Chapitre 5 : Commandement et contrôle (B-GA-403-000/FP-001, Doctrine aérospatiale des Forces canadiennes Acquisition de l'avantage)

INTRODUCTION

Effective aerospace operations require a command and control framework and processes that are dynamic and adaptable to the specific needs of aerospace operations. Although variations may exist in the command and control (C2) of aerospace assets within a nation, alliance, or coalition, key fundamentals will remain and guide the delivery of kinetic and non-kinetic effects during aerospace Shape activities at home and abroad. This chapter is not intended to delve deeply into all aspects of domestic and expeditionary aerospace C2 but, rather, will focus on those aspects directly linked to Shape. The overarching Royal Canadian Air Force (RCAF) C2 structure, definitions, and processes are found in B-GA-401-000/FP-001, Canadian Forces Aerospace Command Doctrine.

COMMAND AND CONTROL IN THE AEROSPACE DOMAIN

Past and recent conflicts have clearly demonstrated that to best accomplish the mission, aerospace forces must be coordinated and directed at the operational level by a single air commander. This individual is normally referred to as the air component commander[1] who, having a theatre-wide perspective, has the authority to assign available forces to best achieve assigned objectives. The air component commander (ACC) is responsible to the joint task force commander (JTFC)[2] for the control—to include planning, direction, prioritization, allocation, synchronization, integration, and deconfliction— of aerospace assets within the joint environment. Normally, the ACC will also be nominated by the JTFC as the theatre airspace control authority (ACA) and air defence commander (ADC). These command appointments ensure that the management and use of the theatre aerospace domain are fully coordinated.

In the Canadian context, Commander 1 Canadian Air Division is designated as the joint force air component commander (JFACC), exercising the duties and responsibilities of an ACC as the senior air advisor to the designated force employment (FE) commander.[3] For each given mission or exercise, whether domestic or deployed, a command structure comprising appropriate subordinate RCAF commanders can be established.[4] The JFACC will often delegate duties and responsibilities for specifically assigned aerospace assets to one of these commanders in order to provide better overall support to the supported commander.

An ACC will be supported by a staff ranging in numbers and capabilities from those assigned to a full-fledged aerospace operations centre (AOC)[5] comprising core elements such as strategy, combat plans, combat/current operations, intelligence, surveillance and reconnaissance (ISR), and air mobility to a mission-specific current-operations cell. A wide variety of factors will determine requirements, including the overarching C2 structure, whether the operation is joint or combined, and the number and variety of assigned aerospace assets.

The RCAF has established a single Combined Aerospace Operations Centre (CAOC), which embodies the philosophy of centralized control and decentralized execution for the delivery of aerospace effects.[6] The CAOC team produces operational- and tactical-level direction and guidance on behalf of the JFACC in the form of the air operations directive (AOD), airspace control order (ACO), air tasking order, special instructions (SI), and other products necessary for the control, tasking, coordination, synchronization, and deconfliction of aerospace effects. The CAOC will support the efforts of a delegated ACC to varying degrees depending on the specific mission. For a deployed ACC on international operations, there will normally be an allied air C2 structure that performs the core aerospace operations centre functions, and the involvement of the RCAF CAOC will be minimal. By contrast, the CAOC will be heavily involved where an ACC is assigned to support a JTFC in Canada; this has as much to do with economy of effort as it does with effective C2.

The dynamic nature of aerospace C2 requires the establishment of support facilities with active sensors, data feeds, and communication links that allow control to be exercised over a given portion of airspace. When linked into a broader network, these facilities, often supplemented by airborne assets, help provide a common operating picture which is used by the commander to render dynamic aerospace management decisions and provide mission-critical control of aerospace assets for threat response, integration of fires and effects, and safe separation of aircraft. The complexity of this network is determined by the requirements of the operation and the desired level of control and can range from procedural arrangements with regular voice reporting to complete radar coverage of an area and live-video downlinks.

Top of page

APPORTIONMENT AND ALLOCATION IN JOINT OPERATIONS

Assigning aerospace forces to operations is a shared responsibility between the JTFC and the component commanders (CC).[7] Aerospace capability is apportioned, allocated, tasked, and retasked based upon priorities set by the joint and supported commanders. The JTFC sets the theatre priorities and articulates intent and desired end state in the form of a joint coordination order (JCO). The JTFC also assigns missions to their subordinate CCs. The component commanders (land [LCC], maritime [MCC] and special operations [SOCC]) carry out their estimates and then request aerospace (among other) resources to support their mission objectives.

The ACC will articulate the total available aerospace Shape capabilities to the JTFC. This takes into account all support and operational factors and represents 100 per cent of the available air effort for the day. The JTFC will then apportion aerospace capability (often expressed as a percentage of total effort) to their component commanders based upon the theatre priorities and their assigned tasks and aerospace requests. The respective CC will then be allocated aerospace support based on their missions and objectives.

In the case of support to the land component, for example, the LCC will determine and declare their main effort and priorities and will then allocate aerospace support (based on the JTFC apportionment) to their subordinate manoeuvre elements requesting and desiring aerospace support. The ACC will then assign tasks through the air planning staff and air tasking order cycle; aerospace assets will be tasked to support specific operations, objectives, and/or surface manoeuvre elements. Aerospace units will then undertake detailed planning and liaison with supported units.

This process does not normally apply to either tactical aviation or maritime helicopter (MH) assets where there will be little to no detailed involvement by the ACC’s air planning staff in the development of missions. These assets generally operate under the operational control (OPCON) of the supported commanders and, as such, receive their detailed direction from the land or maritime planning staffs.

Inside a certain time frame (varying by theatre) any changes to the pre-planned and tasked aerospace support become immediate requests. Aerospace assets may be re-allocated by the ACC first, based upon theatre priorities set by the JTFC, and then on mission priorities established by the supported CC.

