Commandement et contrôle et l'aviation royale canadienne

Forces Canadiennes Note de doctrine arienne 14/01 : Aviation Royale Canadienne Commandant de la force opérationnelle aérienne définitions, rôles et responsabilités

Formats Alternatifs

Retourner à sixième article

Avant-propos

1.         Il est essentiel que les commandants et leurs états‑majors comprennent l’organisation et les concepts fondamentaux du commandement et du contrôle (C2) dans les opérations intégrant la puissance aérienne, notamment du commandement d’une force opérationnelle aérienne (FOA) de l’Aviation royale canadienne (ARC) qui participe à des opérations nationales, expéditionnaires, alliées et coalisées.

2.         La présente note de doctrine aérienne (NDA) a été rédigée de concert avec le Quartier général de la 1re Division aérienne du Canada (QG 1 DAC), de façon à harmoniser la doctrine, les procédures et les conceptions au sein de l’ARC. Elle fournit des définitions et précise les rôles et les responsabilités associés à un poste relativement nouveau dans l’ARC, celui de commandant de FOA (cmdt FOA). Le cmdt FOA représente un élément clé de la « solution de l’ARC en matière de C2 », laquelle vise à intégrer avec succès les effets aériens dans les opérations interarmées et multinationales.

3.         Selon la doctrine fondamentale de commandement de l’ARC, les concepts suivants s’appliquent :

a.          Le commandement détient l’autorité sur les forces affectées.

b.         Le contrôle est le mécanisme servant à exercer le commandement.

c.          Si vous avez le commandement, vous avez le contrôle.

d.         Vous pouvez déléguer le commandement jusqu’au niveau qui est le vôtre.

e.          Si vous avez le commandement, vous pouvez déléguer le contrôle.

f.          Vous pouvez déléguer le contrôle jusqu’au niveau qui est le vôtre.

g.         Quel que soit votre niveau de contrôle ou de commandement, vous ne pouvez jamais déléguer la responsabilité qui y est associée.

h.         Un cmdt FOA est un officier auquel on a délégué le commandement de la FOA. La présente NDA décrit le contexte dans lequel l’ARC emploiera un cmdt FOA.

i.          Il est essentiel de comprendre la relation entre le commandement et le contrôle pour comprendre la présente NDA et la publication B-GA-401-000/FP-001, Doctrine aérospatiale des Forces canadiennes – Commandement.

4.         La NDA 14/01 entre en vigueur immédiatement et elle est diffusée par les présentes afin d’être utilisée durant les opérations. Le contenu de la NDA sera intégré à la deuxième édition de la publication B-GA-401-000/FP-001 Doctrine de l’ARC - Commandement, qui devrait paraître en 2014.

Le commandant, Centre de guerre aérospatiale des Forces canadiennes, 

Signature du colonel Cournoyer. Fin du graphique.

  

Colonel J. J. A. M. Cournoyer

 

Le commandant, Aviation royale canadienne,

Signature du major général Foster, commandant adjoint, Aviation royale canadienne, pour le compte du commandant de l’Aviation royale canadienne. Fin du graphique.

   

Lieutenant‑général J. A. J. V. Blondin

Haut de la page

Commandant d’une force opérationnelle aérienne de l’Aviation royale canadienne définitions, rôles et responsabilités

1.         But. La présente note de doctrine aérienne (NDA) décrit l’organisation et les concepts fondamentaux du commandement d’une FOA ARC pendant une opération intégrant la puissance aérienne, et elle présente les définitions, les rôles et les responsabilités connexes.

2.         Contexte. Lorsque l’ARC affecte des forces à une opération, ces dernières sont généralement structurées comme une FOA. L’ARC a participé à un grand nombre d’opérations et d’exercices majeurs au cours des dernières années (dont l’opération [Op] HESTIA, l’Op MOBILE, l’Op NANOOK, l’Op RENAISSANCE et le JOINTEX) où est apparue la nécessité d’établir un commandement de FOA. Il arrive de plus en plus souvent que des officiers supérieurs de l’ARC fassent appel à un commandant de FOA (cmdt FOA) pendant des opérations nationales et expéditionnaires (interarmées et multinationales).

