La bataille d’Angleterre : Chronologie du Canada (La Revue de l'ARC - PRINTEMPS 2015 - Volume 4, Numéro 2)

Formats Alternatifs

Table des matières

 

Par le major William March, CD, M.A.

Comme bon nombre d’événements historiques, il y a souvent un « vif » débat concernant le début ou la fin d’un événement, les personnes concernées et ce qui en est ressorti. En ce qui concerne la bataille d’Angleterre, on se pose également la question à savoir qui était véritablement « Canadien » dans les jours précédant l’entrée de Terre-Neuve-et-Labrador dans la confédération et à l’époque où le Canada ne pouvait pas encore délivrer de passeport. Les dates et les renseignements ci-dessous ont été recueillis auprès d’un certain nombre de secteurs et de personnes; ils correspondent aux renseignements provenant de nombreuses sources contemporaines sans pour autant les appuyer entièrement.

Les « phases » de la bataille d’Angleterre indiquées ci-dessous reflètent les dates utilisées par l’Imperial War Museum de Londres; il est possible que ces phases ne correspondent pas aux dates ou à l’analyse de la bataille fournies par d’autres sources[1].

Jusqu’en 1939

  • 21 septembre 1937
    • Formation du 1er Escadron à la station Trenton de l’Aviation royale du Canada (ARC) à titre d’unité de chasse. Il est doté d’un aéronef Armstrong Whitworth Siskin.
  • Août 1938
    • Le 1er Escadron se rend à Calgary (Alberta) dans le cadre du Commandement aérien de l’Ouest.

 

1939

  • 17 février
    • Un détachement du 1er Escadron se rend à Sea Island (Colombie-Britannique) pour prendre livraison des premiers nouveaux aéronefs Hawker Siddley Hurricane. Ils remplacent les Siskin qui sont désuets.
  • 31 août
    • Le 1er Escadron commence à se déplacer vers sa « station de guerre » de Saint-Hubert (Québec).
  • 1er septembre
    • L’Allemagne envahit la Pologne.
  • 3 septembre
    • La Grande-Bretagne déclare la guerre à l’Allemagne.
  • 4 septembre
    • Le sous-lieutenant d’aviation Selby R. Henderson de Winnipeg (Manitoba) est le chef des navigateurs du 110e Escadron et pilote le premier aéronef qui a attaqué le cuirassé allemand Admiral Sheer à Wilhelmshaven, en Allemagne. Le sergent Arthur Stanley Prince, 27 ans, de Montréal (Québec), participe à la deuxième vague et meurt lorsque son aéronef du 107e Escadron est abattu au-dessus du port. Il s’agit du premier aviateur canadien mort au combat pendant la Seconde Guerre mondiale, il repose au cimetière de guerre de Becklingen à Soltau, en Allemagne.
  • 10 septembre
    • Le Canada déclare la guerre à l’Allemagne.
  • 29 et 30 septembre
    • Le commandant d’aviation W. I. Clements, affecté au 53e Escadron de la Royal Air Force (RAF), effectue un vol de reconnaissance longue distance de nuit à partir de Metz (France) jusqu’à la région de Hamm-Hanovre (Allemagne). Il s’agit du premier membre de l’ARC à voler au-dessus du territoire ennemi.
  • 30 octobre
    • Le gouvernement du Canada, désireux de déployer des « Canadiens » dans le cadre de la guerre aérienne le plus tôt possible, conclut une entente avec les autorités britanniques; celle-ci vise à constituer un escadron de la RAF de Canadiens en service dans la RAF. Le 242e Escadron (canadien) est formé à Church Fenton (Royaume-Uni) sous le commandement du commandant d’aviation F. M. Gobeil, originaire d’Ottawa, qui est alors en processus d’échange avec la RAF.
  • 5 novembre
    • Le 1er Escadron se rend à Dartmouth (Nouvelle-Écosse).

