ARCHIVÉE - Machine unique en son genre

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Article de nouvelles / Le 16 février 2015

Par le capitaine Susan Magill

Le personnel médical du 23e Centre des services de santé de la 15e Escadre Moose Jaw, en Saskatchewan, utilise une chambre à tourbillonnement pour désensibiliser le personnel navigant atteint du mal de l’air lorsque les thérapies classiques ne fonctionnent pas.

Le mal de l’air peut constituer un obstacle important à l’entraînement des élèves-pilotes. Pour le combattre, depuis 1981, les Forces armées canadiennes offrent un programme de désensibilisation au mal de l’air aux membres du personnel navigant atteint du mal de l’air chronique.

La chambre de tourbillonnement du programme de désensibilisation, une machine unique en son genre appelée la plaque tournante Levroy, supprime l’hypersensibilité au mal de l’air grâce à une exposition répétée et contrôlée au mouvement de manière à faciliter l’adaptation.

La chambre de tourbillonnement est une cabine entièrement fermée à axe simple, bidirectionnelle et étanche à la lumière. Sa vitesse de rotation peut être ajustée de 4 à 20 tours‑minute. Les candidats s’assoient dans la chambre sur le siège éjectable d’un chasseur CF-101 Voodoo et portent un casque d’écoute réducteur de bruit afin de pouvoir communiquer avec le contrôleur.  

Le programme comprend trois phases – thérapie de relaxation, traitements de désensibilisation et vols de rattrapage – et dure de quatre à six semaines. Le taux de réussite de la désensibilisation est assez bon pour les pilotes dont le mal de l’air est chronique; 77 pour cent des participants reprennent leur entraînement au pilotage. De 60 à 70 pour cent d’entre eux le font sans que le mal de l’air ne semble affecter leur entraînement. Le traitement réussi encore mieux chez les pilotes que parmi les autres membres du personnel navigant parce que les périodes où les pilotes peuvent se désensibiliser dans l’environnement original sont plus longues.

 La plupart des solutions pharmaceutiques pour le mal de l’air sont interdites au personnel navigant, et la désensibilisation peut être le moyen le plus approprié de combattre la gestion du mal de l’air persistant. La création de la plaque tournante Levroy à cette fin précise constitue un bon exemple du dévouement des Services de santé des Forces canadiennes à l’égard du personnel navigant de l’Aviation royale du Canada.

Date de modification :