3.         La doctrine actuelle de commandement aérospatial des Forces canadiennes (FC) définit clairement les rôles opérationnels et tactiques — comme ceux de commandant de composante aérienne (CCA), de directeur d’élément de coordination de composante aérienne (directeur ECCA), de commandant d’escadre (cmdt Ere), de commandant d’escadre expéditionnaire aérienne (cmdt EEA) et de commandant de détachement (DETCO); toutefois, le concept de cmdt FOA est à la fois relativement nouveau et très différent, si bien qu’il est nécessaire de l’expliquer et de le définir. Pour être pertinente, la doctrine de commandement aérospatial de l’ARC doit comporter une définition des rôles et des responsabilités d’un cmdt FOA qui tient compte des structures actuelles de commandement et de contrôle (C2).

4.         Définitions. Les définitions du concept de cmdt FOA qui suivent seront employées dans les versions subséquentes de la doctrine-cadre et de la doctrine clé de l’ARC. Elles sont tirées de sources du Canada, de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et de pays alliés :

a.         Une force opérationnelle aérienne est un regroupement temporaire de formations opérationnelles et tactiques, d’escadrons, d’unités ou de détachements de l’ARC qui a pour but d’exécuter une opération, une mission ou une tâche particulière.

b.         Le commandant de la force opérationnelle aérienne est un commandant de niveau opérationnel ou tactique qui commande la FOA.

c.         Le quartier général de la force opérationnelle aérienne (QG FOA) est un quartier général à géométrie variable qui regroupe l’état‑major et le personnel d’exécution nécessaire pour aider le cmdt de la FOA à planifier, à coordonner, à diriger, à contrôler et à évaluer les activités de la FOA.

d.         L’autorité résiduelle (AR), au sein de l’ARC, est le pouvoir délégué au commandant de la mise sur pied de la force (MPF) compétent (il s’agit habituellement du cmdt 1 DAC, qui agit au nom du commandant de l’ARC [cmdt ARC]); l’AR s’exerce donc à l’extérieur de la chaîne de commandement de l’emploi de la force.

5.         Sélection du cmdt FOA. Généralement, le cmdt ARC délègue le pouvoir de choisir le cmdt FOA au cmdt 1 DAC, qui désigne un officier de l’ARC pour exercer ce rôle dans le cadre d’une opération ou d’un exercice particulier. Le choix d’un cmdt FOA repose sur un certain nombre de facteurs, notamment l’expérience des opérations et du commandement de la personne ainsi que l’ampleur et la complexité de l’opération, de la mission ou de la tâche.

6.         Rôles et responsabilités du cmdt FOA. En tant que commandant de niveau opérationnel ou tactique (selon l’ampleur et la complexité de l’opération), le cmdt FOA exerce généralement le commandement opérationnel (OPCOM) ou tactique (TACOM) de tous les éléments de la FOA ARC. Il incombe au cmdt ARC de s’assurer que toutes les questions opérationnelles et administratives nationales se rapportant à la FOA sont réglées de façon à répondre aux objectifs de l’un ou l’autre de ces commandants :

a.         le commandant de la composante aérienne de la force interarmées (CCAFI) des FC — pendant les opérations nationales et expéditionnaires au cours desquelles l’OPCOM est délégué à celui‑ci;

b.         le cmdt de la Force opérationnelle interarmées (FOI) des FC — pendant les opérations nationales et expéditionnaires au cours desquelles l’OPCOM est délégué à celui‑ci.