Top of page

AIR BATTLE RHYTHM AND AIR TASKING CYCLE

The JFACC (or assigned ACC) plans and executes aerospace operations based on JTFC guidance and objectives. As such, every phase of a campaign will see changes to the level and focus of the JFACC activities. Early in any air campaign, the JFACC will ensure that aerospace forces acquire and maintain the required freedom of action before looking to fully support the target nominations of other CCs. To accomplish this, the JFACC must initially focus targeting activities so as to achieve the desired level of control of the air, ideally gaining air supremacy or air superiority. This normally involves offensive counter-air operations (OCA) aimed at destroying, degrading, or disrupting adversary aircraft and missile threats. In an allied context, aerospace assets and weapons systems owned by the other components may also be tasked to support the JFACC in establishing and maintaining the required level of control of the air. As a joint campaign progresses, the joint prioritized target list (JPTL) will show a shift in targeting priorities as reflected in the JTFC joint air apportionment decisions contained within the JCO.

As the subject matter expert on air operations, the ACC contributes to the JCO by providing the JTFC with a draft air plan, including recommendations on air asset apportionment and targeting. After the JTFC approves these recommendations and the JCO is released, the JFACC will publish an AOD which provides the intermediate level of detail required by air planners to service missions, tasks, and targets in accordance with JTFC guidance. The AOD may be published weekly or on a more frequent basis, even daily, if required. The eventual final products prepared by ACC planners are the air tasking order (ATO), the ACO, and SI. These products provide the tasking and supporting information required by aerospace forces of all components to plan air missions and tasks, enabling the efficient and coordinated use of all assets and airspace to accomplish JTFC objectives.

As previously mentioned, the AOD translates higher-level guidance into the tactical-level instructions required for mission accomplishment. While the JCO contains overall apportionment recommendations based on a thorough strategy-to-task analysis, the AOD provides further detail and normally contains the following:

  1. JTFC direction, guidance and apportionment decisions. Apportionment (see example in Figure 5-1) can be expressed in terms of geographic area, percentage, priority, or weight of effort. The scope of apportionment guidance would include activities such as defensive counter-air operation (DCA), offensive counter-air operation (OCA), close air support (CAS), air interdiction (AI), and antisurface warfare (ASUW). Note that apportionment normally only applies to multi-role aircraft, as single-role aircraft will be automatically assigned their only role;
La figure 5-1 fait voir des recommandations sur une répartition possible des ressources entre les diverses catégories de missions. La figure est un diagramme circulaire avec un encart en son centre montrant le nombre total de sorties : 475. Les sorties sont réparties entre quatre secteurs triangulaires faisant voir les données suivantes à partir du sommet, dans le sens des aiguilles d’une montre : 100 sorties pour les opérations de supériorité aérienne; 125, pour l’appui fourni au commandant de la composante terrestre des forces interarmées; 200, pour l’interdiction aérienne / l’attaque délibérée des cibles; 50, pour l’appui fourni au commandant de la composante maritime des forces interarmées.

Figure 5 1. Exemple de répartition des ressources entre les catégories de missions

  

Haut de la page

  1. les priorités et les objectifs de la campagne aérienne;
  2. les directives sur les effets souhaités à produire pendant la période désignée dans la DOA;
  3. la liste des ressources aérospatiales disponibles chaque jour, si la période susmentionnée compte plusieurs jours. Cela est souvent désigné comme étant l’attribution des ressources (RESALOC);
  4. les directives sur le choix délibéré et dynamique des cibles, y compris les priorités du CCAFI quant au choix des cibles ou objectifs;
  5. les directives sur le commandement et le contrôle;
  6. l’évaluation opérationnelle (fournir notamment les priorités sur la collecte des données).

Le cycle d’attribution des missions aériennes fournit un processus répétitif pour la planification, la coordination et l’attribution des missions aérospatiales à l’appui des objectifs du cmdt FOI et du CCA. Un cycle relativement court offre plusieurs avantages : il permet aux autorités concernées de s’adapter à l’évolution de la situation tactique et aux demandes d’autres CC, et aussi de diriger l’attaque contre les objectifs en fonction des exigences opérationnelles. Comme le montre la figure 5-2[8], le cycle d’attribution des missions aériennes du CCAFI comprend six étapes reliées entre elles : objectifs, effets et directives; description des objectifs et choix des armes nécessaires en fonction de ceux-ci; analyse des capacités (répartition des ressources); production et diffusion de l’ATO; planification de l’exécution et application de la force; évaluation. Chaque étape comprend des activités interarmées de désignation des objectifs et elle en subit l’influence. L’efficience et l’efficacité de la campagne aérienne dépendent fondamentalement d’une liaison étroite et d’une coordination tôt au cours du processus entre les planificateurs du CCA et toute composante bénéficiant de l’appui.

La figure 5-2 illustre le cycle d’attribution des missions aériennes. Les six étapes interdépendantes du cycle sont indiquées dans le cercle intérieur. Ce sont les suivantes : objectifs, effets et directives; description des objectifs et choix des armes nécessaires en fonction de ceux-ci; analyse des capacités; production et diffusion de l’ordre d’attribution des missions aériennes (ATO); planification de l’exécution et application de la force; évaluation. Au haut de la figure, on voit des rectangles avec les mots « planification des mesures d’urgence » et « planification des mesures en cas de crise »; des flèches vont de ces rectangles à un autre qui contient les mots « planification de la campagne », au sommet du cercle extérieur. Les mots « planifier », « attribuer les missions », « exécuter » et « évaluer » sont inscrits dans le cercle extérieur, à distance égale les uns des autres.