 Haut de la page

1940

  • 16 février
    • Le 110e Escadron (Coopération d’armée [CA]) de la « Ville de Toronto », renforcé par la présence de membres du 2e Escadron (CA), quitte le pays à partir du port de Halifax.
  • 25 février
    • Le 110e Escadron (CA) arrive à Liverpool (Angleterre). Il s’agit de la première unité de l’ARC à voyager outre­mer.
  • 8 avril
    • Les forces allemandes envahissent le Danemark.
  • 9 avril
    • Les forces allemandes envahissent la Norvège.
  • 10 mai
    • Les forces allemandes attaquent la Hollande, la Belgique, le Luxembourg et la France.
  • 13 au 21 mai
    • Le 242e Escadron (canadien) est déployé en plusieurs étapes pour participer aux opérations en France.
  • 22 mai
    • Un détachement précurseur du 112e Escadron (CA) de la « Ville de Winnipeg » quitte Halifax.
  • 23 mai
    • Le commandant d’aviation F. M Gobeil, un officier d’échange de l’ARC affecté à la RAF qui commande le 242e Escadron (canadien), engage le combat avec un Messerschmitt (Me) 109 près de Berck (France); il s’agit du premier combat aérien de l’ARC au cours de cette guerre.
  • 25 mai
    • Le commandant d’aviation F. M Gobeil, un officier d’échange de l’ARC affecté à la RAF qui commande le 242e Escadron (canadien), abat un Me-110 près de Menin (Belgique); il s’agit de la première victoire de l’ARC au cours de cette guerre.
  • 30 mai
    • Le détachement précurseur du 112e Escadron (CA) arrive à Liverpool (Angleterre).
  • 8 juin
    • Le 1er Escadron, renforcé principalement par les membres du 115e Escadron (de chasse) de la « Ville de Montréal » et par le détachement arrière du 112e Escadron (CA), quitte Halifax pour rejoindre l’Angleterre.
  • 18 juin
    • Le 242e Escadron (canadien) retourne en Angleterre et se reconstitue à Coltishall.
  • 20 et 21 juin
    • Le 1er Escadron (ARC) arrive au Royaume-Uni et se stationne à Middle Wallop (Hampshire). On juge que les aéronefs Hurricane ne respectent pas les normes en vigueur, alors on dote l’escadron d’aéronefs Hurricane Mk I de la RAF, auxquels on attribut le code d’unité « YO ».
  • 9 juillet
    • Le 242e Escadron (canadien) est déclaré opérationnel.

Haut de la page 

Phase 1 :

  • Du 10 juillet au 11 août
    • Bien qu’il s’agisse de la date « officielle » du début de la bataille d’Angleterre, il est difficile de déterminer un jour précis et de dire « c’est le jour où tout a commencé ». De jeunes hommes des deux camps participent aux combats aériens et meurent le 9 juillet, et ce carnage ne fait qu’empirer au cours des semaines suivantes. Au cours de la première partie de la bataille, la Luftwaffe concentre ses efforts de combat sur la marine marchande dans la Manche, les villes portuaires et les installations côtières, ainsi que les moyens de défense qui peuvent être utilisés pour contrer l’invasion prévue. Cette période est parfois appelée Kanalkampf, ou bataille de la Manche. Selon divers degrés d’effort, ces attaques se poursuivent tout au long de la bataille.
  • 12 juillet
    • L’aéronef du sous-lieutenant d’aviation D. A. Hewitt, de Saint John (Nouveau-Brunswick), âgé de 20 ans et membre du 501e Escadron, est abattu lors d’un combat avec un Dornier 17 qui attaquait l’arsenal de la Marine royale au port de Portland, près de Dorset (sud de l’Angleterre). Il s’agit du premier Canadien tué durant la bataille. Il n’a pas de lieu de sépulture connu; son nom est inscrit au mémorial de guerre de Runnymede.
  • ?? juillet
    • Le 1er Escadron (ARC) est transféré à Croydon, au sud de l’Angleterre, pour suivre un entraînement intensif.
  • 19 juillet
    • Le sous-lieutenant d’aviation R. A. Howley, âgé de 20 ans et originaire de Victoria (Colombie-Britannique), et membre du 141e Escadron est tué au combat lorsque son aéronef Bolton Paul Defiant (ainsi que cinq autres) est abattu par des chasseurs allemands en provenance de Douvres. Il n’a pas de lieu de sépulture connu; son nom est inscrit au mémorial de guerre de Runnymede.
  • 8 août
    • La Luftwaffe commence son assaut à grande échelle contre l’Angleterre.

