Schweizer 2-33A Glider C-GCSK - Épilogue

Rapport / Le 16 mai 2015 / Numéro de projet : Schweizer C-GCSK - B Category

Lieu : Lachute (Québec)
Date : 2015-05-16
État : Investigation Complète

L'accident s'est produit lors d'un vol d'entraînement dans le cadre du Programme de vol à voile des cadets de l’Air. Le vol faisait partie du contrôle de compétence annuelle d'un pilote souhaitant devenir un cadet qualifié pour transporter des passagers. L'accident s'est produit pendant la montée initiale du planeur Schweizer 2-33A utilisé pour la formation et la familiarisation des cadets que remorquait un avion O-1 Superdog.

La séquence de décollage initial progressait normalement jusqu'au moment où l'avion a atteint une position au-dessus de la voie de circulation Alpha. À cet instant, une perte de puissance partielle momentanée a été ressentie. À une altitude de 100 pieds au-dessus du sol, l'avion-remorqueur a de nouveau subi une perte de puissance partielle et une réduction de sa vitesse ascensionnelle.  

Le planeur était trop bas et trop loin pour effectuer un virage à 180° et rejoindre la piste. Il n’y avait pas de bon choix de terrain pour un atterrissage hors piste. Un terrain de soccer a été repéré à droite et l'instructeur de vol à voile a choisi de larguer le câble de remorquage à une vitesse d'environ 45 mi/h et à une hauteur d'environ 100 pieds au-dessus du sol, à moins de 50 pieds au dessus des arbres, afin de tenter un atterrissage sur le terrain. Immédiatement après le largage, le terrain de soccer s'est retrouvé caché derrière la cime des arbres. L'instructeur de vol à voile a effectué un virage dans la direction du terrain de soccer quand l'aile droite s’est soudainement enfoncée. L'instructeur de vol à voile a essayé de mettre ailerons inverse, mais le planeur n'a pas réagi. Le planeur est entré en contact avec les arbres, est tombé avec l’avant vers le sol et s’est soudainement immobilisé quand le nez du planeur a heurté le sol en terre molle dans la zone boisée.

Une fois le câble de remorquage largué, l'avion-remorqueur a pu revenir atterrir à l'aérodrome. La communication avec le planeur a été établie rapidement et l'instructeur de vol à voile a confirmé qu'ils étaient « OK ». Les dégâts du planeur ont été évalués comme très graves (catégorie B), et l'un des membres d'équipage du planeur a subi des blessures mineures.

L'enquête a permis de déterminer deux causes possibles de la perte de puissance de l'avion-remorqueur. Tout d'abord, le réglage du clapet à battant du carburateur était tel qu'il a permis à l'ensemble de charnière du boîtier de réchauffage de s'ouvrir, ce qui a essentiellement fait en sorte que la source auxiliaire d’air de prélèvement (air chaud) a alimenté le carburateur, ce qui a entraîné une perte de puissance. Deuxièmement, l'avion-remorqueur a volé dans diverses conditions de givrage tout au long de la journée, et le givrage du carburateur peut avoir entraîné une perte de puissance. Il n'a pas pu être déterminé avec certitude dans quelle proportion chacun des deux scénarios a effectivement contribué à l'accident.

Les mesures préventives incluaient une modification apportée à l'ensemble de la flotte Superdog, à savoir le remplacement du boîtier de réchauffage du carburateur, et la mise au point d'outils pour permettre aux pilotes d'avion-remorqueur de mieux évaluer les conditions de givrage au cours des opérations.

L'incident mettait en cause un planeur et un avion-remorqueur, et ce rapport comprend un examen de l'ensemble de la séquence d'événements impliquant les deux avions.

Date de modification :