Diary of a Night Bomber Pilot in World War 1 (La Revue de l'ARC - AUTOMNE 2014 - Volume 3, Numéro 4 - Critiques de livres)

Formats Alternatifs

Cover of Diary of a Night Bomber Pilot in World War 1 By Clive Semple

Diary of a Night Bomber Pilot in World War 1

par Clive Semple

Royaume-Uni, The History Press, 2008
320 pages
ISBN 978-1-86227-425-5

Compte rendu du major Chris Buckham, CD, M.A.

Pour un historien, les mémoires sont une arme à deux tranchants. Ils fournissent une mine de renseignements sur le comment et le pourquoi des décisions prises par le sujet du livre, mais ils tendent également à faire un tri parmi les souvenirs et à être très intéressés, sans compter que l’auteur a tout loisir d’y justifier ses actes. Le journal, par contre, est une source à fort potentiel et d’une grande utilité. Rédigé en temps réel et chargé de tous les préjugés, attitudes, frustrations et vérités brutes du moment, il donne une vue sans égale de l’esprit de son auteur et constitue un outil inestimable d’élaboration d’un volume.

Leslie Semple, le père de Clive, s’est enrôlé dans le Royal Navy Air Service (RNAS), l’aéronavale britannique, en 1917, à l’âge de dix-huit ans. Il a été pilote de bombardier de nuit Handley Page jusqu’à sa démission, en 1919, après une période de service en Allemagne occupée. Il a peu parlé de son service après la guerre et ce n’est qu’après sa mort, en 1971, que l’auteur a découvert des photographies, des documents et un journal, en fait une capsule historique, dans le grenier de la résidence de son père. À partir de ces ressources, et particulièrement du journal, Semple fils a tracé un portrait remarquable de la vie d’un jeune homme pendant son instruction militaire et les opérations de guerre.

L’auteur a dû se livrer à beaucoup de recherches pour placer le lecteur en contexte et lui expliquer les mentions au journal de son père. Le journal, ainsi, sert de fil conducteur à l’ensemble de la narration. Ce qui fait la particularité de cet ouvrage, c’est qu’il est non seulement le souvenir du service opérationnel de guerre de Semple père, mais aussi une représentation de son milieu social. Le lecteur est complètement pris par la description des tensions et des attentes envers les officiers et les militaires à l’entraînement en temps de guerre, ainsi que de ses responsabilités et des attentes de l’organisation à son égard, en plus des écueils de ses premiers contacts avec la réalité du monde des femmes et avec l’univers du combat, lui qui n’était qu’un naïf jeune homme.

On remarquera parmi les aspects les plus notoires de la narration de Leslie Semple l’animosité constante et l’absence de coopération (il les souligne avec couleur) entre les membres de la marine et de l’armée britanniques, qui ont fini par déboucher sur la formation, par décret, de la Royal Air Force (née de la refonte du Royal Flying Corps et du RNAS en dépit de l’opposition acharnée tant de l’armée que de la marine); la vision dont a fait preuve l’amirauté par son appui, dès 1914, à la création d’une force de bombardiers; le caractère dysfonctionnel et l’inefficacité de la conception des aéronefs, de leur production, de l’instruction et de l’attribution des ressources, la marine et l’armée se livrant une concurrence féroce pour leur obtention; et le détachement avec lequel Leslie Semple mentionne la mort de certains de ses confrères pendant l’instruction et lors des opérations. Bien que ces pertes aient sans aucun doute été douloureuses, il apparaît clairement qu’elles étaient tout de même acceptées d’emblée à titre de rançon de la guerre et il ne s’y attarde guère, ce qui est intéressant sachant qu’il n’avait que dix-huit ans à l’époque. Les comptes rendus détaillés de l’instruction visant expressément les opérations nocturnes et les techniques rudimentaires appliquées à la précision du bombardement sont également remarquables, sans compter la narration du cheminement du bombardement en tant que branche distincte des opérations aériennes.

Le journal de Semple père livre aussi sa perspective, très intéressante, de l’environnement immédiat de l’après-guerre auquel ont été confrontés les militaires. Il souligne, par exemple, la différence entre les expériences vécues pendant l’occupation et les relations des Français et des Anglais avec les Allemands. Il présente les Allemands et son interaction avec eux sous un jour très favorable. De même, ce qu’il voit quand il visite des champs de bataille que, jusqu’à l’occupation, il n’avait vus que du ciel, l’émeut profondément et l’affecte. Finalement, ses réflexions et ses observations sur la vie militaire tout de suite après la guerre sont fascinantes, car elles mettent en lumière les problèmes d’emploi, de discipline et de moral de militaires qui, après avoir participé pendant plus de quatre ans à des combats effroyables, se sont subitement retrouvés avec du temps à revendre.

Leslie Semple a rangé avec son journal quatre volumes de photographies et son fils en a inséré des centaines dans son récit pour l’illustrer. Ses descriptions et ses enrichissements des notes de son père les complémentent et sont fondés sur une recherche solide. Ils ajoutent une profondeur à la narration sans pour autant en prendre le contrôle. Quelques commentaires sont peu pertinents, comme ses longs retours sur le fait que les parachutes n’aient jamais été adoptés par la Royal Air Force mais, dans son ensemble, le texte est exact et succinct.

Ce volume est un joyau, car il aborde un sujet que les relations historiques n’ont guère approfondi : les efforts alliés de bombardement de nuit de la Grande Guerre. Les perspectives, les photographies et les commentaires de Leslie Semple ouvrent pour le lecteur une fenêtre sur son monde, le monde d’un sous-lieutenant d’aviation de dix-huit ans en temps de guerre. Le fils de ce sous-lieutenant d’aviation, l’auteur de Diary of a Night Bomber Pilot in World War 1, a placé ses observations dans un contexte bien documenté et il mérite notre reconnaissance pour avoir produit un ouvrage d’une telle valeur personnelle et éducative.


Le Major Chris Buckham est officier de logistique (Air); il est présentement à l’emploi de l’A5 Plans de la 1re Division aérienne du Canada. Il tient un cybercarnet professionnel de lecture à l’adresse www.themilitaryreviewer.blogspot.com (anglais seulement).

Haut de la page

 

Table des matières

Date de modification :