« Nous leur devons la victoire »

Article de nouvelles / Le 23 septembre 2016

Cliquez la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par Joanna Calder

Des drapeaux ont été brandis, des aéronefs militaires ont sillonné le ciel et des discours ont été prononcés.

Et surtout, au cœur de ce défilé militaire célébré en grande pompe, on s’est remémoré les héros de la bataille d’Angleterre et on a, peut-être, versé quelques larmes.

La cérémonie nationale soulignant le 76e anniversaire de cette bataille décisive a eu lieu le dimanche 18 septembre 2016, au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, à Ottawa (Ontario).

La bataille d’Angleterre a été livrée du 10 juillet au 31 octobre 1940 dans les cieux surplombant le sud-est de l’Angleterre et la Manche. Plus de 100 pilotes canadiens et environ 300 membres du personnel de piste ont servi aux côtés de leurs confrères de la Royal Air Force pour repousser les nazis qui, jusque-là, contrôlaient l’espace aérien de l’Angleterre et pour empêcher l’invasion de la Grande-Bretagne.

Vingt-trois de ces courageux pilotes canadiens sont morts pendant ces jours sombres, et environ 35 autres pilotes de la bataille d’Angleterre ont perdu la vie avant la fin de la Guerre.

« Près de la moitié des pilotes canadiens ayant servi dans la bataille n’ont jamais pu rentrer à la maison, » souligne le major général Al Meinzinger, commandant adjoint de l’ARC. « Jour après jour et nuit après nuit, ces braves Canadiens se sont battus au nom de la liberté dont nous pouvons jouir aujourd’hui. Guidés par leur courage, ils ont accompli l’impossible. »

« La bataille d’Angleterre a aussi été remportée par le personnel de piste et le personnel de soutien et nous nous devons de rendre hommage à leur bravoure et à leur dévouement. Ils ont travaillé sans relâche pour que les aéronefs soient prêts au combat et ils ont déployé – souvent sous les tirs ennemis – un effort colossal. »

« Nous leur devons aussi cette victoire »

C’était la toute première fois, pendant la Deuxième Guerre mondiale, que les forces nazies perdaient une bataille, un tournant décisif dans la Guerre. C’était aussi la première fois de l’histoire que des forces aériennes remportaient, à elles seules, une victoire et la première fois que l’Aviation royale canadienne engageait une unité formée dans une bataille : le 1er Escadron de chasse.

« N’oubliez pas que notre Force aérienne n’avait que 16 ans à l’époque! » poursuit le major général Al Meinzinger.

Un seul des pilotes ayant combattu lors de la bataille d’Angleterre est encore en vie. Le lieutenant d’aviation à la retraite John Stewart Hart, qui vit en Colombie-Britannique, a célébré son 100e anniversaire de naissance une semaine avant la cérémonie de la bataille d’Angleterre. De nombreux vétérans de la Deuxième Guerre mondiale et de guerres ultérieures étaient présents pour rendre hommage aux aviateurs que le premier ministre britannique de l’époque, Winston Churchill, avait nommés la « poignée de héros ».

« Nous étions jeunes, » a dit à CTV News le colonel à la retraite Harold « Dutch » Holland, un vétéran de la Deuxième Guerre mondiale présent à la cérémonie. Le colonel Holland a servi dans l’ARC plus tard durant la Guerre et a reçu la Croix du Service distingué dans l’Aviation pour « son savoir-faire et son courage ».

« Nous étions prêts à affronter absolument tout. Nous avons saisi notre chance et perdu beaucoup d’amis. »

La relève d’aujourd’hui était présente en grand nombre à la cérémonie de la bataille d’Angleterre. Les cadets de l’Aviation royale du Canada ont notamment défilé aux côtés des membres de l’Aviation royale du Canada à la mémoire de ceux qui ont servi.

Le commandant d’aviation à la retraite Lloyd Hunt, un vétéran de la Deuxième Guerre mondiale et de la Guerre de Corée, a lu les paroles bien connues de l’Acte du Souvenir aux membres du défilé et aux spectateurs qui assistaient à la cérémonie :

Ils ne vieilliront pas comme nous,
qui leur avons survécu.
Ils ne connaîtront jamais l’outrage
ni le poids des années.
Quand viendra l’heure du crépuscule
et celle de l’aurore,
nous nous souviendrons d’eux.

Puis, deux des plus jeunes participants de la cérémonie, le caporal de section Ashtyn Ribble et le sergent Antoine Guibord, du 632e Escadron des cadets de l’Air « Phoenix » ont lu la Promesse de se souvenir :

Ils étaient jeunes, jeunes comme nous.
Ils ont servi, donnant généreusement d’eux-mêmes.
Nous leur promettons, en dépit du temps qui passe,
De porter le flambeau et de ne jamais oublier.
Nous nous souviendrons d’eux.

« Ce jour devrait être un jour de célébration et de commémoration. Nous célébrons la victoire de cette “poignée de héros” qui, pendant ce long été de 1940, ont infligé, contre toutes attentes, la première défaite stratégique aux forces du Troisième Reich. Et nous commémorons l’immense sacrifice qu’ils ont fait pour préserver notre avenir, » affirme le lieutenant-colonel Simon Hulme, représentant du Haut-commissaire du Royaume-Uni au Canada.

« On dit souvent que la Grande-Bretagne était seule pendant cet été-là de 1940, mais rien n’est plus faux. Le nom de 2 936 membres des forces aériennes de 15 pays est inscrit sur le monument commémoratif de la bataille d’Angleterre, monument installé au Victoria Embankment, à Londres. » 

« En effet, c’est un escadron polonais, le 303e Escadron, qui a remporté le plus de victoires pendant la bataille. »

« De jeunes hommes à l’époque, » poursuit le lieutenant-colonel, « il ne reste malheureusement plus que 100 vétérans de la bataille d’Angleterre encore en vie aujourd’hui. »

Les deux défilés aériens ont été l’un des moments forts de la cérémonie et ont ébloui toute la foule, des jeunes enfants dans les bras de leurs parents aux vétérans aguerris.

Pour débuter, la dernière sonnerie a été jouée, suivi par deux minutes de silence puis par les pièces le Reveille (Rouse) et l’élégie par cornemuse (Flowers of the Forest).

Ensuite sont venus les aéronefs d’époque. Le vol se composait d’un Avro Lancaster Mk X (un des deux seuls Lancasters fonctionnels au monde) du Canadian Warplane Heritage Museum de Hamilton (Ontario), accompagné, de chaque côté, d’un FG-1D Corsair et d’un North American Mustang IV, provenant tous deux du musée Ailes d’époque du Canada à Gatineau (Québec).

Puis, pour conclure la cérémonie, alors que les membres du défilé quittaient le tarmac, des aéronefs d’aujourd’hui ont pris leur envol : un CC-150 Polaris en formation avec deux 188 Hornets.

« La bataille d’Angleterre a été une victoire cruciale pour les forces aériennes alliées et, en ce 76e anniversaire de la bataille, nous sommes éternellement redevables à cette “poignée de héros”, » fait remarquer le lieutenant-colonel Hulme. « J’aimerais aussi remercier de tout cœur les hommes et les femmes aux côtés desquels j’ai l’honneur de servir jour après jour, les vétérans ici aujourd’hui pour leur service par le passé et tous ceux et celles qui ont payé le prix ultime au service de nos deux nations. »

« Nous nous souviendrons d’eux. »

Date de modification :