Tester les capacités de lutte anti-sous-marine du CH-148 Cyclone

Article de nouvelles / Le 16 novembre 2016

Cliquez la photo sous la rubrique «Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par le capitaine Peter Ryan

Un hélicoptère CH-148 Cyclone de la 12e Escadre Shearwater, en Nouvelle-Écosse, a récemment mené des exercices de guerre anti-sous-marine (GASM) en compagnie du Navire canadien de Sa Majesté Windsor au large de la Nouvelle-Écosse.

La GASM est un volet de la guerre sous-marine qui met en jeu des navires de combat, des aéronefs ou des sous-marins afin de repérer, de suivre et de dissuader des sous-marins ennemis, de les endommager ou, encore, de les détruire.

C’était la première fois qu’un Cyclone s’acquittait de tâches liées à la GASM, ce qui représente un jalon important dans l’évolution de ce nouvel aéronef, qui offre des ailes à la flotte de la Marine royale canadienne et dote l’Aviation royale canadienne d’une puissance aérienne de pointe.

L’exercice s’inscrivait dans le cadre de l’Essai opérationnel et évaluation (EOE) du Cyclone qu’effectue actuellement l’Escadrille d’évaluation et d’essais opérationnels – Hélicoptères (EEOH) à la 12e Escadre. L’EOE permet d’évaluer l’efficacité de l’aéronef au combat, d’établir des processus tactiques et d’éprouver la doctrine avant que le nouvel hélicoptère maritime se joigne aux escadres de première ligne.

Le système de traitement de la bouée acoustique du Cyclone a fait l’objet de tests qui visaient à repérer et à suivre le NCSM Windsor à l’aide de bouées acoustiques passives. « Ce système nous permet de suivre un sous-marin sans émettre de bruit, donc en cachant au vaisseau la position de l’hélicoptère ou même éventuellement le fait qu’il est suivi, explique le major Erik Weigelin, pilote de l’EEOH. La GASM à l’aide de bouées acoustiques peut être très complexe, mais disposer du Windsor comme cible a permis aux équipages de perfectionner notre équipement et de constituer une excellente base de référence sur le suivi de cibles sous-marines réelles. »

Quand le Windsor devait accomplir une autre mission, les équipages du Cyclone employaient des cibles d’entraînement pour simuler le déplacement de sous-marins et divers types de bruits, ce qui a permis aux équipages de l’EEOH de raffiner les procédures tactiques que suivront les équipages opérationnels.

« Afin d’optimiser l’efficacité des équipages dans des situations tactiques difficiles, il est essentiel de procéder à un paramétrage initial précis et efficace de l’équipement et de disposer de procédures claires, concises et faciles à reproduire, poursuit le major Weigelin. De plus, ces procédures doivent faire l’objet d’une formation et d’un entraînement pour garantir la capacité opérationnelle optimale des équipages de première ligne dès leur déploiement à bord du Cyclone. »

Pendant la semaine qu’ils ont passée en mer, les équipages du Cyclone ont aussi effectué des essais opérationnels et des évaluations en compagnie du NCSM Montreal.

Date de modification :