Profil de courage - bataille d’Angleterre : Otto John Peterson

Article de nouvelles / Le 14 septembre 2016

Cliquez la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par Shari St. John

Le 76e anniversaire de la bataille d’Angleterre sera souligné le dimanche 18 septembre 2016.
Une cérémonie nationale se tiendra au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada à Ottawa, et des cérémonies locales auront lieu partout au pays.

1er Escadron (ARC)

Né le 14 mars 1916, à Eckville, en Saskatchewan, Otto John Peterson ne vivra que 24 courtes années avant de sacrifier sa vie pour son pays au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Peu après l’obtention de son baccalauréat ès arts de l’Université de la Saskatchewan, Peterson s’enrôle dans l’Aviation royale canadienne (ARC), le 7 novembre 1938. À l’automne 1939, avec les autres membres du 1er Escadron, il est affecté à Dartmouth en Nouvelle-Écosse, où il rencontre Helen Murray, qu’il épousera seulement deux mois et demi avant son départ pour la guerre outre-mer.

Le 1er Escadron de l’Aviation royale canadienne arrive en Angleterre en juin 1940. Il est basé à Middle Wallop, dans le comté de Hampshire. En août, après une période d’entraînement intensif, Peterson et ses camarades se rendent dans la région de Londres, où ils affronteront la Luftwaffe pour la toute première fois. Dans une lettre qu’il écrit à sa famille le 11 août, Peterson rassure les siens en disant : « Nous ferons de notre mieux et je ferai bien sûr tout mon possible pour prendre soin de moi – mais il n’y a aucune raison de s’inquiéter, parce que l’inquiétude n’apporte rien de bon. J’ai devant moi beaucoup d’années de bonheur avec Helen, et j’entends bien être l’un de ceux qui reviendront – il y a de fortes chances que je revienne, même beaucoup plus que pour la plupart de mes camarades, alors j’ai espoir. » [Traduction]

Six jours plus tard, le 1er Escadron est déclaré « opérationnel » et entame ses premières sorties de combat pour la bataille d’Angleterre.

Peterson manque les deux premières semaines d’action pour des raisons de santé, mais se trouve dans le feu de l’action dès le début septembre. Il endommage un Dornier (Do) 215 dans un combat le premier jour du mois. Trois jours plus tard, le 1er Escadron intercepte un groupe d’aéronefs allemands. Il rapporte deux avions ennemis détruits, un autre probablement détruit, et six endommagés – sans une seule perte subie. Peterson participe d’ailleurs à cette victoire : il parvient à se rapprocher d’un Messerschmitt (Me) 110 et à tirer plusieurs coups à la mitrailleuse qui laissent les moteurs de l’aéronef en fumée avant la fin de l’attaque.

Le 9 septembre, le 1er Escadron prend part à un effort massif des Alliés visant à contrecarrer une attaque sur Londres par plus de 300 aéronefs allemands. Le lieutenant d’aviation Peterson obtient la seule victoire de l’escadron ce jour-là, lorsqu’il abat un chasseur Me 109. Dans une lettre qu’il écrit à sa famille le 26 septembre, il raconte comment il a frôlé la mort dans cette action : « [Le chasseur] que j’ai abattu a explosé devant moi et une partie de son canon est venu fracasser mon pare-brise résistant aux balles. J’avais de la vitre plein les yeux, mais j’ai eu la présence d’esprit de ne pas les toucher. Même si je ne voyais rien, j’ai réussi à redresser le chasseur à 1 500 pieds – initialement, j’étais à 20 000 pieds. Je suis retourné à la base à environ 63 kilomètres, presque aveugle. J’ai atterri en toute sécurité. Le médecin a retiré de mes yeux un quart de cuillerée à thé de vitre. Miraculeusement, mes yeux étaient intacts. Par contre, j’avais des coupures plein le visage. Deux jours plus tard, j’avais déjà repris du service. C’est tout pour l’instant. Je croise les doigts pour la suite. » [Traduction]

Le lendemain, son avion est abattu, et Peterson est tué.

Malgré le stress d’être constamment dans l’action et l’absence de période de repos, le 1er Escadron vit sa plus grande réussite ce jour-là, le 27 septembre. Comme la force aérienne allemande lance de multiples assauts, le 1er Escadron est forcé de combattre toute la journée. Devant 70 aéronefs ennemis, avec l’aide du 303e Escadron polonais et du 229e Escadron de la Royal Air Force, l’escadron canadien réussit à infliger des dommages importants aux Allemands. La coalition des forces aériennes alliées déclare un Junkers (Ju) 88 détruit et un autre probablement détruit. Elle rapporte aussi avoir détruit quatre Me 110 et un Me 109, et endommagé un autre aéronef ennemi.

Pendant le combat, Peterson est abattu au-dessus de Kent : il vole comme d’habitude avec l’escadron, et en un instant, il disparaît. Le jour suivant, son épouse reçoit un télégramme indiquant qu’il est « disparu ». Tout espoir auquel elle se raccroche peut-être est anéanti le 30 septembre, lorsqu’un nouveau message arrive à Halifax pour l’aviser que son époux a été « tué au combat ».

Troisième et dernier membre du 1er Escadron à trouver la mort pendant la bataille d’Angleterre, le lieutenant d’aviation Otto John Peterson est inhumé au cimetière militaire Brookwood, à Surrey, en Angleterre.

Note de la rédaction : Peu après la bataille d’Angleterre, le 1er Escadron devient le 401e Escadron. Il continue à ce jour à servir le Canada et les Canadiens et Canadiennes à titre d’escadron d’appui tactique, et est basé à la 4e Escadre Wing Cold Lake (Alberta).

Date de modification :