ARCHIVÉE - Notice biographique : Colonel honoraire Arthur Sherwin

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Documentation / Le 13 mai 2015

Le colonel honoraire Arthur Sherwin naît et grandit au Royaume‑Uni. Diplômé de la King Henry VIII High School à Coventry (Angleterre), il s’enrôle dans la Royal Air Force (RAF) en 1941.

Après son instruction initiale au sol au pays de Galles, il est affecté au Canada pour l’entraînement au vol à la 2e École élémentaire de pilotage de Fort William, en Ontario, puis à la 14e École de pilotage militaire d’Aylmer, également en Ontario, où il pilote le Tiger Moth et le Harvard. À la suite de cet entraînement, il est renvoyé au Royaume-Uni pour poursuivre son entraînement aux commandes du Spitfire 2B à la 17e Unité de feu d’assaut de Watton et à la 61e Unité d’entraînement opérationnel de Rednal, en Angleterre.

À la fin de 1942, il est affecté au 232e Escadron en Afrique du Nord, où il pilote des Spitfire 5B. Après 27 missions au cours desquelles il endommage plusieurs chasseurs ennemis et en abat un avec confirmation, il est touché en Tunisie et fait prisonnier. Le colonel honoraire Sherwin passe les deux années suivantes dans le camp de prisonniers de guerre Stalag Luft III, situé à 160 kilomètres au sud de Berlin. C’est à ce camp que se produit la célèbre « Grande évasion », à l’organisation de laquelle le colonel honoraire Sherwin a participé.

On tire au hasard ceux qui feront partie des fugitifs, et à sa déception, son nom n’est pas pigé; une déception qui s’avèrera plus tard être une bénédiction. En effet, des 100 hommes choisis pour s’évader cette nuit-là, seulement 76 réussissent à sortir du tunnel. De ce nombre, seulement trois réussissent à regagner la Grande-Bretagne. Les 73 autres sont repris et 50 d’entre eux seront finalement abattus sur l’ordre d’Hitler.

Libéré en 1945, le colonel honoraire Sherwin demeure membre de la RAF et participe à des missions en Égypte et en Arabie saoudite comme pilote du Tempest 6. Il quitte la RAF en 1947 et immigre au Canada peu de temps après.

De 1950 jusqu’à sa retraite en 1983, le colonel honoraire Sherwin travaille comme superviseur des services de télécommunications d’Ontario Hydro. Il est très engagé au sein de l’International Communications Association et de la Canadian Business Telecom Association où il est président de 1976 à 1977. Il est père de deux filles, Lydia et Janet, et beau-père de deux garçons, David et Ian.

De janvier 2008 à janvier 2014, il est colonel honoraire du 426e Escadron d’entraînement au transport, à la 8e Escadre Trenton (Ontario).

Date de modification :