 Haut de la page

Phase 2 :

  • Du 12 au 23 août
    • Cette période de la bataille d’Angleterre est caractérisée par d’importantes batailles aériennes qui ont lieu davantage à l’intérieur des terres. La Luftwaffe essaie alors de vaincre la RAF en réduisant les effectifs de celle-ci et en attaquant directement ses terrains d’aviation. Le réseau de contrôle et de commandement du Fighter Command de la RAF, y compris les sites radars, est également attaqué. Les Allemands appellent cette partie de la bataille Adlerangriff, ou attaque de l’aigle.
  • 11 août
    • Le sous-lieutenant d’aviation R. R. Wilson, âgé de 20 ans et originaire de Moncton (Nouveau-Brunswick), est tué au combat lorsque son aéronef Hurricane est abattu au-dessus de l’estuaire de la Tamise (Royaume-Uni). Il n’a pas de lieu de sépulture connu; son nom est inscrit au mémorial de guerre de Runnymede.
  • 12 août
    • Le sous-lieutenant d’aviation R. W. G. Beley, âgé de 20 ans et originaire de Rossland (Colombie-Britannique), et membre du 151e Escadron est tué au combat. Il repose au Margate Cemetery de Kent (Royaume-Uni).
  • 13 août
    • Adlertag, ou jour de l’aigle; les attaques des sites radars britanniques indiquent un changement de priorité de la Luftwaffe, alors qu’elle essaie de détruire l’effectif de la RAF au sol ou dans les airs.
  • 15 août
    • Après avoir subi de lourdes pertes, la Luftwaffe concentre ses attaques sur les aérodromes de la RAF. C’est cette journée-là que le plus grand nombre d’attaques ennemies sont survenues, entraînant ainsi le plus important nombre de pertes dans les deux camps; 90 bombardiers et chasseurs allemands ont été détruits ou endommagés, comparativement à 42 chasseurs de la RAF perdus ou endommagés.
    • Le sous-lieutenant d’aviation J. T. Johnston, âgé de 26 ans et originaire de Brandon (Manitoba), est abattu à bord d’un chasseur Hurricane au-dessus de la mer du Nord. Il repose au Hawkinge Cemetery de Kent (Angleterre).
    • Le commandant d’aviation E. A. McNab, alors qu’il est membre du 111e Escadron de la RAF en vue d’acquérir de l’expérience opérationnelle, reçoit le mérite d’avoir détruit l’un des trois aéronefs ennemis abattus par l’unité ce jour-là.
    • Quinze aéronefs ennemis attaquent le terrain d’aviation à Croydon, causant ainsi des dommages considérables; ils détruisent également l’armement et la salle des rapports du 1er Escadron (ARC). Deux membres du personnel de l’escadron subissent des blessures mineures.
  • 16 août
    • Le sous-lieutenant d’aviation J. E. P. Larichelière, âgé de 20 ans et originaire de Montréal (Québec), et membre du 213e Escadron est tué au combat. Il n’a pas de lieu de sépulture connu; son nom est inscrit au mémorial de guerre de Runnymede. Il avait reçu le mérite d’avoir détruit six aéronefs ennemis au cours des trois jours précédents.
  • 17 août
    • Le 1er Escadron (ARC) est transféré vers un terrain d’aviation de Northolt (nord-ouest de Londres) et déclaré « opérationnel ».
  • 18 août
    • D’âpres combats aériens causent le plus de pertes chez les deux camps lors de la bataille; 96 aéronefs de la Luftwaffe sont détruits ou endommagés et 50 aéronefs de la RAF sont détruits ou endommagés.