Figure 5 2. Cycle d’attribution des missions aériennes

  

Haut de la page

Le cycle d’attribution des missions aériennes commence par un examen fait par l’état-major du CCAFI sur les objectifs de ce dernier, sur la répartition des ressources et sur les directives concernant la désignation des cibles (tout cela se trouve dans la DOA) et par une évaluation des résultats (positifs ou négatifs) des activités aérospatiales antérieures. On établit alors une correspondance entre les objectifs particuliers choisis dans la liste des objectifs prioritaires (LOP) du CCA[9] et toutes les capacités/ forces rendues disponibles au CCAFI pour la journée donnée mentionnée dans l’ATO. Le cycle interarmées complet, depuis la publication de la directive du cmdt FOI jusqu’à la fin de l’exécution de l’ATO, dure normalement 72 heures, la planification commençant 48 heures avant la période d’exécution de l’ATO, laquelle dure 24 heures. À n’importe quel moment, il y aura trois ATO à divers stades d’avancement : l’ATO en cours d’exécution, l’ATO dont la planification est presque achevée, et l’ATO dont la planification est sur le point de commencer. Le cycle de production de l’ATO décrit ici peut être adapté en fonction de la situation opérationnelle. Par exemple, on peut raccourcir le cycle normal de 72 heures et le ramener à 48 heures ou moins pour favoriser une désignation plus souple des objectifs dans une campagne évoluant rapidement. De même, le cycle peut être prolongé, comme le montre la figure 5-3. Soulignons qu’un ATO peut (et devrait) comprendre des missions aériennes exécutées sous l’OPCON de commandants d’autres composantes; cela fournit une visibilité essentielle pour favoriser la coordination globale et la déconflictualisation dans le théâtre d’opérations[10].

Pendant les opérations (y compris les opérations régulières tant nationales qu’internationales), le CMOA de l’ARC suit un cycle qui diffère un peu de celui décrit ci-dessus. En ce qui concerne la production du plan des opérations aérospatiales interarmées (POAI), la DOA, le plan d’action directeur de la Force aérienne (PADFA), l’ACO et l’ATO, le CMOA observe un échéancier différent qui va de trimestriel à hebdomadaire. Pour des missions et des exercices particuliers, le CCAFI modifie la cadence de combat du CMOA (voir la figure 5-3[11]) et il applique un cycle d’attribution des missions aériennes qui répond aux exigences opérationnelles du commandant appuyé chargé de l’EF.

La figure 5-3 fait voir la cadence de combat décrite dans un ordre quotidien d’attribution des missions aériennes (ATO), en fonction d’un cycle de 96 heures. La principale partie de la figure est une grille avec un axe des X divisé en quatre segments correspondant au Jour 3, au Jour 2, au Jour 1 et au Jour J dans la cadence de combat, chaque jour étant divisé en deux : avant-midi et après-midi. L’axe des Y fait voir les quatre stades de l’ATO. Le nombre de missions ou tâches est le plus faible le jour le plus éloigné du Jour J (Jour 3) et il augmente progressivement à mesure que l’on se rapproche du Jour J, moment où tous les ATO sont pleinement en cours d’exécution. Au-dessus de la grille, sept cercles font voir les tâches ou missions qui se poursuivent dans le cadre de la cadence de combat. En allant de haut en bas et de gauche à droite, on lit : évaluation; objectifs, effets et directives; description des objectifs; choix des armes et attribution; production de l’ordre de répartition des missions aériennes; planification de l’exécution et application de la force et, enfin, un deuxième cercle portant la mention « évaluation » au même niveau que le cercle original à l’extrême gauche.

Figure 5 3. Cadence de combat quotidienne – ATO (Exemple d’un cycle de 96 heures)

  

Comme on le mentionne plus haut dans la discussion sur la répartition et l’affectation des ressources de l’aviation tactique ou des hélicoptères maritimes (HM), il incombe tout de même aux états-majors respectifs de veiller à ce que l’ATO soit aussi exact que possible, mais dans le cas de ces ressources en particulier, les renseignements disponibles risquent d’être limités au type d’aéronef, à l’indicatif d’appel et au code d’identification ami ou ennemi (IFF) ainsi qu’à l’échéancier général de la mission. En pareils cas, l’ATO est aussi bien un outil de connaissance de la situation globale qu’un mécanisme d’attribution des missions; il vise à améliorer la coordination de l’espace aérien et la sécurité entre les utilisateurs aéroportés de l’espace aérien.

Une fois en déploiement dans le cadre d’opérations internationales, les ressources aérospatiales canadiennes contribuent normalement à un processus et à un cycle ATO tout à fait distinct et elles reçoivent leurs missions par l’intermédiaire de ce processus, sous le contrôle opérationnel (OPCON) du commandant d’une force opérationnelle interarmées multinationale (FOIM) ou du commandant de la composante aérienne de la force multinationale interarmées (CCAFM/I).

Haut de la page

DÉSIGNATION DES CIBLES DES FORCES AÉROSPATIALES

On peut faire valoir que les membres d’une force aérienne ont adopté plus vite que d’autres branches de l’appareil militaire les concepts axés sur les effets, surtout ceux se rapportant à la désignation des objectifs en fonction des effets recherchés. Cela s’explique en partie par une perspective différente qui les prédispose à percevoir tout l’espace de combat d’un point de vue fonctionnel plutôt que géographique. Par conséquent, ils voient l’espace de combat dans son ensemble, plus comme le cmdt FOI que comme le commandant d’une force de surface qui fait en général la guerre dans un secteur clairement délimité par des frontières qui le séparent de celui du commandant d’une autre force de surface. Comme ils s’inscrivent naturellement dans le prolongement de cette perspective, les membres d’une force aérienne s’interrogent souvent sur la façon dont les actions menées dans une partie de l’espace de combat sont reliées à celles ayant lieu ailleurs et sur la manière dont elles sont influencées par ces dernières. Par exemple, ils ont été plus enclins à voir la possibilité que des actions tactiques individuelles produisent des résultats opérationnels et stratégiques; l’attaque stratégique est un parfait exemple d’une intervention tactique qui aboutit à des résultats stratégiques.

