Un ancien Flyer de l’ARC se souvient de sa victoire olympique

Article de nouvelles / Le 8 août 2016

Cliquer la photo sous la rubrique « Galerie » pour voir d’autres photos.

Par Alexandra Baillie-David

La maladie d’Alzheimer a dérobé beaucoup de choses à l’ancien Flyer de l’Aviation royale canadienne (ARC) Ted Hibberd, comme les visages auparavant familiers des membres de sa famille et de ses amis, et les souvenirs du début de sa vie adulte.

Mais il y a une chose dont l’Ottavien de 90 ans se souvient encore : la médaille d’or remportée aux Jeux olympiques d’hiver de 1948 à Saint-Moritz, en Suisse.

M. Hibberd a été recruté en tant qu’un des deux seuls joueurs ayant de l’expérience militaire (un troisième civil, le gardien de but, Dick Ball, n’avait pas réussi son examen médical et ne pouvait se rendre à l’étranger avec les membres de l’équipe). M. Hibberd et Pete Leichnitz étaient trop jeunes pour s’enrôler au cours de la Deuxième Guerre mondiale, mais ils avaient été choisis parce que les Flyers avaient besoin de jeunes joueurs amateurs de talent. Ils ont été enrôlés dans l’ARC et sont devenus immédiatement des aviateurs, 1re classe.

Avant leur enrôlement dans l’ARC, MM. Hibberd et Leichnitz jouaient avec les New Edinburgh Burghs de la Ligue senior d’Ottawa. Deux joueurs qui étaient d’anciens membres de la Force aérienne et un joueur, ancien membre de l’Armée venaient aussi des Burghs.

M. Hibberd jouait à l’avant et avec son 1,67 m, il était rapide et agile – justement le genre de joueur dont les Flyers avaient besoin.

L’héritage des Flyers

Bien que les Flyers aient battu la Suisse 3-0 au cours de la dernière partie, la route vers la victoire n’a pas été facile, pas même prévisible.

Tout d’abord, l’Association canadienne de hockey amateur (ACHA) ne voulait pas envoyer une équipe de hockey aux Jeux olympiques, une décision que certains jugeaient « anti-canadiens ». Des changements récents aux règlements du Comité international olympique imposaient des restrictions sévères pour que les joueurs soient considérés comme étant amateurs et l’ACHA n’avait pas d’équipe qui respectait ces règlements – jusqu’à ce que le commandant d’aviation Sandy Watson, un médecin officier supérieur de l’ARC et fanatique de hockey, défende la cause des Flyers. Il a réussi à persuader l’ACHA que l’équipe, gagnante de la coupe Allen en 1942, était une option possible.

Par contre, de nombreux Canadiens avaient peu confiance dans les capacités de cette équipe de dernière minute formée d’aviateurs de l’ARC. Il était évident qu’en raison de nombreuses défaites dévastatrices en décembre 1947, et malgré les compétences individuelles de chaque joueur, les membres de l’équipe manquaient de motivation. Les Jeux olympiques à un peu plus d’un mois, l’ACHA a décidé de recruter d’autres joueurs d’une équipe civile, qui pourraient donner une meilleure chance aux Flyers de remporter la victoire. Quelques semaines après avoir recruté cinq joueurs des Burghs, l’équipe était en route pour la Suisse.

Les Flyers ont rapporté l’or au pays après une dernière partie tendue contre les Suisses en février 1948. Malgré le scepticisme des Canadiens au pays, cette équipe de 17 aviateurs a prouvé qu’elle pouvait voler sur la glace en plus de voler dans le ciel.

Aujourd’hui, près de 70 ans plus tard, l’héritage des Flyers est toujours à l’honneur. Pour le 90e anniversaire de M.  Hibberd le 22 avril 2016, sa famille lui a offert un montage de l’ancien maillot des Flyers pour célébrer l’un des moments de sa vie dont il est le plus fier.

« Il a regardé le maillot et l’a reconnu tout de suite », a dit Tim Schofield, le conjoint de la petite-fille de M. Hibberd. « Il a encore des souvenirs clairs de ces journées glorieuses avec les Flyers. Il a beaucoup aimé la camaraderie qui s’était installée entre les joueurs, très différente, semble-t-il, de celle que l’on voit dans une équipe de hockey ordinaire. »

*Des photographies des Jeux olympiques d’hiver de 1948sont tirées de la collection privée de Hubert Brooks.

Date de modification :