Haut de la page 

Phase 3 :

  • Du 24 août au 6 septembre
    • La Luftwaffe change une fois de plus ses plans; elle concentre désormais ses attaques sur les terrains d’aviation et les cibles au sud-est de l’Angleterre. La RAF commence à sentir une pression accrue causée par la perte de pilotes et d’aéronefs.
  • 24 août
    • Même si le 1er Escadron a été déployé pour intercepter les aéronefs allemands avant cette date, c’est la première fois que l’escadron fait usage de ses armes. Malheureusement, des membres de l’Escadron ont confondu de façon tragique une escadrille de bombardiers Blenheim de la RAF avec des aéronefs ennemis. Deux Blenheim sont abattus; l’un atterrit en catastrophe sur Thorney Island et l’autre s’abîme en mer. L’équipage de ce dernier est tué.
  • 25 août
    • La RAF effectue son premier raid de bombardement sur Berlin, une action qui frustre l’Allemagne et qui entraîne le redéploiement des forces en attaque depuis les terrains d’aviation britanniques vers Londres. Deux Canadiens faisaient partie des équipages des 95 aéronefs qui ont frappé la capitale allemande : le capitaine d’aviation D. L. England, de Kingston (Ontario), qui était membre du 61e Escadron et le lieutenant d’aviation M. M. Fleming, d’Ottawa (Ontario), qui était membre du 58e Escadron.
  • 26 août
    • Le 1er Escadron (ARC) reçoit l’ordre de se rendre au terrain d’aviation situé à North Weald pour appuyer une unité de la RAF qui est en difficulté.
    • Lors de sa deuxième sortie de la journée, le 1er Escadron (ARC) croise une force de bombardiers ennemis au-dessus du sud de l’Angleterre; il détruit trois d’entre eux et en endommage quatre, mais il perd trois aéronefs Hurricane canadiens. Le capitaine d’aviation R. L. Edwards, âgé de 28 ans et originaire de Cobourg (Ontario), est le premier membre de l’escadron à mourir au combat; les deux autres pilotes ne subissent que des blessures mineures. Edwards repose au Brookwood Military Cemetery de Woking (Angleterre).
  • 29 août
    • Le capitaine d’aviation H. R. Hamilton, âgé de 23 ans, originaire d’Oak Point (Nouveau-Brunswick) et membre du 85e Escadron, est tué au combat. Il repose au Hawkinge Cemetery de Kent (Angleterre).

Haut de la page

  • 30 août
    • Les deux escadrons de coopération d’armée canadiennes qui sont déjà en Angleterre fournissent six pilotes de remplacement au 1er Escadron (ARC). Les lieutenants d’aviation Millar, Pattison et Trevena relèvent du 110e Escadron (CA) et les lieutenants d’aviation Brown, Lochnan et Norris relèvent du 112e Escadron (CA).
  • 31 août
    • À sa première sortie de la journée, les aéronefs du 1er Escadron (ARC) sont « surpris » par des chasseurs allemands et trois Hurricane sont abattus. Les trois pilotes abandonnent leur aéronef en parachute; le lieutenant d’aviation W. P. Sprenger s’en sort indemne, mais le capitaine d’aviation Corbett et le lieutenant d’aviation G. G. Hyde subissent des brûlures au visage, aux mains et aux jambes.
    • Durant sa deuxième sortie de la journée, le 1er Escadron (ARC) engage le combat avec des chasseurs et des bombardiers allemands; il en détruit trois tout en affirmant que l’un de ces aéronefs en a probablement détruit et endommagé deux autres. L’aéronef du lieutenant d’aviation J. P. J. Desloges est abattu, mais celui-ci survit à de graves brûlures.
  • 1er septembre
    • Dans le cadre de la réponse de la RAF à l’importante formation allemande, neuf Canadiens du 1er Escadron (ARC) dirigé par le capitaine d’aviation G. R. McGregor détruisent un aéronef et en endommagent cinq autres. L’aéronef du lieutenant d’aviation A. Yuile est abattu, mais celui-ci parvient à s’en sortir indemne. Le lieutenant d’aviation J. W. Kerwin est également forcé d’abandonner son appareil; il atterrit près de Maidstone et subit des brûlures aux mains et au visage. L’aéronef Hurricane du lieutenant d’aviation E. Beardmore est sérieusement endommagé, mais celui-ci réussit tout de même à le ramener à la base.
  • 2 septembre
    • Le capitaine d’aviation Corbett et les lieutenants d’aviation Desloges, Kerwin et Hyde sont transférés au 112e Escadron (CA) pour se rétablir de leurs blessures subies au combat.
  • 3 septembre
    • Le sous-lieutenant d’aviation C. R. Bonseigneur, âgé de 22 ans, originaire de Gull Lake (Saskatchewan) et membre du 257e Escadron, est tué lorsque son aéronef Hurricane est abattu près de Chelmsford (Royaume-Uni). Il repose au Saffron Walden Cemetery (Angleterre).
  • 4 septembre
    • Le lieutenant d’aviation A. A. G. Trueman, âgé de 26 ans, originaire de Sackville (Nouvelle-Écosse) et membre du 253e Escadron, est tué au combat alors qu’il est aux commandes d’un aéronef Hurricane. Il repose au Whyteleafe Cemetery de Surrey (Angleterre).
    • Lors de sa première sortie de la journée, et tandis qu’un groupe de journalistes canadiens était sur place, le 1er Escadron (ARC) s’est retrouvé une fois de plus dans le feu de l’action, affirmant avoir détruit deux aéronefs ennemis en plus d’en avoir probablement détruit un autre et d’en avoir endommagé six autres, et ce, sans avoir subi de perte.