Le mot « cible » (ou « objectif ») désigne tout objet ou comportement d’un adversaire que les forces amies décident de prendre à partie. Une cible peut être attaquée de bien des façons et par des moyens cinétiques ou non cinétiques. Grâce au processus de désignation des cibles, on repère celles-ci, on analyse l’intérêt qu’elles présentent et leurs vulnérabilités, puis on établit une correspondance entre les effets souhaités sur elles et les capacités d’acquisition de l’avantage. On peut désigner les cibles de façon délibérée, à la faveur d’un cycle interarmées bien défini, ou de façon dynamique, en fonction de circonstances qui changent soudainement ou rapidement. La désignation dynamique des cibles, en particulier, a profité grandement des récents progrès technologiques, ce qui permet aux commandants de réagir plus vite et mieux, tout en exerçant un degré de contrôle sans précédent sur les effets.

Haut de la page

DÉSIGNATION DÉLIBÉRÉE DES CIBLES

Le cycle interarmées de désignation des objectifs (ou cibles) est un volet vital du cycle d’attribution des missions aériennes. C’est un processus itératif faisant intervenir ce qui suit : la collecte et l’analyse des renseignements; la proposition d’objectifs, leur description et leur priorisation; l’estimation des dommages collatéraux (EDC); les tests ultimes sur les plans juridique et politique et sur celui des règles d’engagement (RE); l’EDC après l’attaque. Les objectifs éventuels sont repérés et décrits, puis proposés à un groupe de travail interarmées sur le choix des objectifs (GTICO) qui examine rigoureusement chaque objectif proposé quant à son à-propos aux fins de la mission, à la légalité d’une attaque contre l’objectif et à ce que sa neutralisation procurera. La liste des objectifs proposés approuvés par le GTICO est ensuite transmise aux niveaux supérieurs et examinée/autorisée par le cmdt FOI. Les objectifs approuvés par ce dernier sont ensuite ajoutés à la LIOP, puis certains sont confiés à un CC donné pour qu’il les inclue dans sa LOP et qu’il les attaque ensuite. La LIOP et les LOP des CC sont des documents en évolution, des objectifs leur étant ajoutés ou en étant retirés presque tous les jours. Les objectifs qui sont pris à partie ne sont normalement pas retirés de ces listes tant que les effets souhaités n’ont pas été confirmés par les moyens de renseignement (EDC valable, etc.).

L’état-major du CCA assume des responsabilités et des rôles clairement définis dans le cycle interarmées de désignation des objectifs. Plus précisément, dans une composante aérienne, il incombe à l’équipe des consignes, de l’attribution des ressources et du ciblage (un volet de la division des plans de combat) de faire ce qui suit :

  1. les caractéristiques;
  2. classer ces cibles par ordre de priorité et définir les effets que l’on souhaite produire sur elles;
  3. quantifier les résultats escomptés des armes meurtrières et non meurtrières employés contre ces cibles (choix des armes nécessaires). À l’égard de chaque cible présentée, on doit fournir les points de visée, des détails sur les munitions, des renseignements sur l’amorçage des armes et l’EDC;
  4. rassembler ces objectifs proposés et les présenter au GTIDO;
  5. intégrer dans la LOP du CCA les objectifs figurant dans la LIOP approuvée du cmdt FOI, pour la parfaire.

À partir de la LOP à jour, l’équipe des consignes, de l’attribution des ressources et du ciblage du CCAFI voit quels objectifs correspondent le mieux aux directives et à l’intention du cmdt FOI et du CCA aux fins du prochain cycle de l’ATO. Par conséquent, l’équipe en question remettra tous les jours la liste de ces objectifs et une liste des ressources aériennes disponibles aux membres du service chargé du PADFA qui rédigent alors l’ATO, l’ACO et les SI en fonction de la cadence de combat et des directives adoptées par le CCA qui sont indiquées dans la DOA. Tous les objectifs énumérés dans l’ATO sont considérés comme étant des cibles désignées délibérément, car l’attaque en a été planifiée et a été inscrite au calendrier des missions.

Haut de la page

DÉSIGNATION DES CYCLES DYNAMIQUES

Les cibles (ou objectifs) « dynamiques » sont celles qui n’ont pas été détectées, localisées ou choisies à temps pour être incluses dans un ATO (ce sont les cibles dont le CMOA s’occupe « à la volée »). Les délais de désignation de ces cibles sont comprimés comparativement à ceux caractérisant le choix délibéré des cibles, mais cela n’implique pas une rigueur moindre ou l’omission d’étapes. En fin de compte, les cibles dynamiques sont toujours des cibles; la proposition et la description de ces objectifs, l’exécution de l’attaque contre eux et l’évaluation des dommages ont toujours lieu dans le grand cadre des cycles de désignation des objectifs et d’attribution des missions.

Les cibles d’opportunité (CO) s’apparentent de près aux cibles dynamiques; il s’agit d’objectifs nécessitant une intervention immédiate, une fois qu’ils ont été détectés ou repérés, car ils représentent un danger pour les forces amies ou sont des cibles inopinées de grande valeur.

