Les femmes dans l’aviation : l’adjudant-chef Dianne Maidment

Article de nouvelles / Le 8 mars 2017

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Aviation royale canadienne

Aujourd’hui, c’est la Journée internationale de la femme. Tout au long de la période qui précède la International Women in Aviation Conference (conférence internationale des femmes dans l’aviation), qui aura lieu en juin, nous vous présenterons des entrevues hebdomadaires avec des femmes qui occupent un poste de commandement dans l’Aviation royale canadienne.

Ville d’origine : Petites, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Groupe professionnel militaire : Formation d’adjointe médicale, technicienne médicale et adjointe au médecin suivie au moyen du programme d’instruction du Groupe des Services de santé des Forces canadiennes (de 1981 à 1992).

Poste actuel : Adjudant-chef de la 9e Escadre Gander, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Déploiements : La guerre du golfe Persique à l’appui des opérations aériennes; l’ex-Yougoslavie à titre de membre du personnel de liaison médicale; le plateau du Golan et les Émirats arabes unis à l’appui des opérations aériennes.

Qu’est-ce qui vous a incitée à vous enrôler dans l’Aviation royale canadienne (ARC)?

Je souhaitais travailler dans un milieu de soins de santé et j’ai conclu que le domaine des soins de santé des Forces armées canadiennes (FAC) me permettrait à la fois de partir à l’aventure et d’aider les autres. Certains de mes proches faisaient partie des FAC et j’ai pu leur poser des questions sur leur mode de vie, etc.  

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes femmes qui songent à s’enrôler dans l’ARC?

N’hésitez surtout pas! Si vous êtes prêtes à travailler fort en tant que membres d’une équipe, l’ARC vous offrira de nombreuses possibilités stimulantes et enrichissantes.

Quels sont quelques-uns des points saillants de votre carrière dans l’ARC?

J’en ai eu beaucoup, notamment les soins que j’ai donnés aux patients quand je faisais partie des équipes des services médicaux et de l’évacuation aéromédicale, mes trois années d’expérience en tant que représentante du perfectionnement professionnel des militaires du rang de l’ARC dans la Direction – Gestion du personnel (Air), mes déploiements à l’étranger et mon poste actuel d’adjudant-chef de la 9e Escadre.

Quelles sont quelques-unes des difficultés que vous avez surmontées au cours de votre carrière dans l’ARC?

Concilier ma vie familiale et ma vie professionnelle, ainsi que m’absenter de la maison pendant des opérations et des séances de formation.

J’ai aussi trouvé difficile de faire valoir mes capacités. J’ai parfois eu plus de mal que mes pairs à montrer mes forces. À mon avis, j’ai dû travailler plus fort que certains de mes collègues pour qu’on se rende compte de mes capacités. Il était évident que certaines tâches devaient être réalisées par des hommes et que d’autres étaient plus accessibles aux femmes. J’ai eu de la difficulté à faire en sorte qu’on m’offre la possibilité de réaliser toutes les tâches.  

Que pensez-vous du recrutement, de la formation et du maintien en poste des femmes dans l’ARC?

Nous devons être conscients des contributions de chacun, mettre à profit les points forts des gens et souligner les meilleurs efforts de ceux-ci. Nous devons connaître les membres de notre équipe et les aider à réaliser leurs ambitions tout en accomplissant la mission de l’ARC. C’est une situation avantageuse pour tous!

Date de modification :