Haut de la page 

Phase 4 :

  • Du 7 septembre au 31 octobre
    • Les principales attaques sont maintenant dirigées contre Londres, toutefois les terrains d’aviation, les villes et les navires se trouvant à portée de tir des aéronefs allemands sont attaqués de manière sporadique. Les pertes subies lors des importants combats aériens qui ont eu lieu durant les attaques de la mi-septembre ont poussé les Allemands à revoir leurs plans. Même si les combats ont parfois été soutenus, la bataille d’Angleterre s’est terminée à la fin octobre.
  • 7 septembre
    • La Luftwaffe concentre dorénavant ses efforts sur Londres.
    • Le sous-lieutenant d’aviation J. Benzie, âgé de 25 ans, originaire de Winnipeg (Manitoba) et membre du 242e Escadron (canadien), est tué au combat. On croit avoir retrouvé son corps en 1981. Son nom est inscrit au mémorial de guerre de Runnymede d’Englefield Green, à Egham, Surrey (Angleterre).
    • Le commandant d’aviation McNab a probablement détruit un Me-109.
  • 8 septembre
    • L’enseigne de vaisseau de 1re classe (pilote) J. C. Carpenter, âgé de 21 ans et originaire de Toronto (Ontario), est nommé membre de l’aéronaval de la Royal Navy qui sert à bord du Navire de sa Majesté Daedalus, une base aéronavale. Il est affecté au 54e Escadron à titre de lieutenant d’aviation, mais il est tué au combat à la suite de la disparition de son aéronef Spitfire. Son nom est inscrit au monument commémoratif Lee-on-Solent de Hampshire (Royaume-Uni).
  • 9 septembre
    • Le sous-lieutenant d’aviation K. M. Sclanders, âgé de 24 ans, originaire de Saint John (Nouveau-Brunswick) et membre du 242e Escadron (canadien), est tué à la suite de la disparition de son aéronef Hurricane. Il repose au Whyteleafe Cemetery de Surrey (Angleterre).
    • La RAF ordonne le décollage immédiat de 26 escadrons afin d’intercepter une force composée de 300 à 350 aéronefs ennemis qui attaquaient Londres. Le 1er Escadron (ARC) affirme avoir détruit un Me­109 et en avoir endommagé trois autres. Le lieutenant d’aviation O. J. Peterson affirme être responsable de la seule victoire de la journée, mais son aéronef est endommagé et les débris du Me-109 font éclater son pare­brise. Même avec des coupures au visage et malgré le sang qui l’empêche de voir correctement, Peterson reprend le contrôle de son aéronef Hurricane et rentre à la base. Le lieutenant d’aviation W. B. M. Millar est blessé à une jambe et est forcé d’abandonner son appareil endommagé, subissant d’autres brûlures au cours de cet accident.