Les cibles dynamiques ont une caractéristique en commun : ce sont des cibles d’opportunité jusqu’à un certain point, ou elles méritent un degré de priorité accru en raison de l’évolution des circonstances dans l’espace de combat, ou les deux. Certains créneaux de ciblage seront fugaces et nécessitent donc une intervention quasi immédiate si l’on veut effectivement les prendre à partie. La poursuite efficace et opportune des cibles dynamiques exige des procédures rigoureuses, l’objectif étant d’agir rapidement dès réception des renseignements et d’en arriver à une solution de ciblage. Des opérations récentes ont montré que ce cycle décisionnel comprimé donne les meilleurs résultats s’il est géré à la faveur d’un sous-processus spécialisé appelé « procédure de désignation des objectifs dynamiques »; c’est un processus[12] qui a d’habitude lieu dans le CMOA.

Du point de vue plus large du cycle d’attribution des missions aériennes, le choix des objectifs dynamiques a lieu pendant les étapes cinq (planification de l’exécution et application de la force) et six (évaluation). Il représente la partie « ciblage » de l’étape d’exécution des opérations axées sur les effets. Tout au long de l’évolution du ciblage dynamique, il est essentiel pour les commandants et le personnel du CMOA de ne jamais perdre de vue les objectifs globaux du cmdt FOI et les effets souhaités, car il est facile de trop se concentrer sur les détails du niveau tactique. Au cours de l’exécution de la mission, il faut éviter de s’en prendre aveuglément aux seuls jeux d’objectifs; le choix des cibles doit toujours être guidé par la stratégie, et il convient alors de prévoir les actions de l’ennemi et de s’y adapter.

Les missions d’attaque des cibles dynamiques peuvent être planifiées dans le cycle de l’ATO dans le cas des secteurs où il est fort probable qu’il y ait de telles cibles. Un bon exemple, pour les aéronefs à voilure fixe, réside dans les vols de reconnaissance armée[13], au cours desquels des avions de chasse ou des aéronef sans pilote (ASP) armés sont envoyés dans un secteur particulier à un moment donné pour poursuivre des objectifs inopinés. L’attaque d’interdiction est essentiellement une mission du même genre; on emploie alors des aéronefs à voilure tournante qui agissent soit en autonomie, soit en coordonnant étroitement leur action avec l’état-major du CMOA qui utilise la procédure de désignation des objectifs dynamiques dont on a parlé plus haut. Les équipages des aéronefs à voilure fixe ont souvent besoin d’une autorisation finale avant d’attaquer, mais les appareils à voiture tournante fonctionnent souvent en autonomie, et il se peut que leurs équipages disposent déjà de l’autorité voulue, aux termes des RE s’appliquant à eux, pour prendre l’ennemi à partie.

On peut catégoriser comme suit les cibles dynamiques[14] :

  1. les cibles d’opportunité (CO) approuvées par le cmdt FOI : il incombe en fin de compte à ce dernier de poursuivre les CO, mais il confie normalement ce travail aux CC;
  2. les cibles dont la neutralisation est jugée essentielle à l’atteinte des objectifs des forces amies, mais qui ne sont pas des CO approuvées par le cmdt FOI : c’est ce que l’on appelle les objectifs de haute valeur;
  3. les cibles devant être attaquées pendant l’exécution de l’ATO en cours, mais dont la situation a changé d’une certaine façon (changement des horaires, ou modification de la répartition des ressources/armes);
  4. les autres cibles qui se manifestent pendant l’exécution de la mission, que les commandants amis jugent valables et dont l’attaque ne détournera pas de ressources des objectifs revêtant un degré de priorité plus élevé.

Haut de la page

RENSEIGNEMENT, SURVEILLANCE ET RECONNAISSANCE ET CYCLE INTERARMÉES DE DÉSIGNATION DES OBJECTIFS

Les opérations aérospatiales de RSR contribuent grandement au cycle interarmées de désignation des objectifs. Cela s’explique par leur capacité toujours plus grande de fournir à point nommé des renseignements exacts à l’état-major choisissant les cibles et par la surveillance en temps quasi réel qu’elles permettent aux commandants d’exercer. En raison de la tendance actuelle, dominée par la nécessité de réduire au minimum les dommages collatéraux, chaque mission cinétique est normalement précédée par une série de missions de RSR qui servent à mieux situer la cible et à réunir des renseignements sur les habitudes de vie locales. C’est particulièrement le cas quand on envisage d’attaquer des cibles en milieu urbain et que l’on s’attend à ce que, sur le terrain, les combattants ennemis soient mêlés aux civils. Cela met en lumière l’importance nouvellement découverte des ressources de RSR. Dans le passé récent, les commandants ont constaté qu’ils n’avaient jamais assez de ces plates-formes essentielles, et c’est pourquoi ce sont des autorités de niveau élevé au sein de la force opérationnelle interarmées (FOI) qui exercent le pouvoir d’en choisir les missions et les affectations. À l’heure actuelle, l’ARC attribue les missions aux ressources de RSR au moyen d’un processus axé sur les opérations. Certains des alliés des FC, y compris les forces américaines, favorisent un processus davantage fondé sur le renseignement, mais l’expérience acquise en Afghanistan révèle que cette approche risque d’être trop restrictive du point de vue tactique, ce qui réduit la capacité globale d’adaptation aux circonstances. Ce qui est fondamentalement certain aux fins du présent manuel, c’est que les ressources aérospatiales de RSR sont des éléments habilitants primordiaux de la force et que la demande de leurs services en dépassera presque toujours la disponibilité. Par conséquent, il importe de gérer judicieusement ces ressources et de les réserver à la réalisation des priorités et des objectifs clés du cmdt FOI. Les plates-formes aérospatiales de RSR comprennent le CU170 Heron, le CP140 Aurora (Bloc II), le CH146 Griffon INGRESS, l’Avenger de la General Dynamics, l’E3D Sentry, le Nimrod R1 et le Sentinel R1.

