« Que ceux qui ont 10 000 heures de vol lèvent la main! »

Galerie d'images

Article de nouvelles / Le 16 juin 2016

Par le lieutenant Guy Bernard

Une seule main s’est levée pour répondre à l’appel du lieutenant-colonel Gilbert McCauley, commandant du 438e Escadron tactique d’hélicoptères «Ville de Montréal» (ETAH), le 12 mai dernier à la base de St-Hubert, en Québec. Celle du major Sylvain Bélanger, qui venait d’atteindre les mythiques 10 000 heures de vol dans l’Aviation royale canadienne.

Même si un tel accomplissement porte à croire que le pilote a passé plus de temps dans les airs que sur terre au cours des 36 dernières années, loin s’en faut. Ainsi, entre deux allers-retours dans les corridors du 438e Escadron, réglant mille et un détails, comme à son habitude, le major Bélanger prend quelques instants pour s’asseoir et raconter les étapes qui lui ont permis de franchir le cap des 10 000 heures.

Le pilote originaire des Escoumins, en Québec, s’est enrôlé dans l’Aviation royale canadienne en 1980. Après son cours de recrue à Chilliwak, en Colombie-Britannique, les leçons de pilotage se succéderont sur les appareils CT-134 Musketeer, CH-139 Jetranger à Portage la Prairie, en Manitoba et CT-114 Tutor à Moose Jaw, en Saskatchewan, avant d’obtenir ses ailes de pilotes, en 1983.

Sa première affectation sera au 430e Escadron de Valcartier, en Québec, de 1983 à 1986. Suivra un transfert au 444e Escadron à Lahr, en Allemagne où il servira jusqu’en 1990. Cette période, qui concorde avec la fin de la guerre froide, a d’ailleurs laissé une forte impression sur le pilote.

« On commençait à voir quelques Allemands de l’est passer à l’ouest, mais la chute du Mur n’était pas attendue avant une décennie de l'avis de certains experts! » se remémore-t-il.

De retour au Canada, il poursuit sa carrière au 403e Escadron 403 de Gagetown, en Nouveau-Brunswick comme instructeur de CH-136 Kiowa, de 1990 à 1993. Cette année-là,  il est transféré à St-Hubert, au légendaire 10e Groupe d’aviation tactique (ancêtre de la 1re Escadre), à titre d’officier des Normes. Il y servira jusqu’en 1996 puis sera muté au 438e Escadron tactique d’hélicoptère pour se qualifier sur le CH-146 Griffon.

Promu au grade de major en 2001, il retournera à Valcartier, comme chef de l’escadrille de Vol. Il optera pour la Réserve aérienne en 2003 et poursuivra au 438e Escadron sous le grade de capitaine avant d’être promu de nouveau en 2008 au grade de major, où il servira comme officier des opérations jusqu’à sa nomination au titre de commandant adjoint de l’escadron, le 16 mai dernier.

Parmi ses nombreuses affectations, il souligne sa participation à une multitude d’exercices en soutien à l’Armée de terre, ses 2 déploiements en Bosnie en 1998 et 2001, son déploiement à Haïti en 2004 sur Opération Halo et les dizaines d’opérations domestiques auxquelles il a pris part dont l’opération Podium, l’opération Lentus et les opérations Hurricane et Nevus, dans l’Extrême Arctique.

Quant à la question sur ses impressions relativement à ces 10 000 heures de vol, le major Bélanger, homme de peu de mots, prend une courte pause puis lance plusieurs pistes de réponses avant d’exprimer toute sa gratitude pour son épouse qui l’a toujours soutenu dans ses 33 années de mariage et sa fierté de voir évoluer son fils, Marc-Olivier, dans l'Aviation royale canadienne en tant que technicien en système avionique au 430e Escadron (relève oblige)!Tous les « Wildcats » du 438e Escadron tiennent à féliciter le major Sylvain Bélanger, commandant adjoint de l’escadron pour son exploit. Prochaine étape : 10 000 heures de vol dans l’aviation tactique (dans moins de 270 heures) !

Date de modification :