ARCHIVÉE - « Nous nous souviendrons de lui »

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Galerie d'images

Article de nouvelles / Le 29 septembre 2011

Par le capitaine John-Hugh MacDonald

Cérémonie honorant « le combattant d’aviation le plus féroce de l’histoire »

Le 22 septembre 2011, près de 1 000 militaires et spectateurs civils, invités de marque, anciens combattants et écoliers se sont rassemblés à Toronto pour honorer le plus grand héros de guerre du Canada – qui a failli sombrer dans l’oubli – le regretté lieutenant-colonel d’aviation William George Barker VC, DSO, MC.

Par une journée ensoleillée, les petits‑enfants et les arrière‑petits‑enfants et d’autres parents du lieutenant-colonel d’aviation Barker, ont applaudi la dédicace d’un monument particulier – une pale d’hélice d’un biplan Sopwith, en bronze, érigée sur une base en granite – au pied de l’imposant mausolée situé au cimetière Mount Plaisant où repose le héros. David Onley, lieutenant‑gouverneur de l’Ontario, a dévoilé le monument alors qu’un CF-188 Hornet du 425e Escadron tactique de chasse, 3e Escadre Bagotville, Québec, rugissait au‑dessus de nos têtes, suivi par deux biplans de l’époque de la Première Guerre mondiale, et que résonnaient la Sonnerie aux morts et The Lament to the Fallen.

« Au nom de toutes les Forces canadiennes, je peux dire que nous sommes fiers de participer à une cérémonie honorant le héros de guerre le plus décoré de l’histoire du Canada, de l’Empire britannique et du Commonwealth britannique des nations, le lieutenant-colonel d’aviation William Barker », a déclaré le lieutenant-général André Deschamps, commandant de l’Aviation royale canadienne. « Je suis certain que le lieutenant-colonel d’aviation Barker serait heureux de savoir que l’Aviation royale canadienne, dont il a été le directeur par intérim au moment de sa formation en 1924, porte à nouveau le nom qui lui avait alors été donné. »

Le lieutenant-colonel d’aviation Barker a reçu la Croix de Victoria, l’Ordre du service distingué (DSO) et deux barrettes, ainsi que la Croix militaire et deux barrettes, la Croix de guerre de France et deux médailles d’argent italiennes pour sa vaillance militaire. Il a également été cité à l’ordre du jour à trois reprises. Après la guerre, il a servi comme directeur intérimaire de l’Aviation royale canadienne au moment de sa création en 1924. Avec son compagnon d’exploit Billy Bishop VC, il a fondé la première compagnie aérienne commerciale du Canada et le Canadian International Air Show à l’Exposition nationale canadienne à Toronto. Il a aussi été président du club de hockey des Maple Leafs de Toronto.

Lorsque son avion s’est tragiquement écrasé à Ottawa, en 1930, il n’avait que 35 ans. Les funérailles nationales qui ont eu lieu en son honneur étaient les plus grandioses de l’histoire de Toronto, attirant une foule de plus de 50 000 personnes. Depuis 81 ans, il repose dans l’obscurité de la crypte familiale de son épouse, sur laquelle ne figure que le nom de famille de cette dernière, Smith. Il a peu à peu sombré dans l’oubli et aucune statue n’a été érigée en son souvenir dans un lieu public au Canada.

Heureusement, cette situation a été corrigée grâce au lieutenant-colonel honoraire John Wright du Ontario Regiment, qui a pris l’initiative de réhabiliter comme il se doit le souvenir du lieutenant-colonel d’aviation Barker, et la cérémonie de dévoilement de ce monument est l’apogée de deux années d’efforts.

« Aucun de nous ici aujourd’hui ne pourrait savoir que l’homme enterré derrière moi était une icône internationale ayant vécu à quelques rues d’ici », a dit le lieutenant-colonel honoraire Wright. « Dans son livre intitulé Barker, VC, le biographe Wayne Ralph raconte comment un jeune homme qui tirait sur les animaux indésirables du haut de son cheval de ferme est devenu le combattant le plus féroce que l’empire n’ait jamais connu.

« En 1919, quand William Barker est arrivé à Toronto, il était, à 24 ans, le héros de guerre le plus décoré de l’empire. Le jour où sa dépouille est arrivée par le train [Canadien Pacifique] de 6 h dans la station Summerhill, le monde entier a été en deuil en apprenant la nouvelle dans les journaux. J’exhorte tous les témoins de la cérémonie d’aujourd’hui à vous souvenir de lui et de tous les autres Canadiens qui risquent leur vie au service de leur pays. N’oubliez pas que ce sont des Canadiens ordinaires qui accomplissent des actions extraordinaires. »

Outre la pale en bronze érigée à l’extérieur du mausolée, une grande plaque est maintenant fixée à la porte de la crypte, sur laquelle on peut lire :

WILLIAM GEORGE BARKER VC

1894 – 1930

HÉROS DE GUERRE LE PLUS DÉCORÉ DE L’HISTOIRE DU CANADA, DE L’EMPIRE BRITANNIQUE ET DU COMMONWEALTH BRITANNIQUE DES NATIONS

VICTORIA CROSS

ORDRE DU SERVICE DISTINGUÉ (À DEUX REPRISES)

CROIX MILITAIRE (À TROIS REPRISES)

TROIS CITATIONS À L’ORDRE DU JOUR

MEDAGLIA D’ARGENTO AL VALOR MILITARE (ITALIE – À DEUX REPRISES)

CROIX DE GUERRE (FRANCE)

Né dans une cabine en bois rond au Manitoba, il s’est enrôlé pour combattre durant la Grande Guerre en tant que simple soldat.

Il a tôt fait de rejoindre le Royal Flying Corps, d’abord comme observateur, puis comme pilote.

Il a monté en grade et atteint la renommée. Il devint si habile qu’au cours des douze derniers mois de combats, aucun pilote sous son commandement ni aucun aéronef placé sous son escorte ne sont tombés aux mains de l’ennemi.

À la fin de la guerre, il avait abattu cinquante aéronefs ennemis.

Son compagnon d’exploit, William Avery Bishop VC, disait de lui qu’il était

« LE COMBATTANT D’AVIATION LE PLUS FÉROCE DE L’HISTOIRE »

Il est mort dans un accident d’aviation. Ses funérailles nationales ont été les plus grandioses de l’histoire de Toronto. [traduction]

Date de modification :