Haut de la page

  • 11 septembre
    • L’aéronef du sous-lieutenant d’aviation H. D Edwards, âgé de 24 ans, originaire de Winnipeg (Manitoba) et membre du 92e Escadron, est abattu au-dessus de Kent. Il repose au Hawkinge Cemetery de Kent (Angleterre).
    • Le 1er Escadron (ARC) prend part aux combats lors d’une intervention de 19 escadrons de la RAF visant à stopper une autre importante formation allemande attaquant Londres. À environ 16 h 15, sous la direction du commandant d’aviation McNab, les escadrons attaquent une formation de Heinkel (He) 111 à une altitude de 14 000 pieds [4 267 mètres]. Trois des bombardiers sont détruits et deux autres sont endommagés. Le lieutenant d’aviation T. B Little, bien que blessé à une jambe, abandonne son aéronef Hurricane endommagé. L’aéronef du lieutenant d’aviation P. W. Lochnan est abattu et celui-ci atterrit en catastrophe près de Romney; il s’en sort indemne.
  • 15 septembre
    • Le Fighter Command participe à deux importants assauts aériens contre l’Angleterre et il en sort vainqueur. La Luftwaffe perd en tout 80 aéronefs, qui sont détruits ou endommagés, comparativement à 35 pour la RAF. Le haut commandement allemand est ébranlé par les pertes subies et doit réévaluer son plan d’invasion de l’Angleterre. Dorénavant, les bombardiers allemands mèneront des attaques principalement la nuit. Ce jour est officiellement baptisé le « jour de la bataille d’Angleterre ».
    • À sa première sortie de la journée, le 1er Escadron (ARC) est « surpris » par des Me­109 au-dessus de Biggin Hill. Un aéronef ennemi est abattu par le lieutenant d’aviation A. D Nesbitt qui est, à son tour, abattu. Il doit abandonner son appareil et il est blessé à la tête. Dans le cadre du même affrontement, l’aéronef du lieutenant d’aviation R. Smither, âgé de 30 ans et originaire de London (Ontario), est abattu et celui-ci est tué. Il s’agit du deuxième membre de cette unité tué au combat; il repose au Brookwood Military Cemetery (Angleterre).
    • Environ deux heures et demie plus tard, lors de sa deuxième sortie, le 1er Escadron (ARC) intercepte une formation de 15 à 20 bombardiers He 111. Deux aéronefs ennemis sont abattus, trois sont probablement détruits et deux autres sont endommagés. Même si les Canadiens ne subissent aucune perte, le lieutenant d’aviation A. Yuile est blessé à une épaule, mais réussit à rentrer à la base.
  • 17 septembre
    • Hitler annule officiellement l’invasion prévue de l’Angleterre.

Haut de la page

  • 18 septembre
    • Malgré plusieurs ordres de décollage immédiat durant la journée, peu de combats ont eu lieu puisque la plupart des aéronefs ennemis sont restés au-dessus de 20 000 pieds [6 096 mètres], là où le rendement des aéronefs Hurricane était moindre. Malgré cette limite, le sous-lieutenant d’aviation O. J. Peterson engage le combat avec des Me­109 à 27 000 pieds [8 230 mètres] et en détruit un et probablement un autre. Durant l’une de ces attaques, le lieutenant d’aviation E. W. B. Beardmore est séparé de son unité et s’est retrouvé au sein du 229e Escadron. Son aéronef est endommagé et il est forcé d’abandonner le combat; il subit des blessures mineures au moment de l’atterrissage.
  • 24 septembre
    • Le sous-lieutenant d’aviation J. Bryson, âgé de 27 ans, originaire de Westmount (Québec) et membre du 92e Escadron, est tué au combat. Il repose au North Weald, Basset Churchyard (Angleterre).
  • 25 septembre
    • Le maréchal de l’Air William « Billy » Bishop, récipiendaire de la Croix de Victoria, de l’Ordre du service distingué avec barrette, de la Croix militaire et de la Croix du service distingué dans l’Aviation, visite le 1er Escadron (ARC) à Northolt.
  • 26 septembre
    • Sa Majesté, le roi George VI, visite le 1er Escadron (ARC) à Northolt.
  • 27 septembre
    • Les Allemands lancent plusieurs assauts au cours de la journée et le 1er Escadron (ARC) est presque toujours au combat; en effet il envoie 12 aéronefs lors du premier ordre de décollage immédiat de la journée, 8 lors du deuxième puis seulement 6 lors du troisième. À la fin de la journée, les Canadiens ont détruit quatre aéronefs ennemis, sept autres à l’aide des escadrons de la RAF; ils en ont probablement détruit un de plus et en ont endommagé quatre.
    • L’aéronef du lieutenant d’aviation O. J. Peterson, âgé de 24 ans et originaire de Lloydminster (Saskatchewan), est abattu et celui-ci est tué. Il s’agit du troisième et dernier homme mort au combat au sein du 1er Escadron (ARC) au cours de la bataille d’Angleterre. Il repose au Brookwood Military Cemetery (Angleterre).
  • 28 septembre
    • Le lieutenant d’aviation J. G. Boyle, âgé de 26 ans, originaire d’Ottawa (Ontario) et membre du 41e Escadron, est tué en plein vol. Il repose au Lynsted Cemetery de Kent (Royaume-Uni).