Comme le chapitre 1 en fait état, les missions de RSR par lesquelles on prépare l’espace de combat relèvent surtout de la fonction aérospatiale Détection. La fusion des fonctions Détection et Acquisition de l’avantage se produit quand la plate-forme menant la mission de détection est elle-même munie de détecteurs RSR, ou quand elle est appuyée par une ressource RSR en temps réel ou quasi réel. Cela peut avoir lieu dans le cadre d’un plan établi, ou d’une façon dynamique, en réaction à la présence d’un objectif inopiné.

Un exemple de ce chevauchement pendant une mission planifiée serait une attaque d’un complexe industriel vital. On aura cerné longtemps d’avance les habitudes de vie locales afin d’exécuter l’attaque à un moment où les dommages collatéraux seront réduits au minimum (Détection). Un soutien RSR s’imposera aussi juste avant l’attaque pour permettre au commandant de donner l’autorisation finale de passer à l’action (Acquisition de l’avantage). Après l’attaque, les ressources de RSR demeureront en vol stationnaire ou seront chargées de faire une EDC pour établir si des mesures de suivi ou une nouvelle attaque sont nécessaires (Détection, ou Acquisition de l’avantage, ou les deux). Une mission de CAR dans ce cas pourrait procurer une interface C2 plus solide pour coordonner l’action de multiples aéronefs, détecter (voire attaquer) les cibles, neutraliser les défenses aériennes ennemies et dresser une EDC. Ces tâches font intervenir des ressources munies de moyens de RSR et fournissent en temps quasi réel aux unités aériennes d’attaque des renseignements sur les cibles et des services de coordination. Elles peuvent aussi comporter l’intégration d’officiers de liaison experts à bord des aéronefs de RSR, officiers dont les fonctions peuvent consister aussi bien à donner de simples conseils qu’à assumer un rôle semblable à celui d’un contrôleur aérien avancé (embarqué) CAA(E)/ CIFA (contrôleur interarmées de la finale de l’attaque)[15]. Ces personnes[16] ont montré leur valeur lorsqu’il s’agit de renforcer et de simplifier la relation entre le commandant, la personne qui détecte et le tireur et elles ont aidé à souligner les avantages qu’il y a à utiliser des plates-formes de RSR avec équipage dans les situations dynamiques.

Un exemple d’une situation purement dynamique serait celui d’une unité terrestre qui avance et qui entre en contact avec l’ennemi et demande un appui-feu aérien. Des ASP armés et des chasseurs d’AAR seraient dépêchés sur les lieux pour observer l’espace de combat, repérer les positions ennemies et, en fin de compte, les attaquer. Un exemple d’une situation dynamique maritime serait celle d’un aéronef de patrouille à long rayon d’action (APLRA) chargé de mener des opérations de barrage devant une force de surface en train de localiser et de poursuivre un sous-marin ennemi. Tout dépendant des RE et de l’ampleur de la menace que le sous-marin représenterait pour la force, le MCC pourrait autoriser les aéronefs à l’attaquer.

D’autres détails sur la désignation des objectifs des ressources aérospatiales, sur les définitions et sur les processus connexes se trouvent dans les publications suivantes : la Publication interarmées des Forces canadiennes 3-9 (PIFC 3-9) intitulée Joint Targeting[17]; la Publication interalliée interarmées de l’OTAN 3.9 (AJP-3.9) intitulée Allied Joint Doctrine for Joint Targeting; la Directive du Commandement allié Opérations de l’OTAN (AD) 80-70 intitulée Joint Targeting and Synchronization in ACO.

 

Haut de la page

Vignette 13: Pas depuis la Seconde Guerre mondiale. L’opération Mobile a été la contribution des FC à l’opération Unified Protector (OUP) que l’ONU avait autorisée et que l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) a dirigée pour imposer à la Libye un embargo sur les armes et l’établissement d’une zone d’exclusion aérienne pour protéger les civils et les régions peuplées par les civils. La Force opérationnelle Libeccio était la composante aérienne de l’Op Mobile et comprenait ce qui suit : le quartier général (QG) de la Force installé à Naples (Italie); l’élément de coordination de la composante aérienne, basé à Poggio-Renatico (Italie); l’escadre aérienne en Sicile, basée à deux endroits dans cette île, en Italie. Cette dernière escadre se composait de quatre escadrilles d’opérations aériennes et de deux escadrilles d’appui rapproché : une escadrille de CP140 basée à Sigonella (Sicile), une escadrille de CF188, une escadrille de CC150T, une escadrille de CC130J, une escadrille de soutien opérationnel et une escadrille de soutien de mission, toutes basées à Trapani-Birgi (Sicile). Le 5 octobre 2011, une mission menée dans le ciel de la Libye a fourni une occasion à des aéronefs canadiens de participer à toutes les étapes d’une mission complète.

Pendant le dernier mois des opérations au-dessus de la Libye, les forces de Kadhafi s’étaient retranchées dans leurs derniers bastions, à Syrte, Al Fouqaha, et Beni Oualid. Ce jour-là, le commandant de la composante aérienne de la force multinationale (CCAFM) a ordonné de faire un effort concerté pour réduire l’efficacité des forces de Kadhafi dans la région de Beni Oualid. On ne disposait d’aucun UAV Predator à cause des forts vents qui soufflaient à leur base à Sigonella, de sorte que l’on a autorisé le CP140 canadien à faire deux sorties pour assurer le soutien renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR) nécessaire. L’équipage du CP140 venait tout juste de recevoir l’approbation pour exécuter la mission du coordonnateur des attaques et de la reconnaissance (Coord AR). Plus tôt au cours de l’OUP, l’avion n’avait servi qu’à appuyer la force maritime en dressant le tableau de la situation maritime (RMP) dans la zone visée par l’embargo. Après que l’équipage eut manifesté à la fois des capacités particulières et l’habileté voulue pour produire des données RSR de qualité supérieure, les autorités ont élargi le rôle de cet Aurora en lui confiant des patrouilles côtières au cours desquelles l’équipage a pu prendre des photos et des images de la côte libyenne, des routes et des centres de commandement et de contrôle; finalement, l’avion a été autorisé à survoler directement le territoire libyen. Tout en exécutant ces missions, l’équipage de l’Aurora a rempli d’autres fonctions essentielles, par exemple en assurant une présence visible le long de la côte et en radiodiffusant des messages qui s’adressaient au peuple libyen.

