Vol 22 de l’opération Boxtop : Honorons la mémoire de « Canadiens extraordinaires »

Article de nouvelles / Le 20 juin 2016

Par les Affaires publiques de l’Aviation royale canadienne

Le 14 juin 2016, le commandant de la 8e Escadre, le colonel Colin Keiver, est aux commandes d’un avion Hercules CC-130J et survole une région à 16 kilomètres au sud de la Station des Forces canadiennes Alert. S’il s’agit d’une belle journée ensoleillée, il n’en demeure pas moins évident que la zone survolée comporte sa part de risque. Désertique, recouverte de neige et venteuse, cette étendue de terre constitue le secteur le plus au nord du Canada. Survivre dans de telles conditions devient un exploit tout à fait incroyable si vous y ajoutez la noirceur, un blizzard et des températures de -30 °C.

« Je ne peux pas croire que j’ai passé plus de 30 heures là », s’étonne l’adjudant-maître Tony Cobden en regardant par le petit hublot du Hercules les vestiges du CC-130 au sol.

Il y a de cela 25 ans, l’adjudant-maître Cobden, chercheur en communications, et 17 autres personnes étaient à bord du vol 22 de l’opération BOXTOP, la mission de ravitaillement semestrielle de la Station des Forces canadiennes Alert, lorsque l’appareil s’est écrasé en effectuant son approche finale. Le capitaine Judy Trépanier, officier de la logistique, l’adjudant‑maître Tom Jardine, gestionnaire des services régionaux de CANEX, l’adjudant Robert Grimsley, technicien en approvisionnement, et le caporal-chef Roland Pitre, technicien des mouvements, ont tous perdu la vie. Quant au capitaine John Couch, commandant de bord, il est mort d’hypothermie après avoir dirigé les efforts pour survivre à l’écrasement et donné son manteau aux autres survivants.

L’adjudant-maître Cobden est le seul survivant toujours au service des Forces armées canadiennes et le représentant tout indiqué de l’ensemble des passagers du vol 22 de l’opération BOXTOP durant les préparations entourant la commémoration du 25e anniversaire de l’accident, qui aura lieu plus tard cette année à Trenton en Ontario, une zone plus facile d’accès. L’adjudant-maître Cobden est aujourd’hui accompagné par un autre survivant, le matelot-chef (retraité) D.N. « Monty » Montgomery, ainsi que par le sergent Ben House, technicien en recherche et sauvetage qui s’était rendu en parachute sur les lieux de l’écrasement, et par le lieutenant-colonel (retraité) Scott McLean, le commandant de la SFC Alert en 1991 qui a mené les opérations de sauvetage en envoyant des secours par voie terrestre sur les lieux, en soutenant la mission de recherche et de sauvetage et en se préparant à accueillir les morts et les blessés.

Ils retournent sur les lieux de l’écrasement pour la première fois aujourd’hui.

Monty vit encore avec des séquelles physiques de l’accident. Il a perdu tous ses doigts et la moitié de ses orteils à cause d’engelures. Il a dû subir 12 épuisantes chirurgies durant lesquelles on lui a greffé des orteils aux mains pour lui permettre de retrouver une certaine dextérité. « Je peux mettre mon pied dans ma bouche plus rapidement que quiconque, blague‑t‑il. Je n’aime pas utiliser l’expression "tourner la pageʺ parce que 25 ans se sont écoulés. C’est difficile, très difficile. Mais je dois dire que ce périple vient un peu de me permettre de tourner la page », ajoute-t-il d’un ton plus sérieux. 

Mené par le lieutenant-général Mike Hood, commandant de l’Aviation royale canadienne, et l’adjudant-chef Gerry Poitras, adjudant-chef de l’ARC, le contingent est aussi composé de membres de la 8e Escadre, de la SFC Alert, de la SFC Leitrim, du 435e Escadron et de dirigeants d’équipes de recherche et sauvetage.

« Je tenais personnellement beaucoup à me rendre sur les lieux », affirme le lieutenant-général Hood, qui a travaillé avec quelques-uns des militaires qui ont perdu la vie. « Nous allons honorer la mémoire de Canadiens extraordinaires ».

Le monument commémoratif, conçu par une équipe de la 1re Division aérienne du Canada et de la section du génie du détachement de Trenton de l’Unité des opérations immobilières (Ontario), a été transporté par avion à la SFC Alert avant d’être déposé au lieu de l’écrasement par un hélicoptère Chinook CH-147 en vue de son inauguration à cet endroit sacré. Le monument, qui pèse 1133 kg et dont la forme est celle de la queue de l’appareil dans laquelle les survivants se sont réfugiés, retournera ensuite par avion à la 8e Escadre Trenton, où il sera dévoilé en présence de membres des familles des personnes décédées et de survivants et de sauveteurs, lors d’une cérémonie qui devrait avoir lieu vers le 30 octobre 2016, date de l’anniversaire de l’écrasement. Des membres de l’ARC entrent actuellement en communication avec les familles et les survivants tandis que la planification en vue de la cérémonie s’accélère.

 L’Adjum Cobden admet que d’être présent sur les lieux et de prendre part à la cérémonie l’ont rendu émotif pour la première fois. « Des vies ont été perdues ici, dit-il la voix tremblante. Je suis heureux qu’on m’ait invité à y retourner pour que je puisse voir le lieu de l’écrasement en personne, car à l’époque il faisait noir. »

Date de modification :