Les mesures portant sur la qualité de vie et la qualité de service

Article de nouvelles / Le 10 juin 2019

L'Aviation royale canadienne

Fiche de renseignements

En juin 2019, on a procédé au lancement de mesures pour veiller au maintien de l’état de santé de l’Aviation royale canadienne et de son aptitude à réaliser ses missions avec brio. Ces initiatives sont essentielles compte tenu du niveau sans précédent de la concurrence mondiale pour les compétences de pilotes, de techniciens, de spécialistes en aviation hautement qualifiés et de personnel de soutien. Dans l’ensemble de l’ARC, nous travaillons au rétablissement et au maintien des niveaux d’expérience du personnel; nous nous assurons ainsi d’être en mesure de nous acquitter de notre mandat actuel et de transmettre selon les règles de l’art nos savoirs et nos compétences aux prochaines générations d’aviateurs. Sur un front, nous nous concentrerons tout particulièrement sur la stabilisation et la croissance des niveaux d’expérience des pilotes. Sur l’autre front, nous mettrons l’accent sur la qualité de vie et la qualité de service de l’ensemble des membres de notre personnel et de leur famille et travaillerons au perfectionnement de l’accueil de nos membres, à leur formation, à leur intégration et à leur emploi.

L’ARC stabilisera et accroîtra son pouvoir dans l’ensemble des capacités en vue de garantir la continuité d’une exécution efficace de la puissance aérienne et spatiale aujourd’hui et à l’avenir. Elle y parviendra en prenant les mesures décrites ci-dessous. Certaines seront prises rapidement, alors que d’autres pourraient prendre de cinq à sept ans avant de voir le jour.

Mesures amorcées

  • Permettre aux dirigeants au niveau de l’unité d’améliorer la conciliation travail-vie personnelle.
  • Achever la création du métier de technicien de soutien des opérations aériennes, qui portera sur la prestation d’un soutien en matière d’entretien, de protection de la force et de recherche et de sauvetage, de sorte que le personnel hautement compétent puisse se concentrer sur ses principales fonctions.
  • Achever la mise en œuvre du Programme de parrainage des familles d’ici la période des affectations de 2019.
  • Modifier la première période de service en tant que membre d’équipage afin que les militaires passent un minimum de quatre ans aux escadrons tactiques, en commençant par les périodes de service des pilotes.
  • Revoir le groupe professionnel de pilote afin qu’il tienne compte du milieu opérationnel actuel et des réalités de la profession.
  • Prolonger de quatre ans la période d’embauche de pilotes recrutés dans le cadre du Programme de formation des officiers – Éducation permanente en tant que formation, plutôt que des prolongations d’un an, lorsque les pilotes n’ont pas obtenu leur diplôme.
  • Retenir les services d’autres instructeurs pour la mise sur pied d’équipages de base et d’unités d’instruction opérationnelle, tout en étudiant la possibilité de créer des postes d’instructeurs dans la fonction publique.
  • Examiner l’actuelle politique régissant la date de libération restreinte pour les métiers de l’aviation, en commençant par celui de pilote, afin de déterminer la période de service adéquate.
  • Trouver des partenariats chez les alliés et l’industrie afin de maintenir l’expérience des pilotes, d’attirer de nouveaux pilotes d’expérience et d’accroître l’expérience des pilotes dans l’ARC.
  • Permettre plus de souplesse dans le recrutement de personnel de la Force de réserve.

Mesures prévues pour juin 2019-2020

  • Examiner et revoir la conciliation entre les exigences de formation et de perfectionnement professionnel et d’autres exigences professionnelles et personnelles auxquelles doivent satisfaire les militaires de l’ARC.
  • Optimiser la voie à suivre pour être efficace sur le plan opérationnel dans des postes liés à l’aviation de façon à maximiser l’emploi du temps dans le système d’entraînement.
  • Créer le poste d’officier des opérations aériennes, qui portera sur les activités qui ne sont pas liées au vol afin de réduire le nombre de membres d’équipages qui occupent des postes qui ne sont pas liés au vol.
  • Simplifier le réenrôlement de militaires qui ont occupé des métiers aériens spécialisés (ancienne ARC ou alliés) et accorder la priorité à ce réenrôlement.
  • Faciliter grandement l’accès au service de classe C à plein temps aux réservistes qui participent à des opérations au pays.
  • Explorer des options supplémentaires de travail avec les alliés afin d’accroître la capacité de formation et d’intégration des pilotes de l’ARC et d’autres groupes professionnels de la Force aérienne.
  • Élargir les capacités en matière de vol à bord d’avions multimoteurs et d’hélicoptères ou en créer de nouvelles pour former les recrues qui attendent de suivre une formation portant sur un aéronef précis.
  • Effectuer un examen organisationnel et rajuster les postes de pilote afin de rééquilibrer et de maximiser l’emploi.
  • Explorer des options de report des programmes de diplôme pour les pilotes.
  • Étudier des mesures compensatoires à court terme pour les pilotes expérimentés des Forces régulière et de réserve.
  • Modifier la formation afin de mieux cerner les compétences et qualifications actuelles des groupes professionnels gérés par l’ARC en vue de créer plus de souplesse dans l’atteinte de l’efficacité opérationnelle.
  • Élaborer des critères d’admissibilité pour le remboursement des vols civils pour les pilotes occupant des postes qui ne sont pas liés au vol.
  • En coordination avec le Commandement du personnel militaire, étudier un modèle moderne de rémunération et d’avantages sociaux fondé sur des ensembles de compétences plutôt que sur l’avancement selon les grades dans l’ensemble des groupes professionnels de l'ARC.
  • Proposer des mesures de rémunération pour les candidats pilotes qualifiés qui s’enrôlent de nouveau, y compris des avantages pour la mutation d’anciens pilotes de l’ARC qui se trouvent à l’étranger et de pilotes alliés qui sont qualifiés par une escadre et qui n’ont qu’à suivre une formation en vue du renouvellement de leur accréditation.


 

Joignez-vous à l'ARC : Osez vous surpasser

Les techniciens en dessin et arpentage appuient les Forces armées canadiennes ainsi que d’autres ministères gouvernementaux en offrant des services de dessin technique et d’arpentage tant au pays qu’à l’étranger.

Ils font partie de la Branche du Génie militaire des Forces armées canadiennes. Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

         - Amasser des données de levés géodésiques à l’aide du système mondial de navigation par satellite (GNSS) et d’autres équipements d’arpentage
         - Utiliser ces données pour produire de dessins ainsi que des croquis civils, en copies imprimées et numériques, de zones désignées

         - Utiliser des logiciels de conception assistée par ordinateur (CAO) afin de produire des modèles en copies imprimées et numériques
         - Offrir des services de dessin et d’arpentage aux équipes de génie spécialistes du domaine militaire

http://forces.ca/fr/carriere/technicien-dessin-arpentage/

Date de modification :