Les missions de Coord AR ont été nombreuses pendant la campagne libyenne, des plates-formes de RSR à grande autonomie telles que les ASP et les APLRA, y compris les P-4 de l’United States Navy (USN), les Atlantique français et les CP140 canadiens, effectuant des vols de RSR avant et pendant les missions d’attaque. La plupart du temps, les chasseurs passaient peu de temps à pied d’oeuvre, et les aéronefs de RSR ont pu confirmer les cibles, faire des évaluations des habitudes de vie pour établir qu’aucun civil ne se trouvait dans la zone ciblée, puis guider les chasseurs jusqu’à leurs cibles. L’ajout d’une équipe britannique d’appui-feu à bord des CP140, équipe qui a joué le rôle du CIFA, a grandement accru l’efficacité globale et les capacités des aéronefs. Cette équipe avait pour rôle d’identifier la cible de façon catégorique, de faire l’estimation des dommages collatéraux et de communiquer directement avec le chasseur qui attaquait la cible. Sa présence à bord de l’appareil a raccourci la liaison entre le commandant, le spécialiste de la détection et le tireur, ce qui a amélioré la connaissance globale de la situation chez tout le personnel concerné et réduit au minimum les délais d’attaque des cibles..

Au début de la mission du 5 octobre, les CP140 faisaient des vols de RSR au-dessus de Beni Oualid. Les CF188 canadiens décollaient de l’aérodrome de Trapani-Birgi, se ravitaillaient en vol auprès d’un avion-citerne CC150T Airbus, puis se rendaient jusqu’à la zone visée. Ils étaient ensuite guidés, par l’équipage d’un CP140, jusqu’à leurs cibles et les frappaient avec succès avec des munitions interarmées d’attaque directe (JDAM), soit des bombes « intelligentes » tous temps. Au cours de la mission, 14 chasseurs affectés à l’OUP ont frappé plusieurs objectifs et produit d’excellents effets. Cette mission a montré pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale que l’ARC pouvait combattre avec toute la gamme des moyens nécessaires. Lors du breffage de mise à jour fait par le commandant, le lendemain matin, le CCAFC a remercié l’équipe canadienne pour son appui, pour avoir exercé la surveillance nécessaire des cibles et pour avoir contribué au succès global de la mission[18].

Haut de la page

SOMMAIRE

Une capacité aérospatiale solide et dynamique de C2 permet au commandant de conserver un contrôle énergique sur les forces aérospatiales, tout en rendant possibles l’emploi dynamique, l’affectation et la réaffectation des capacités aérospatiales afin de répondre aux divers besoins pas toujours compatibles des commandants appuyés. Les éléments aérospatiaux de C2 fonctionnent d’après les principes du contrôle centralisé et de l’exécution décentralisée, et ils sont structurés en conséquence. Dans les opérations aérospatiales, les forces ont besoin d’une souplesse suffisante pour composer avec l’évolution dynamique et rapide de l’espace de combat. Afin de parvenir à cette souplesse, les commandants des forces aérospatiales ont adopté ce que l’on appelle le cycle d’attribution des missions aériennes.

Le cycle d’attribution des missions aériennes permet le contrôle centralisé des ressources aérospatiales dans le théâtre. Il se présente d’habitude sous une forme normalisée, peu importe le théâtre ou l’opération dont il s’agit, mais il est possible de l’adapter aux besoins spéciaux et distincts de chaque opération. Le cycle comporte six étapes : objectifs, effets et directives; description des cibles et choix des armes nécessaires; analyse des capacités (répartition des ressources); production et diffusion de l’ATO; planification de l’exécution et application de la force; évaluation. L’exécution décentralisée est rendue possible par l’adoption de règles de procédure souples sur le trajet menant aux zones d’opérations et sur le trajet de retour et par l’application de directives qui régissent les opérations tactiques dans l’espace aérien désigné (elles sont contenues dans l’ACO). Ces procédures sont communiquées à tous les utilisateurs de l’espace aérien et à tous les opérateurs au moyen d’ordres sur le contrôle de cet espace et d’instructions spéciales.

La désignation des cibles aérospatiales peut être délibérée ou dynamique. Les cibles délibérées sont celles dont l’attaque est planifiée, prévue et intégrée dans l’ATO. Les cibles dynamiques sont celles qui sont détectées, repérées ou choisies trop tard pour être incluses dans le cycle normal d’attribution des missions aériennes. L’attaque de cibles dynamiques est normalement une mission exécutée en réaction à l’apparition soudaine d’une cible inopinée particulière, mais les missions de ce genre peuvent aussi être intégrées dans un ATO (p. ex. une mission de CAR).

Les cibles sont proposées, on en raffine la liste et elles sont étudiées à la faveur d’une série d’interventions de l’état-major; on veut par-là s’assurer qu’elles correspondent aux objectifs et à l’intention du cmdt FOI. Les progrès actuels accomplis en ce qui concerne les capacités de RSR permettent d’accroître le dynamisme et l’adaptabilité (ou la réactivité) du processus de désignation des cibles, tout en améliorant la supervision exercée par le commandement dans un contexte où les dommages collatéraux sont très peu tolérés.

