Un monument dédié aux aviateurs alliés qui ont perdu la vie à la baie Patricia

Article de nouvelles / Le 19 juin 2017

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par le capitaine Peter Ryan

Le 1er juin 2017, dans la partie nord de l’Aéroport international de Vancouver, on a dévoilé un monument rendant hommage à ceux qui ont perdu la vie à la station aérienne Patricia Bay de l’Aviation royale canadienne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le monument, intitulé « Aviateurs disparus de l’Empire », consiste en 25 plumes de vol d’épervier de Cooper en acier cor-ten mesurant chacune 3,66 m de haut et portant le nom et l’âge des militaires qui ont perdu la vie. Selon le site Web de la Victoria Airport Association, « l’épervier de Cooper est un prédateur connu pour son extraordinaire agilité en vol et pour sa férocité quand il chasse ». Le monument comprend également des places où l’on peut s’asseoir construites au moyen d’environ 1 000 briques récupérées de l’ancien immeuble administratif démoli.

Plus de 5 000 membres d’équipages d’aéronefs ont suivi une formation dans le cadre du Programme d’entraînement aérien du Commonwealth britannique à Patricia Bay. Au total, 179 personnes ont perdu la vie, tant des membres d’équipages d’aéronefs que du personnel de piste, pendant leur affectation ou leur travail à la station aérienne Patricia Bay ou à bord d’aéronefs de cette base.

Le monument commémoratif se situe à Hospital Hill, site ainsi nommé en raison de l’hôpital militaire qui s’y trouvait à l’époque. Il surplombe les installations du 443e Escadron d’hélicoptères maritimes de l’Aviation royale canadienne, qui a participé à la cérémonie.

Pour marquer l’événement, le 443e Escadron a effectué une « parade du drapeau », des dignitaires ont prononcé des discours et divers aéronefs de l’ARC ont fait un défilé aérien.« C’était un honneur pour le 443e Escadron d’assister au dévoilement et de participer aux séances de planification qui ont mené à l’inauguration du monument "Aviateurs disparus de l’Empire" », affirme le lieutenant-colonel Shawn Williamson, commandant de l’escadron.

À propos du 443e Escadron
Le 443e Escadron d’hélicoptères maritimes est l’escadron opérationnel d’hélicoptères maritimes de la côte ouest. Bien que le 443e Escadron fasse partie de la 12e Escadre Shearwater, en Nouvelle-Écosse, sa base d’attache se situe à Patricia Bay, en Colombie-Britannique. L’escadron met trois détachements d’hélicoptères de la Force aérienne appelés « DETHELFA » à la disposition de la flotte du Pacifique de la Marine royale canadienne basée à Esquimalt, à Victoria, en Colombie-Britannique.

« Ce monument surplombe les installations du 443e Escadron à l’Aéroport international de Victoria et nous rappelle les sacrifices consentis ainsi que l’important rôle joué par les militaires de l’ARC, dans la collectivité des hélicoptères maritimes, pour défendre le Canada à bord des navires de la Marine royale canadienne dans le cadre de diverses missions partout dans le monde. Nous sommes des membres fiers de cette collectivité, toujours prêts à servir notre pays. »

Le monument a été choisi par l’Administration aéroportuaire de Victoria et des citoyens, y compris du personnel du 443e Escadron, qui faisaient partie d’un groupe de travail dont l’objectif commun visait à mieux faire connaître l’histoire militaire de l’aéroport. Conçu par Illarion Gallant, de Rusnak Gallant Ltd., le monument est accessible au grand public.

Selon le site Web de Rusnak Gallant, « les plumes racontent un récit allégorique au sujet de l’âme de ces combattants, qui s’entraînaient afin de devenir les guerriers de l’air de notre nation. Elles symbolisent de nobles idéaux et le rêve romantique de voler. [...] Les plumes forment une matrice militaire marquée d’espaces vides qui représentent le hasard et les divers lieux d’accidents au sud de l’île de Vancouver. »

M. Gallant affirme que la sculpture et l’emplacement du monument visent à célébrer les militaires des forces aériennes de partout dans le monde qui ont commencé à travailler et à s’entraîner à la base aérienne en 1939.

« Ces personnes venaient de divers horizons; c’était des survivants de la Crise de 1929 qui voyaient d’un œil optimiste les obstacles qu’ils devaient surmonter, ajoute M. Gallant. Après avoir terminé leur formation, ces hommes de service se sont rendus dans différents théâtres de guerre, où ils ont affronté la dure réalité de la survie. »

Texte rédigé à l’aide de dossiers de Peter Mallett, rédacteur attitré du Lookout, journal de la base des Forces canadiennes Esquimalt. Le capitaine Ryan est agent des affaires publiques à la 12e Escadre Shearwater.

Date de modification :