Une force de l’OTAN effectue son premier vol opérationnel

Liens connexes

Article de nouvelles / Le 14 juillet 2020

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour l’agrandir.

Par le sergent Jordan LaBossiere

Le 4 juin 2020, à 10 h 26, heure locale, l’aéronef RQ-4D Phoenix (une variante du Global Hawk) de l’OTAN a décollé de la piste 28 gauche à la base aéronavale de Sigonella, près de Catane, en Sicile, amorçant ainsi son premier vol opérationnel.

Cette mission a été entièrement réalisée par le personnel de la force de la capacité alliée de surveillance terrestre (AGS) de l’OTAN, y compris l’entretien, la TI, l’équipage et le personnel du renseignement. Il s’agissait à la fois de la première mission de l’aéronef téléguidé récemment acquis menée par un équipage de l’OTAN, ainsi que la première mission opérationnelle d’une capacité de renseignement, de surveillance et de reconnaissance de l’OTAN.

Pendant la mission, qui a duré presque 9 h 30, l’aéronef a recueilli diverses données radar, notamment des images de points et de fauchées obtenues par radar à synthèse d’ouverture et des données d’indication de cibles mobiles au sol. Deux opérateurs de détecteurs électroniques aéroportés (OP DEA) canadiens ont recueilli ces données à différents points, tandis qu’un pilote canadien était aux commandes de l’aéronef. Pendant la collecte, un spécialiste du renseignement canadien (S RENS) a analysé les données en vue de leur utilisation éventuelle lors de formations et de leur diffusion.

L’équipage peut collecter les données de mission de manière autonome ou dynamique en fonction de la situation. Les images et les données recueillies sont ensuite traitées par le centre de traitement, d’exploitation et de dissémination de la Force AGS de l’OTAN. Elles peuvent être traitées en temps quasi réel ou une fois la mission terminée.

Le RQ-4D Phoenix, une variante du Global Hawk Block 40 de la United States Air Force, est un aéronef téléguidé capable de voler à haute altitude pendant de longues périodes, soit plus de 30 heures. Sa charge utile est constituée d’un radar à ouverture synthétique qui lui permet de collecter des images et des données d’éliminateur d'échos fixes au sol à une distance supérieure à 200 kilomètres. On le pilote à une station au sol grâce à plusieurs liaisons directes et par satellite, ainsi qu’en mode déployé.

Les Forces armées canadiennes participent à ce programme depuis sa création en 2015, lorsque deux militaires de l’Aviation royale canadienne (un pilote et un OP DEA) se sont joints à la force AGS de l’OTAN. Le contingent canadien est depuis passé à quatre personnes, et comprend un deuxième OP DEA et un S RENS. Lorsque l’AGS de l’OTAN aura atteint la capacité opérationnelle totale, le Canada sera représenté par six militaires des FAC, ajoutant un deuxième S RENS et un directeur des missions aériennes à l’équipe.

Le sergent Jordan Labossiere fait partie de la force de la capacité alliée de surveillance terrestre de l’OTAN à titre d’opérateur de détecteurs électroniques aéroportés.


 

Joignez-vous à l'ARC : Osez vous surpasser

Les opérateurs de détecteurs électroniques aéroportés utilisent des systèmes de détecteurs électroniques évolués pour faire fonctionner des détecteurs aéroportés à bord des aéronefs de patrouille à long rayon d’action, des hélicoptères maritimes et des véhicules aériens sans pilote.

Ils détectent les sous-marins et en font le suivi, ils offrent un soutien aux opérations de recherche et de sauvetage et aux opérations médicales et aident les autres ministères et agences du gouvernement à recueillir des preuves et à effectuer des patrouilles antidrogues.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

         - Utiliser un radar, des systèmes électro-optiques et infrarouges, détecteurs d’anomalies magnétiques et de l’équipement de guerre électronique
         - Prendre des photos aériennes
         - Charger les armes aéroportées et viser avec celles-ci, et faire des recherches dans les systèmes des stocks
         - Utiliser le système de mitrailleuse héliporté
         - Utiliser les systèmes de détecteurs électroniques des véhicules aériens sans pilote
         - Communiquer avec les organismes internes et externes (forces civiles et alliées)
         - Recueillir des preuves

http://forces.ca/fr/carriere/operateur-detecteurs-electroniques-aeroportes/

Date de modification :