Haut de la page

Notes

1. L’expression « commandant de la composante aérienne » peut être adaptée en fonction des situations de commandement. Dans un contexte interarmées, le CCA devient un commandant de la composante aérienne de la force interarmées (CCAFI). Dans le cadre d’une opération multinationale, on peut nommer un commandant de la composante aérienne de la force multinationale (CCAFM) ou un commandant de la composante aérienne de la force multinationale/interarmées (CCAFM/I). Dans tous les cas, ces commandants assument au moins les mêmes responsabilités qu’un CCA. (retourner)

2. Dans le contexte canadien, le sigle « cmdt FOI » désigne un commandant – EF ou son cmdt FOI désigné (ex. : commandant – FOI Nord). (retourner)

3. Ce peut être, entre autres, le commandant du NORAD, le commandant du Commandement des opérations interarmées (CCOI) et le commandant du Commandement des forces d’opérations spéciales (COMFOSCAN). (retourner)

4. La publication B-GA-401-000/FP-001, Doctrine aérospatiale des Forces canadiennes – Commandement détaille des structures de commandement possibles. (retourner)

5. L’expression générique « centre d’opérations aériennes » est remplacée dans le contexte canadien par « centre d’opérations aérospatiales » qui désigne une entité particulière. Dans les deux cas, l’abréviation est la même (COA). (retourner)

6. D’autres détails sur le concept d’opérations du Centre multinational d’opérations aérospatiales (CMOA) du Canada figurent dans l’ouvrage du Quartier général de la 1re Division aérienne du Canada/Région canadienne du NORAD intitulé Combined Aerospace Operations Centre: Operating Instructions, Volume 3: Concept of Operations (1er octobre 2009), http://winnipeg.mil.ca/cms/Libraries/CAOC_OI_Vol_1_2_3_Annexes/CAOC_OI_Vol_3_ FINAL_1_Oct_09.sflb.ashx (consulté le 20 août 2013). (retourner)

7. Il existe quatre composantes normalisées : la composante aérienne, la composante terrestre, la composante maritime et la force opérationnelle d’opérations spéciales. On peut établir d’autres composantes, selon les exigences de la mission. (retourner)

8. Le sigle LIIOP (JIPTL, en anglais) (liste interarmées des objectifs prioritaires) est considéré comme étant synonyme de LIOP (JPTL, en anglais). Dans le contexte de l’OTAN, on est en train de délaisser le sigle MAAP en faveur du sigle MAOP (plan directeur des opérations aériennes), plus inclusif. Dans le CMOA de l’ARC, le sigle PADFA (MAAP, en anglais) signifie « plan d’action directeur de la Force aérienne ». (retourner)

9. Une LOP est une liste d’objectifs tirée de la LIOP qui sert à attribuer des objectifs prioritaires à des composantes individuelles. Par conséquent, chaque CC dresse et tient à jour sa propre LOP. (retourner)

10. Par exemple, le MCC peut exercer l’OPCON sur les hélicoptères maritimes lui étant affectés, ou le LCC peut faire de même à l’égard des forces d’aviation tactique mises à sa disposition. Il importe que ces missions soient coordonnées dans un seul ATO produit par le CCAFI et le CMOA fournissant l’appui. Afin de ne pas restreindre indûment la liberté tactique, on se limite souvent, dans les détails des missions visées par cet ATO, à indiquer les types d’aéronef, l’indicatif d’appel, le code IFF et des renseignements chronologiques généraux. La même méthodologie est employée pour les aéronefs appliquant les procédures propres aux appareils se tenant « prêts à décoller ». (retourner)

11. USAF AFDD 2-1.9, Targeting, 8 juin 2006, Figure 2.4, 28, http://www.dtic.mil/cgi-bin/ GetTRDoc?AD=ADA454614 (consulté le 20 août 2013). (retourner)

12. Le processus de désignation des objectifs dynamiques comporte six étapes : trouver, immobiliser, poursuivre, cibler, prendre à partie et évaluer (F2T2EA). Pour en savoir plus sur le ciblage, voir l’AJP-3.9, Allied Joint Doctrine for Joint Targeting ou la Directive du Commandement allié Opérations de l’OTAN (AD) 80-70, Joint Synchronisation and Targeting in ACO, 2009. (retourner)

13. Comme le chapitre 3 en fait état, la reconnaissance armée est une mission dérivée de la mission d’interdiction aérienne. (retourner)

14. Les objectifs de chacune des quatre catégories énumérées ci-dessus sont pris à partie en vertu du même processus de désignation des objectifs dynamiques; le degré de priorité relatif est la seule différence. (retourner)

15. Le CAA(E), ou le CIFA, ou les deux n’entrent en jeu que quand les plates-formes sont à l’oeuvre à proximité immédiate de forces amies. Les tâches de CAR ont lieu plus profondément en territoire ennemi, là où la coordination avec les forces terrestres amies n’entre pas en ligne de compte. (retourner)

16. On peut appeler « coordonnateur des attaques et de la reconnaissance » (Coord AR) la personne chargée de diriger tous les aéronefs dans le secteur désigné de la mission de CAR connexe. (retourner)

17. La PIFC 3-9 en était encore aux stades de l’ébauche et de l’examen au moment où le présent manuel a été publié. (retourner)

18. Renseignements fournis par le brigadier-général Derek Joyce, commandant de la Force opérationnelle Libbecio, et par le capitaine Jill Strelieff, officier des affaires publiques de l’Escadre aérienne en Sicile. (retourner)

Haut de la page