Origines de la cérémonie de la bataille d’Angleterre

Article de nouvelles / Le 15 septembre 2017

Cliquez la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Le 17 septembre 2017, on soulignera le 77e anniversaire de la bataille d’Angleterre.
Une cérémonie nationale aura lieu à l’Aéroport exécutif Gatineau-Ottawa, à Gatineau, au Québec,
et des cérémonies régionales se dérouleront partout au pays.

Par le major Mathias Joost

Tous les ans, l’Aviation royale canadienne (ARC) commémore la bataille d’Angleterre le dimanche qui tombe entre le 15 et le 21 septembre.

Cette tradition a pris de l’ampleur au cours des dernières années, les Canadiens prenant de plus en plus conscience de leur héritage militaire. Le décès presque quotidien d’un ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale, le centenaire du début de la Première Guerre mondiale et l’intervention du Canada dans le conflit en Afghanistan ont rappelé aux Canadiens qu’ils doivent en grande partie la liberté dont ils jouissent aux militaires. La cérémonie de la bataille d’Angleterre est l’occasion de se souvenir de la contribution des jeunes Canadiens qui ont servi tant dans l’ARC que dans la Royal Air Force (RAF).

Mais quel était à l’origine l’objectif de la cérémonie et à quand remonte t elle?

La bataille d’Angleterre était célébrée avant même la fin de la Seconde Guerre mondiale. Au début, c’était une célébration d’action de grâce; toutefois, il ne s’agissait pas du premier événement du genre. En mars 1941, le roi George VI avait invité tout l’Empire à participer avec lui à une journée de prières afin d’obtenir la « faveur divine » pour remporter la bataille d’Angleterre. Il a ensuite fallu attendre jusqu’en 1943 avant que la bataille d’Angleterre soit célébrée. En août, le roi a déclaré le 26 septembre Dimanche de la bataille d’Angleterre afin de commémorer les hauts faits de la RAF et des travailleurs de la protection civile ayant pris part à cette bataille déterminante, combinant la célébration à la Journée de la protection civile. Cette date a été retenue, car elle correspondait à « la phase la plus décisive des attaques massives contre le Royaume-Uni » [traduction].

Au Canada, les écoles et les unités de la RAF devaient organiser une cérémonie. L’ARC leur a emboîté le pas, mais sans y être obligée. Plusieurs stations de l’ARC ont répondu à la demande du roi et à la suggestion du Quartier général de l’ARC et ont tenu leurs propres cérémonies, mais beaucoup d’autres ne l’ont pas fait. Le jeudi 2 septembre 1943, la Station Trenton de l’ARC, en Ontario, a organisé une cérémonie profitant du rassemblement du commandant. L’année suivante, la cérémonie de la bataille d’Angleterre a eu lieu le 15, encore une fois en même temps que le rassemblement du commandant. En 1945, il n’y a pas eu de rassemblement en raison du mauvais temps.

Dans la capitale nationale, la Station Rockcliffe de l’ARC a organisé une cérémonie le 17 septembre 1944, qui a commencé à 9 h par un rassemblement, suivi à 11 h d’une messe à l’église catholique et d’un office à l’église protestante. En 1945, la cérémonie tenue cette fois le 14 septembre comportait encore un rassemblement et des services religieux. Les cérémonies n’avaient pas uniquement lieu dans les plus grandes stations du Canada. Le 2e Détachement Filter situé à Victoria, en Colombie Britannique, compte parmi les petites unités qui en ont organisé.

Au Royaume Uni, quelques escadrons de l’ARC se sont joints aux cérémonies. Le 16 septembre 1944, le 415e Escadron a envoyé 60 membres du personnel navigant, représentant chacune des escadrilles, à un service religieux commémorant la bataille d’Angleterre. Toutefois, comme l’escadron a été chargé cette nuit là d’une opération à Boulogne, le service a été annulé.

À la lumière de ces exemples, il convient de souligner que la commémoration de la bataille d’Angleterre était une action de grâce, conformément à la demande du roi George. De plus, la cérémonie n’était pas obligatoire, les opérations et l’instruction ayant la priorité.

En 1947, l’ARC a officialisé la cérémonie de la bataille d’Angleterre par la publication, le 30 juin, de l’Ordre administratif de l’Aviation A9/6. L’ordre mentionnait ce qui suit : « Étant donné l’importance historique de la bataille d’Angleterre, dont le combat décisif a eu lieu le 15 septembre 1940, et du rôle joué par le personnel de l’ARC dans la victoire, l’Aviation royale du Canada la commémorera chaque année le dimanche suivant le 15 septembre ou à cette date si c’est un dimanche. » [Traduction] Un service religieux devait accompagner le rassemblement, et ces activités étaient réservées aux membres en service des unités régulières et auxiliaires de la Force aérienne ainsi qu’aux cadets de l’Air. Les anciens membres de l’ARC avaient la possibilité d’organiser leurs propres services religieux, et ils étaient même autorisés à revêtir l’uniforme de l’ARC ce jour là.

À partir de 1947, la cérémonie de la bataille d’Angleterre a été à la fois un événement commémoratif et religieux. Dans des stations telles qu’Edmonton et Calgary, les ordres d’opérations précisaient que tous les officiers de l’ARC devaient assister à une cérémonie religieuse, soit pendant le rassemblement à l’église, soit dans une église de leur communauté s’ils ne participaient pas au rassemblement. Après l’intégration, les bases des Forces canadiennes dont la composante opérationnelle principale était reliée à l’aviation ont continué de tenir la cérémonie; ailleurs, elle a été abandonnée. La cérémonie religieuse demeure une exigence des Ordonnances administratives des Forces canadiennes que de nombreuses bases continuent de respecter. Le service d’action de grâce a disparu dans le nouveau règlement.

En outre, l’accent qui portait à l’origine sur le personnel de l’ARC ayant participé à la bataille d’Angleterre s’est déplacé. Aujourd’hui, étant donné le très petit nombre qui reste d’anciens combattants de la bataille d’Angleterre et de la Seconde Guerre mondiale, ainsi que les nombreuses opérations auxquelles a participé l’ARC depuis ce temps, il est parfaitement naturel que la cérémonie de la bataille d’Angleterre soit devenue l’occasion de célébrer la contribution de tous nos anciens combattants.

Maintenant, l’ARC profite du jour de la cérémonie de la bataille d’Angleterre pour souligner les services rendus aux Canadiens et célébrer ses réalisations en temps de paix et de guerre.

Le major Mathias (Mat) Joost est historien à la Direction – Histoire et patrimoine (DHP). Cet article a été publié dans l’édition spéciale sur la 75e anniversaire de la bataille d’Angleterre de la Revue de l’Aviation royale canadienne, dans lequel il est accompagné de notes de bas de page. 

Date de modification :