Bell 206B3 Jet Ranger C-FTHA - L’Enquêteur vous informe

Galerie d'images

Rapport / Le 6 mai 2015 / Numéro de projet : Bell 206 Jet Ranger C-FTHA - C Category

Lieu : Portage la Prairie (Manitoba)
Date : 2015-05-06
État : Enquête en cours

L’appareil accidenté, un Bell 206B3 Jet Ranger, immatriculation civile C-FTHA, était exploité sous la désignation militaire CH139301 en tant qu’hélicoptère d’instruction par la 3e École de pilotage des Forces canadiennes (3 EPFC) à Portage la Prairie (Manitoba). L’équipage navigant comprenait deux membres: un pilote-instructeur qualifié (PIQ) et un élève-pilote. Ces derniers effectuaient le vol NAV 1 de la Phase III du cours élémentaire de pilotage d’hélicoptère.

Pendant le retour à la base une fois la partie de la mission portant sur la navigation achevée, le PIQ a simulé un scénario de panne moteur imprévu à l’intention de l’élève-pilote. Le PIQ a réduit la puissance au ralenti pour simuler la panne moteur et a informé l’élève-pilote de l’urgence ainsi feinte. L’élève-pilote a abaissé le collectif pour procéder à la mise en autorotation tout en amorçant un virage de 170 degrés vers la droite pour orienter l’appareil dans le vent et s’aligner à la zone d’atterrissage prévue. Il a ainsi pris toutes les mesures nécessaires tout en établissant l’hélicoptère en approche finale vers la zone d’atterrissage.

Une fois l’exercice achevé, comme il était satisfait de la réaction de l’élève-pilote, le PIQ a pris les commandes pour amorcer une remise des gaz. à environ 250 pieds au-dessus du sol (AGL). Comme il se trouvait maintenant plus près du sol, le PIQ a remarqué des obstacles, dont une ligne de transport d’électricité et un sol inégal. Alors qu’il augmentait lentement la puissance, le PIQ a levé le collectif pour tenter de réduire la vitesse de descente et allonger le vol plané. Toutefois, il a semblé que le moteur développait sa puissance beaucoup plus lentement que prévu.

En présence d’une faible vitesse de rotation du rotor principal et de vibrations accompagnées de sons inhabituels, il est devenu évident qu’une remise des gaz serait impossible à exécuter. Le PIQ a donc arrondi l’hélicoptère et utilisé l’énergie restante du rotor pour poser l’appareil au sol, tout juste après une dépression peu profonde. L’hélicoptère a atterri alors que sa vitesse avant était encore assez élevée, et il a glissé sur environ 200 pieds à partir du point de contact initial.

La poutre de queue et de nombreux composants à proximité de la transmission du rotor principal de l’hélicoptère ont été lourdement endommagés à cause du bas régime rotor et de l’atterrissage dur. L’équipage navigant n’a subi aucune blessure.

L’enquête porte sur la réaction du moteur pendant la remise des gaz ainsi que sur les facteurs humains et organisationnels.

Date de modification :