ARCHIVÉE - Le Corps postal de l’ARC remonte le moral du personnel navigant et des équipes au sol de l’ARC durant la Deuxième Guerre mondiale

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Article de nouvelles / Le 16 décembre 2015

À l’ère où les communications par Internet, les comptoirs de restauration rapide et les beigneries ont fait leur entrée dans le théâtre des opérations, la livraison du courrier, même si elle demeure importante, n’est plus, pour la plupart des militaires, le seul lien avec le quotidien de leurs êtres chers. Cela dit, durant les Fêtes, les militaires et leur famille comptent encore sur le service postal pour échanger des cadeaux et des cartes et, dans les bases d’opérations avancées et dans d’autres lieux d’affectation où la technologie est difficilement accessible, le service postal est souvent le seul moyen de communication disponible toute l’année.  

En 1943, dans les îles Britanniques, le service postal remplissait un rôle essentiel dans l’effort de guerre.


Par Ruthanne Urquhart

En 1942, la campagne de l’Aviation royale du Canada battait son plein en Europe. Basés en Angleterre, les aéronefs, le personnel navigant et le personnel au sol de l’ARC livraient un combat quotidien dans l’espace aérien de l’Europe occupée et les îles Britanniques. Hitler avait abandonné son rêve d’invasion de l’Angleterre, mais la Luftwaffe continuait à bombarder cette contrée verdoyante et agréable.

Dans les vibrantes zones industrielles des Midlands jusqu’au nord de l’Écosse, les usines fabriquaient des pièces de rechange, des aéronefs et des navires à un rythme effarant. Toutes les deux semaines, une collecte était effectuée auprès des habitants partout dans les îles Britanniques, qui remettaient leurs chaudrons en cuivre, leurs clôtures en fer, leurs lainages et leurs tissus de soie pour contribuer à l’effort de guerre.

L’infrastructure de l’Angleterre, du pays de Galles, de l’Écosse et de l’Irlande était ravagée par la guerre et compte tenu de nombre de troupes alliées et du personnel de soutien stationné dans les îles Britanniques – qui pouvait atteindre plus ou moins trois quarts de million de personnes selon la période – l’infrastructure de ces forces était également mise à rude épreuve. L’un des services considérés des plus essentiels, même s’il n’était pas directement lié à l’effort de guerre, mais s’adressait plutôt aux soldats, était le service postal.

La livraison du courrier posait problème. Même si le Corps postal royal de l’Armée faisait de son mieux pour traiter le volume important de lettres et de colis, les militaires canadiens étaient dispersés sur un grand territoire, plus particulièrement le personnel de l’ARC qui servait dans les stations de l’Aviation royale du Canada situées un peu partout en Angleterre, au pays de Galles et dans le sud de l’Écosse. De plus, les pilotes, le personnel navigant et le personnel au sol étaient déplacés selon les besoins. Leur dossier personnel les suivait, mais arrivait parfois des jours ou des semaines plus tard.

Vers la fin de l’été 1942, reconnaissant que la réception régulière de lettres et de colis de leurs proches était la mesure la plus efficace pour améliorer le moral des troupes, l’ARC a mis sur pied son propre corps postal pour s’assurer que les lettres et les colis soient livrés à leur destinataire le plus rapidement possible. Un officier des postes a été affecté à chaque escadron, et un bureau de poste séparé a été ouvert sur la base dans la région des Midlands de l’Angleterre. En seulement quelques mois, la régularité de la livraison s’est nettement améliorée.

La dernière étape du processus consistait à solliciter l’aide des destinataires. Une grande partie de l’accumulation de courrier dans les dépôts était attribuable au manquement des militaires à envoyer une carte de changement d’adresse au bureau de poste. Cependant, la situation s’est considérablement améliorée après Noël 1942, alors que 4,2 pour 100 du personnel de l’ARC stationné dans les îles Britanniques n’avait reçu ni lettres, ni colis parce qu’il n’avait pas envoyé de carte de changement d’adresse.

Dès le milieu de 1943, le Corps postal de l’ARC gagnait la guerre de la livraison postale. Le personnel navigant, le personnel au sol et le personnel de soutien de l’ARC, l’esprit revigoré par la réception fréquente de lettres écrites à la main portant l’odeur de leur foyer et de colis contenant des confitures et des gelées, des viandes en conserve, du café et du thé, ont contribué à gagner la guerre aérienne.

Date de modification :