7.         En plus de commander la FOA ARC, le cmdt FOA est responsable de la coordination globale des activités et il est le seul point de contact pour les questions qui touchent tous les éléments de la FOA, notamment :

a.         surveiller l’application de l’AR de l’ARC au sein de la FOA pour s’assurer qu’elle est exercée de façon cohérente et conformément aux directives du cmdt 1 DAC;

b.         mettre en œuvre et surveiller les processus de gestion des risques opérationnels (RO), y compris les processus d’acceptation de la mission (AM) et d’autorisation de lancement (AL) qui font le pont entre l’AR de l’ARC et l’autorité chargée de gérer les RO du CCAFI FC ou du cmdt FOI FC;

c.         mettre en place des mécanismes de coordination efficaces entre les divers éléments de la FOA, les commandants de forces nationales, alliées ou coalisées et les centres d’opérations ou les QG. Au besoin, le cmdt FOA déploie des éléments de coordination de la force opérationnelle aérienne (ECFOA) pour assurer cette coordination;

d.         gérer et coordonner le maintien en puissance de la FOA de concert avec le QG FOI FC, l’état‑major interarmées (EMI) de l’élément de commandement national (ECN) et l’élément de soutien de la force opérationnelle interarmées (ESFOI);

e.         surveiller, conformément à la Directive de ciblage stratégique du Chef d’état-major de la défense (CEMD), le processus lié à l’autorité d’engagement d’objectifs (AEO)[1] de la FOA au centre multinational d’opérations aériennes (CAOC) allié ou coalisé.

8.         Double rôle confié au cmdt FOA. Les responsabilités d’un cmdt FOA sont nettement différentes de celles des fonctions de C2 existantes, comme le CCA, le directeur ECCA, le cmdt Ere/EEA ou le DETCO. Par conséquent, il faut prendre en compte l’emplacement géographique et la charge de travail prévue si l’on veut confier au cmdt FOA un de ces rôles en sus de ses fonctions premières.

9.         Options quant à l’emploi du cmdt FOA. Au moment de choisir la meilleure façon d’employer un cmdt FOA, il faut prendre en considération un certain nombre de facteurs, y compris l’ampleur, la complexité et la durée de l’opération. À mesure qu’une opération évolue, il faut parfois recommander une autre manière d’employer le cmdt FOA pour s’assurer qu’un leadership du niveau approprié est exercé dans le théâtre. Voici les cinq options :

a.         Option 1 – Opérations de l’ARC lorsque le CCAFI exerce l’OPCOM. Pendant les opérations dont l’ampleur et la complexité sont limitées et dans lesquelles le CCAFI FC exerce l’OPCOM (voir la figure 1), celui‑ci nommera un cmdt FOA qui pourra également remplir le rôle de cmdt Ere/EEA ou de DETCO, au besoin. L’Op MALI offre un exemple de cette option; en effet, le cmdt FOA occupait également la fonction DETCO.

La figure 1 est un organigramme divisé en quatre quadrants. À la verticale, la mise sur pied de la force est sur la gauche et l’emploi de la force se retrouve à droite. À l’horizontale, les opérations sont en haut et le niveau tactique, en bas. Dans le haut du diagramme, à l’extérieur des quadrants, est positionné le chef d’état major de la défense, qui exerce le commandement intégral sur le commandant de l’Aviation royale canadienne et sur le commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada.

Figure 1. Opérations de l’ARC lorsque le CCAFI exerce l’OPCOM

  

Haut de la page

b.         Option 2 – L’ARC soutient une FOIR. Dans les opérations où l’ARC soutient le commandant d’une force opérationnelle interarmées régionale (FOIR) (voir la figure 2), le CCAFI FC nommera un cmdt FOA qui pourra aussi remplir le rôle de directeur ECCA, de cmdt Ere/EEA ou de DETCO, au besoin. C’est l’organisation habituelle dans les opérations nationales et elle offre au CCAFI FC plusieurs options pour nommer un cmdt FOA, en fonction de l’ampleur et de la complexité de l’opération.s the normal arrangement during domestic operations and offers the CF JFACC several options for the designation of an ATF Comd, depending on the size and complexity of an operation.

