Écosse, quand le gouvernement provincial a déclaré cette journée officielle. La tradition s’est ensuite répandue au reste du pays, gagnant de nombreuses provinces.

Le Jour du tartan reconnaît et célèbre la contribution des Écossais et de leurs descendants à la composition du tissu social canadien. Ce jour est aussi l’occasion pour les Canadiens de célébrer leur tartan national, provincial, territorial ou personnel.

Voici l’histoire de l’un des tartans les plus célèbres au Canada.

L’histoire du tartan de l’Aviation royale canadienne (ARC) remonte à janvier 1942.  

Le colonel d’aviation Elmer G. Fullerton, commandant de la 9e École militaire de pilotage à la Station Summerside de l’ARC à l’Île-du-Prince-Édouard veut célébrer son patrimoine écossais en organisant une soirée « Robbie Burns » dans le cadre d’un dîner militaire. Il compte emprunter les cornemuses de la musique de sa station et se met à la recherche d’un tartan convenable pour habiller la musique des plus beaux atours écossais.

Le colonel d’aviation Fullerton décide de dessiner un motif original pour représenter la Force aérienne. Avec des crayons de couleur, il produit le prototype avec du bleu pâle, du bleu foncé et du rouge vin. L’échantillon original du tartan proposé pour l’ARC est créé par la maison Patricia Jenkins & Loom Crofters de Gagetown au Nouveau‑Brunswick, qui ajoutera une ligne blanche au dessin.

Il commande un échantillon du tissu pour l’envoyer au Quartier général de l’ARC, à Ottawa, à des fins d’approbation. Le Conseil de l’air donne son aval, et, en juillet 1942, le vice‑maréchal de l’Air J. A. Sully envoie le modèle au roi d’armes Lord Lyon d’Écosse, pour le faire approuver.

La sanction officielle est obtenue le 15 août et le motif est officiellement enregistré comme étant le tartan de l’ARC. C’est ainsi que l’ARC devient la première force aérienne du monde à avoir son propre tartan distinctif. Il n’aura fallu que huit mois pour franchir toutes les étapes du processus, depuis la conception originale jusqu’à l’approbation définitive, ce qui est véritablement stupéfiant.

Depuis lors, les membres des corps de cornemuses de l’ARC portent le tartan distinctif de celle‑ci. Par ailleurs, d’autres articles, comme des cravates, des ceintures de tenue de cérémonie ou des écharpes pour dames, arborent eux aussi ce tartan.


 

Joignez-vous à l'ARC : Osez vous surpasser

Les officiers du génie électrique et de communications fournissent des services de gestion des télécommunications et de l’information pour soutenir les opérations des Forces armées canadiennes (FAC) au pays et à l’étranger.
         - Fournir des services de gestion des télécommunications et de l’information
         - Utiliser et entretenir le système de communications tactiques de l’Aviation royale canadienne ainsi que le système de communications stratégiques
         - Gérer le système de contrôle de la circulation aérienne ainsi que le système électronique
         - Fournir des conseils au sujet de la planification et de l’acquisition d’un système de surveillance basé au sol, d’un système de communication et d’un système de technologie de l’information

         - Coordonner les systèmes de surveillance, de reconnaissance et de communication du renseignement

         - Administrer les systèmes de données, d’information et de gestion des connaissances
         - Participer à la gestion de la gamme complète des radiocommunications terrestres et des télécommunications liées aux radars et systèmes de navigation à haute fréquence (HF) et à fréquence extrêmement haute (EHF), à la guerre électronique, à la cryptographie, au renseignement électronique ainsi qu’à la communication et à la sécurité de réseau

http://forces.ca/fr/carriere/officier-genie-electrique-communications/

Date de modification :