Haut de la page

  • 7 octobre
    • Le sous-lieutenant d’aviation H. D. Edwards, âgé de 24 ans, originaire de Winnipeg (Manitoba) et membre du 92e Escadron, est tué au combat alors qu’il est aux commandes d’un Spitfire. Il a reçu le mérite d’avoir détruit trois aéronefs ennemis et demi et d’en avoir probablement détruit quatre autres. Il repose au Hawkinge Cemetery de Kent (Royaume-Uni).
  • 8 octobre
    • Le sous-lieutenant d’aviation G. H. Corbett, âgé de 20 ans, originaire de Victoria (Colombie-Britannique) et membre du 66e Escadron, est tué au combat. Forcé d’abandonner son appareil endommagé, il n’a pas survécu à la descente. Il repose au St. Mary Churchyard Extension, Upchurch, de Kent (Angleterre).
  • 9 octobre
    • Le 1er Escadron (ARC) est transféré à Prestwick (Écosse) pour se reposer et prendre des forces après avoir participé sans cesse aux combats pendant presque deux mois.
  • 17 octobre
    • Le sous-lieutenant d’aviation N. N. Campbell, âgé de 21 ans, originaire de St. Thomas (Ontario) et membre du 242e Escadron (canadien), est tué au combat. Il repose au Scottow Cemetery de Norfolk (Angleterre).
    • Le sous­lieutenant d’aviation H. W. Reilley, âgé de 22 ans, originaire de London (Ontario) et membre du 66e Escadron, est tué au combat. Son aéronef Spitfire a été abattu près de Westerham (Royaume-Uni) par le major W. Molder, Kommodore (commandant d’escadron) de la Luftwaffe. Il repose au Gravesend Cemetery (Angleterre).
  • 19 octobre
    • Le lieutenant d’aviation G. F. McAvity, âgé de 29 ans, originaire de Little River (Nouveau-Brunswick) et membre du 3e Escadron, est tué au combat alors qu’il est aux commandes d’un aéronef Hurricane.
  • 22 octobre
    • On décerne au commandant d’aviation McNab la Croix du service distingué dans l’Aviation pour ses services à titre de commandant du 1er Escadron (ARC) durant la bataille d’Angleterre.
    • Le capitaine d’aviation G. R. McGregor et le lieutenant d’aviation B. D. Russel obtiennent chacun la Croix du service distingué dans l’Aviation pour leurs services rendus au cours de la bataille d’Angleterre.
  • 26 octobre
    • Le 242e Escadron (canadien) est transféré à Duxford pour se reposer et prendre des forces.

 


Le major Bill March, un officier de systèmes de combat aérien et maritime, a passé plus de 38 ans en uniforme. Il est actuellement membre de la Réserve aérienne, agissant à titre d’historien de l’ARC au sein de la direction générale d’Histoire et Patrimoine de l’ARC.

Haut de la page 

Abréviations

ARC―Aviation royale du Canada
CA―Coopération d’armée
He―Heinkel
Me―Messerschmitt
RAF―Royal Air Force

 

Note

[1]. « The Battle of Britain: Phases » Imperial War Museum, http://archive.iwm.org.uk/upload/package/27/battleofbritain/phase0.htm (consulté le 24 février 2015).  (retourner)

Haut de la page

Table des matières

Date de modification :