Rétrospective sur l’histoire du 430e Escadron

Article de nouvelles / Le 7 mars 2016

Par les Affaires publiques du 430e Escadron

En 2018, le 430e Escadron tactique d’hélicoptères fêtera son 75e anniversaire. À l’approche de cette étape importante, les membres de l’escadron explorent sa riche histoire et en apprennent davantage sur les nombreuses réalisations de leurs prédécesseurs.

Le 17 janvier 2016, 20 membres de l’escadron, dont le lieutenant‑colonel Carol Potvin, commandant de l’escadron, et l’adjudant‑chef de l’escadron, Michel Trudel, se sont envolés de la Base des Forces canadiennes Valcartier, au Québec, à bord de trois hélicoptères CH‑146 Griffon, en direction de la Base des forces canadiennes Borden, en Ontario, où ils ont rencontré le lieutenant‑général honoraire Richard Rohmer, membre du 430e Escadron original durant la Seconde Guerre mondiale.

Le lendemain matin, ils se sont rencontrés au mess des officiers de la base pour assister à une présentation officielle faite par le lieutenant‑général Rohmer. En préparation à cette réunion, certains membres de l’escadron avaient étudié l’histoire du 430e Escadron. Ils savaient donc que l’escadron avait vu le jour le 1er janvier 1943, en Angleterre, et qu’il s’agissait au début d’une unité de reconnaissance utilisant le chasseur P-40 Kittyhawk. L’escadron a été créé aux termes de l’article XV du Programme d’entraînement aérien du Commonwealth britannique dans le cadre duquel le Canada a formé plus de 131 000 pilotes canadiens et alliés en vue de leur participation au combat durant la Seconde Guerre mondiale.

Le lieutenant‑général Richard Rohmer a commencé sa présentation en expliquant comment il s’était enrôlé dans l’escadron, en septembre 1943. À ce moment‑là, l’unité utilisait déjà le chasseur P‑51 Mustang. Le lieutenant‑général Rohmer, doué d’un excellent sens de l’humour et d’une mémoire exceptionnelle des événements survenus il y a plus de 70 ans, a amusé les membres de l’escadron en leur racontant ses souvenirs de la Seconde Guerre mondiale.

Il n’avait que 19 ans lorsqu’il s’est joint au 430e Escadron et, au début, il n’avait pas l’autorisation de participer à des missions opérationnelles, en raison de son jeune âge. Il n’a toutefois pas dû attendre longtemps avant de se retrouver dans le feu de l’action. Il a exécuté plus de 135 missions opérationnelles au‑dessus de la France, de la Belgique et des Pays‑Bas, notamment des vols de reconnaissance pour l’Armée britannique, des vols de reconnaissance pour des missions d’interdiction aérienne, et a dirigé et contrôlé des tirs d’artillerie. À cette étape de la guerre, la supériorité aérienne des alliés était telle qu’ils ne se souciaient pas vraiment des chasseurs ennemis. Cependant, lors de chaque mission, le lieutenant-général Rohmer devait faire face à la menace constante que posaient les canons antiaériens allemands à la fois précis et mortels.

Parmi les faits saillants, il a mentionné sa rencontre colorée avec le général américain George S. Patton et son rôle dans la capture du général allemand Erwin Rommel, le « renard du désert ».

Le lieutenant‑général Rohmer a également exécuté des missions de reconnaissance au‑dessus de la plage Juno, le Jour J. Le matin du 6 juin 1944, lorsque la 3e Division du Canada a débarqué, il était au-dessus des plages à l’heure H, en tant qu’ailier du lieutenant d’aviation Jack Taylor. Plus tard durant la guerre, il a participé à la neutralisation des bombes volantes V1 et a détruit un pont clé en Hollande, en le mitraillant au moyen d’une pièce d’artillerie super lourde, dans le cadre de l’opération Market Garden.

En dépit de toutes ces missions, le lieutenant‑général Rohmer et ses collègues ont trouvé le temps de s’amuser. Le public a éclaté de rire lorsqu’il a fait un compte rendu cocasse d’une soirée passée à Londres avec d’autres pilotes, révélant au passage que certaines choses n’ont pas changé au cours des 75 ans d’existence du 430e Escadron.

Toutes les personnes présentes étaient honorées d’avoir pu rencontrer un acteur aussi intéressant de la fière histoire du 430e Escadron et une légende de l’Aviation royale canadienne.

Date de modification :