La figure 2 est un organigramme divisé en quatre quadrants. À la verticale, la mise sur pied de la force est sur la gauche et l’emploi de la force se retrouve à droite. À l’horizontale, les opérations sont en haut et le niveau tactique, en bas. Dans le haut du diagramme, à l’extérieur des quadrants, est positionné le chef d’état major de la défense, qui exerce le commandement intégral sur le commandant de l’Aviation royale canadienne et sur le commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada.

Figure 2. L’ARC soutient une FOIR

  

c.         Option 3 (A) – L’ARC fait partie d’une FOI FC employant la méthode de commandement des composantes. Lors d’opérations dans lesquelles l’ARC fait partie d’un FOI FC employant la méthode de commandement des composantes (voir la figure 3 [A]), le CCAFI FC nommera un cmdt FOA qui peut aussi s’acquitter des fonctions et des responsabilités d’un CCA, au besoin. À titre d'exemple, mentionnons l’Op RENAISSANCE 1301 et l’Op NANOOK 1301 dans lesquelles le cmdt FOA devait s’acquitter aussi des fonctions et des responsabilités d’un CCA. Selon l’ampleur et la complexité de l’opération, le CCAFI FC peut aussi confier au cmdt FOA les fonctions de cmdt Ere/EEA ou de DETCO.

La figure 3 (A) est un organigramme divisé en quatre quadrants. À la verticale, la mise sur pied de la force est sur la gauche et l’emploi de la force se retrouve à droite. À l’horizontale, les opérations sont en haut et le niveau tactique, en bas. Dans le haut du diagramme, à l’extérieur des quadrants, est positionné le chef d’état major de la défense, qui exerce le commandement intégral sur le commandant de l’Aviation royale canadienne et sur le commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada.

Figure 3 (A). L’ARC fait partie d’une FOI FC employant la méthode de commandement des composantes

  

Haut de la page

d.         Option 3 (B) – L’ARC fait partie d’une FOI FC employant la méthode de commandement direct. Lors d’opérations dans lesquelles l’ARC fait partie d’un FOI FC employant la méthode de commandement direct (voir la figure 3 [B]), le CCAFI FC nommera un cmdt FOA qui pourra aussi remplir le rôle de cmdt Ere/EEA ou de DETCO, au besoin. Dans toute relation de C2 qui repose sur la méthode de commandement direct, c’est le cmdt FOA qui assigne à la FOA ses missions et ses tâches, sauf lorsque des éléments de la FOA sont sous le TACOM du commandant d’une autre force opérationnelle (FO) (p. ex., le cmdt d’une FO terrestre ou maritime ou d’une force d’opérations spéciales). À titre d’exemple, une opération relativement courte et de faible complexité, comme une opération d’évacuation de non‑combattants (NEO) pour laquelle une structure de commandement de composante est jugée inutile.

La figure 3 (B) est un organigramme divisé en quatre quadrants. À la verticale, la mise sur pied de la force est sur la gauche et l’emploi de la force se retrouve à droite. À l’horizontale, les opérations sont en haut et le niveau tactique, en bas. Dans le haut du diagramme, à l’extérieur des quadrants, est positionné le chef d’état major de la défense, qui exerce le commandement intégral sur le commandant de l’Aviation royale canadienne et sur le commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada.

Figure 3 (B). L’ARC fait partie d’une FOI FC employant la méthode de commandement direct

  

e.         Option 4 – L’ARC participe à une opération alliée ou coalisée. Dans les grandes opérations complexes faisant appel à des partenaires alliés ou coalisés, le CCAFI FC nommera un cmdt FOA qui ne jouera habituellement aucun autre rôle. En général, le cmdt FOA sera installé au même endroit que le commandant national canadien (CNC) ou le cmdt FOI FC (voir la figure 4). Par exemple, pendant l’Op MOBILE, après avoir utilisé temporairement l’option 1, on a choisi l’option 4 (nommer un cmdt FOA distinct), car l’opération prenait de l’ampleur et se complexifiait).

