Message du rédacteur principal (La Revue de l'ARC - AUTOMNE 2015 - Volume 4, Numéro 4)

Table des matières

 

Je vous souhaite la bienvenue au dernier numéro de 2015, et quelle année nous venons de passer! Le Canada a élu un nouveau premier ministre, les Forces armées canadiennes ont un nouveau chef d’état-major de la Défense et l’Aviation royale canadienne (ARC) a un nouveau commandant. Sans aucun doute une année marquée par les changements! Pourtant, il semble parfois que plus ça change, plus c’est pareil. En effet, de nombreuses régions du monde continuent de poser problème; notre pays doit toujours projeter sa puissance aérienne à l’appui de nos politiques de défense et de nos politiques étrangères, et les Canadiens ont toujours besoin de professionnels de la culture de la puissance aérienne afin de maintenir l’efficience et l’efficacité de l’ARC. Ainsi, pour la plupart d’entre nous, il n’y aura pas beaucoup de changements à nos activités.

Les lecteurs à l’œil aiguisé remarqueront que, dans la version anglaise de mon billet, j’ai utilisé à la fois “air power” (« puissance aérienne ») et “airpower” (« culture de la puissance aérienne ») dans mon paragraphe d’ouverture. Il ne s’agit pas d’une erreur typographique. Au cours des prochains mois, vous verrez ces deux termes utilisés dans divers forums dans le but de susciter un dialogue sur ce que signifie le savoir-faire professionnel dans la profession que nous avons choisie, sur les besoins qu’il sous-entend et sur les plans que nous devons dresser pour y arriver. Alors tenez-vous au courant et participez à la discussion. Et n’oubliez pas que, même s’il n’est pas toujours facile de discuter de ce genre de nuances linguistiques, vos problèmes sont « mineurs » lorsqu’on les compare à ceux des personnes qui doivent traduire ces termes de manière cohérente dans les deux langues officielles.

Le Canada et l’ARC célébreront aussi en 2016 le Programme d’entraînement aérien du Commonwealth britannique (PEACB), ce qui est probablement la plus grande contribution de notre pays à notre victoire durant la Seconde Guerre mondiale, du moins du point de vue de la puissance aérienne. Des renseignements sur le modèle d’instruction seront disponibles dans les médias sociaux de l’ARC et dans divers musées de l’aviation. Nous préparons un numéro commémoratif de la Revue portant sur le PEACB qui sera publié cet été.

Et pour le numéro actuel, je vous souhaite bonne lecture.

Sic Itur Ad Astra

Major William March, CD, MA
Rédacteur principal

Abréviations

ARC―Aviation royale du Canada
PEACB―Programme d’entraînement aérien du Commonwealth britannique

Haut de la page

Table des matières

Date de modification :