Structure organisationnelle

La Réserve de l'ARC fait partie de l'élément de réserve des Forces canadiennes et est une partie intégrante de la Force aérienne totale.

Les postes de la Réserve de l'ARC sont intégrés au quartier général de la Force aérienne - auprès de l'État-major de la Force aérienne, au Quartier général de la Défense nationale (QGDN) à Ottawa, et au Quartier général de la 1re Division aérienne du Canada (QG 1 DAC) à Winnipeg.

La plupart des escadres, des escadrons et des unités de la Force aérienne, sont composés à la fois de membres de la Force régulière et de la Force de réserve. Les escadrilles de la Réserve de l'ARC assurent le soutien administratif pour le groupe de réservistes opérationnels et de soutien qui, pour la plupart, occupent des emplois à temps partiel aux côtés de leurs homologues de la Force régulière.

La plupart des métiers de soutien et de l'élément Air sont ouverts aux réservistes. La Réserve de l'ARC recherche du personnel qualifié comme les anciens militaires de la Force régulière ou les candidats civils dont les qualifications sont équivalentes à celles correspondant aux groupes professionnels militaires pertinents. La Réserve de l'ARC recrute également des candidats sans spécialisation et veille à ce qu'ils reçoivent la formation professionnelle et militaire dont ils ont besoin. Pour obtenir plus de renseignements, on peut visiter le site Web de recrutement des Forces canadiennes (FC) .

Bien que toutes les unités de la Force aérienne fassent maintenant partie de la Force totale, trois escadrons aériens comptent une large proportion de réservistes et sont commandés par des réservistes. Ce sont le 402e Escadron, équipé de Dash 8, qui appuie l'École de navigation aérienne des Forces canadiennes, le 400e Escadron tactique d'hélicoptères de Borden et le 438e Escadron tactique d'hélicoptères de Saint-Hubert qui, avec leurs hélicoptères CH-146 Griffon, assurent le soutien de l'armée.

Dans la Force aérienne, les plus récentes des unités à forte proportion de réservistes sont les escadrilles du génie de l'air (Ele GA), à savoir plus précisément la 143 Ele GA de Bridgewater (Nouvelle‑Écosse), dans le compté de Lunenburg, la 144 Ele GA de Pictou (Nouvelle‑Écosse), la 91 Ele GA de Gander (Terre‑Neuve) et la 192 Ele GA d'Abbotsford (Colombie‑Britannique). Ces escadrilles sont constituées d'ingénieurs et d'ouvriers qualifiés exerçant un métier spécialisé de la construction ou un métier lié au génie. Elles fournissent du soutien à la Force aérienne dans le cadre d'opérations se déroulant à la base ou ailleurs.

Concept de la Force totale

Le concept de la Force totale a été abordé la première fois dans le Livre blanc de 1987 puis élaboré dans celui de 1994. Ces documents, publiés par le gouvernement, fournissent au ministère de la Défense nationale et aux Forces canadiennes des directives en matière de défense nationale.

Les Forces canadiennes sont constituées d'éléments maritimes, terrestres et aériens unifiés. Leur structure repose sur le concept de Force totale qui regroupe des militaires à plein temps et à temps partiel, au sein de forces armées polyvalentes et aptes au combat. Dans cette Force totale, la composante régulière assure au gouvernement une capacité d'intervention immédiate; la Réserve, elle, est censée renforcer et soutenir les unités de la Force régulière et, dans certains cas, accomplir des tâches que cette dernière n'exécute pas, comme la lutte contre les mines en milieu marin. Le concept prévoit également un plan d'instruction et d'équipement pour la Réserve.

La mise en ouvre du concept de la Force totale a bien avancé, et de nombreux réservistes sont maintenant tout à fait prêts à assumer des fonctions de la Force régulière. En fait, ces dernières années, plusieurs milliers de réservistes ont participé à des missions difficiles au Canada et à l'étranger. La Force totale est une bonne solution pour le Canada. Pourtant, même si le gouvernement reconnaît la nécessité d'un cadre de mobilisation national, des changements s'imposent si le Canada veut disposer des forces nécessaires pour réponde à ses besoins nationaux et contribuer à des opérations multilatérales.

Livre blanc de 1994

Force totale - Mer, terre et air

La Marine, l'Armée de terre et la Force aérienne du Canada ont chacune appliqué le concept de la Force totale, mais de façon différente :

La Marine a confié à la Réserve navale des responsabilités spécifiques en matière de défense maritime, y compris les opérations côtières, le contrôle naval de la navigation maritime et la lutte contre les mines.

La Réserve de l'Armée de terre constitue le cadre de la mobilisation en cas de besoin, sert de trait d'union entre les collectivités militaires et civiles au Canada et renforce la Régulière lors de déploiements et d'opérations.

La Force aérienne a choisi de pleinement intégrer dans ses rangs les effectifs de la Réserve de l'ARC et de la Force aérienne régulière. La plupart des escadres, des escadrons et des unités de la Force aérienne sont maintenant composés de membres de la Régulière et de la Réserve. Les membres de la Réserve de l'ARC occupent des emplois, pour la plupart à temps partiel, aux côtés de leurs homologues de la Force régulière dans toute la gamme des activités de la Force aérienne. La Réserve de l'ARC assure le soutien de la Force aérienne au cours des missions en temps de paix ainsi que pendant les opérations de déploiement.

La Force aérienne totale

Le concept de la Force totale adopté par la Force aérienne fait participer les membres de la Régulière et de la Réserve à l'atteinte d'un but commun. Les réguliers apportent leur solide expérience et culture militaires tandis que les réservistes apportent un bagage de compétences variées qu'ils ont acquises dans l'exercice de leur métier ou par des études. Ils constituent, en outre, une ouverture sur la collectivité. L'intégration des réguliers et des réservistes est bénéfique à la Force aérienne en ce qu'elle crée une compréhension et un respect mutuels et la capacité de travailler efficacement en équipe.