La figure 4 est un organigramme divisé en quatre quadrants. À la verticale, la mise sur pied de la force est sur la gauche et l’emploi de la force se retrouve à droite. À l’horizontale, les opérations sont en haut et le niveau tactique, en bas. Dans le haut du diagramme, à l’extérieur des quadrants, est positionné le chef d’état major de la défense, qui exerce le commandement intégral sur le commandant de l’Aviation royale canadienne et sur le commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada.

Figure 4. L’ARC participe à une opération alliée ou coalisée

  

10.       Conclusion. L’emploi d’un cmdt FOA dans les opérations aériennes est un élément important de la solution de l’ARC en matière de C2 qui vise une intégration efficace de la puissance aérienne dans les opérations interarmées. Comme le cmdt FOA exerce le pouvoir de commandement au nom du CCAFI FC ou du cmdt FOI FC, il joue un rôle de leadership essentiel pour tout ce qui concerne la FOA, étant le seul point de contact pour toutes les questions relatives à la FOA, y compris l’AR et le RO.

Haut de la page

Abréviations

1 DAC―1re Division aérienne du Canada

AL―autorisation de lancement

AM―acceptation de la mission

AR―autorité résiduelle

ARC―Aviation royale canadienne

C2―commandement et contrôle

CAOC―centre multinational d’opérations aériennes

CCA―commandant de composante aérienne

CCAFI―commandant de composante aérienne de forces interarmées

CEMD―Chef d’état-major de la défense

cmdt―commandant

Cmdt EEA―commandant d’escadre expéditionnaire aérienne

cmdt Ere―commandant d’escadre

CNC―Commandant national canadien

COE―centre des opérations de l’escadre

COIC―Commandement des opérations interarmées du Canada

DETCO―commandant de détachement

Directeur ECCA―directeur de l’élément de coordination de la composante aérienne

ECCA―élément de composante aérienne

ECFOA―élément de coordination de la force opérationnelle aérienne

EF―emploi de la force

FC―Forces canadiennes

FO―force opérationnelle

FOA―force opérationnelle aérienne

FOI―force opérationnelle interarmées

FOIR―Force opérationnelle interarmées régionale

JFLCC―commandant de composante terrestre de forces interarmées

JFMCC―commandant de composante maritime de forces interarmées

JFSOCC―commandant de composante des opérations spéciales de forces interarmées

LA―lien arrière

LCC―commandant de composante terrestre

MCC―commandant de composante maritime

MPF―mise sur pied d’une force

NCE―élément de commandement national

NDA―note de doctrine aérienne

Op―opération

OPCOM―commandement opérationnel

OPCON―contrôle opérationnel

OS―opérations spéciales

OTAN―Organisation du Traité de l’Atlantique Nord

QG―quartier général

QGFOA―quartier général de la force opérationnelle aérienne

RO―risque opérationnel

SO―soutien opérationnel

SOCC―commandant de composante des opérations spéciales

sout msn―soutien de mission

TACOM―commandement tactique

TPC―transfert du pouvoir de commandement

Références

Les références suivantes ont été consultées pour la rédaction de la présente NDA :

a.         AAP-6, Glossaire OTAN de termes et définitions;

b.         B-GA-400-000/FP-001, Doctrine aérospatiale des Forces canadiennes;

c.         B-GA-401-000/FP-001, Doctrine aérospatiale des Forces canadiennes – Commandement;           

d.         B-GJ-005-300/AF-001, Publication interarmées des Forces canadiennes 3.0, Opérations;

e.         « Directive du CEMD sur le commandement et le contrôle des Forces armées canadiennes et la délégation de pouvoirs pour l’emploi d’une force », 28 avril 2013, http://sjs.mil.ca/sites/intranet-fra.aspx?page=15496 (consulté le 9 juin 2014).

f.          « Directive de ciblage stratégique du CEMD », ébauche datant d’octobre 2013;    

g.         Banque de terminologie de la Défense (BTD), http://terminology.mil.ca/term-fra.asp (consulté le 9 juin 2014).

Notes

[1]. Aussi nommé non officiellement « détenteur de la carte rouge ».  (return)

Haut de la page

 

Retourner à sixième article

Date de modification :