Évaluation des répercussions des éoliennes sur l'industrie

Il arrive parfois que des éoliennes, seules ou dans un parc éolien, perturbent les systèmes de navigation lorsqu’elles sont installées à proximité d’un aérodrome. Les éoliennes font un bruit de fond, mais ne transmettent pas et n’émettent pas de signaux RF. Pourtant  elles peuvent brouiller les signaux des radars de plusieurs façons, notamment par l’occultation des faisceaux, la réflexion de type miroir, les échos parasites ou la diffusion du signal. Un radar qui reçoit un tel signal peut perdre des informations critiques à propos d’une cible (par exemple, un avion). Cette cible peut disparaître soudainement et réapparaître dans un autre endroit, sur l’écran du radar. Ces répercussions sur les performances sont très préoccupantes pour la sécurité du personnel militaire et civil, et des aéronefs, lors d’opérations aériennes. En outre, les grandes lames rotatives d’éoliennes, installées à proximité d’un aéroport, présentent des risques pour les vols et les approches à basse altitude, les planeurs et l’entraînement des parachutistes.

Politique

La publication produite par le Conseil consultatif canadien de la radio (CCCR) et l’Association canadienne de l’énergie éolienne (CanWEA) (référence) décrit comment les éoliennes peuvent nuire aux systèmes radars utilisés pour les opérations de défense aérienne et de gestion de la circulation aérienne, ou constituer des obstacles aux opérations aériennes.

Pour des raisons d’intérêt public, le ministère de la Défense nationale (MDN) et les Forces armées canadiennes (FAC) ne s’opposent habituellement pas aux projets de développement de parcs éoliens ou d’autres sources d’énergie renouvelables, à moins que ceux‑ci aient une incidence négative sur les opérations militaires, la sécurité, l’état de préparation ou l’entraînement des FAC.

Déterminer si l’installation d’une éolienne ou d’un parc éolien risque d’engendrer un niveau de brouillage inacceptable pour les radars en place, est une question très complexe; il faut impérativement procéder à une analyse du site afin d’établir, de manière catégorique, si le brouillage généré sera trop important.

Afin d’éviter ces difficultés, nous recommandons de suivre les étapes suivantes dès les premières étapes d’un projet de parc éolien :

  1. Le promoteur d’un projet d’éoliennes doit fournir les documents suivants :
    • les cartes de l’emplacement du parc éolien projeté et de toutes les éoliennes;
    • le latitude et le longitude (NAD83 ou WGS84) de chaque éolienne à l'aide du formulaire de soumission d'éolienne (XLS, 50 kB). Les informations suivantes sont requises pour remplir le formulaire de soumission d'éoliennes:
      • Numero de l'Éolienne
      • Latitude (dd mm ss.ss)
      • Longitude (ddd mm ss.ss)
      • Élévation au Sol (mètres)
      • Hauteur de la Nacelle (mètres)
      • Diamètre du Rotor (mètres)
      • Hauteur total (mètres)
    • Élévation du sol ou de la base de chaque éolienne au-dessus du niveau moyen de la mer;
    • Hauteur de chaque nacelle au-dessus du niveau du sol;
    • Diamètre des hélices;
    • Matériau constituant les hélices;
    • Nom, l’adresse courriel et le numéro de téléphone d’une personne‑ressource du gouvernement local.
  2. Le promoteur transmet ces renseignements à +WindTurbines@forces.gc.ca afin que le MDN et les FAC puissent déterminer si le parc éolien projeté pourrait potentiellement avoir des répercussions sur les radars militaires ou les opérations aériennes dans la zone.
  3. S’il est établi qu’une installation pourrait avoir de telles répercussions, le promoteur et l’autorité du MDN et des FAC entreprendront les études nécessaires et adopteront des mesures d’atténuation non réglementaires afin de résoudre le litige par un accord satisfaisant pour les deux parties.

Remarque : Le processus décrit ci-dessus s’applique spécifiquement aux biens du MDN et des FAC. Cependant, puisque les éoliennes ont des répercussions similaires sur les systèmes de navigation aérienne civile, les soumissionnaires devraient communiquer avec le Bureau d’utilisation des terrains de NAV CANADA afin qu’il procède à une évaluation de leurs systèmes.

Lignes directrices sur la consultation et les zones d’impact

La référence fournie est pour l’industrie, au début de toute analyse d’un projet, le guide qui donne les distances de séparations généralement acceptables (appelées « zones de consultation ») entre les parcs éoliens et différents systèmes militaires.

Le tableau ci-dessous indique les rayons standard des zones entourant certains équipements spécifiques pour lesquels une consultation entre le promoteur potentiel et le ministère de la Défense nationale est nécessaire.

SystèmesLignes directrices sur les zones de consultation
Radars de défense aérienne militaire et de contrôle de la circulation aérienne

100 km (54 NM) d’un radar de défense aérienne (DA) militaire

100 km (54 NM) de la frontière canado-américaine

80 km (43 NM) d’un radar de surveillance de zone (ASR) de contrôle de la circulation aérienne (ATC)

56 km (30 NM) de rayon de tout aérodrome du MDN (procédures d’approche aux instruments et procédures de vol aux instruments en région terminale [TERPS])

40 km (22 NM) de rayon de tout radar d’approche de précision (PAR) du MDN

16 km (10 NM) de rayon de tout radar secondaire de surveillance (SSR) de contrôle de la circulation aérienne (ATC) du MDN10 km (5 NM) de toute installation militaire

Nos coordonnées

Radars de défense aérienne militaire et de contrôle de la circulation aérienne

Éoliennes
D Disp Op Aéro
1re Division aérienne du Canada
CP 17000 succ Forces
Winnipeg MB  R3J 3Y5

Courriel : +WindTurbines@forces.gc.ca

L’adresse ci-dessus devrait être utilisée seulement pour les demandes d’évaluation technique et d’évaluation des répercussions sur les radars du ministère de la Défense nationale. Toutes les demandes de renseignements du grand public devraient être adressées au ministère des Affaires publiques

Utilisateurs des radios de communication militaire

Courriel : +WindTurbines@forces.gc.ca, à l’attention de la GSF du MDN

Information : Référence

Information technique et coordination Processus entre Éoliennes et Systèmes de radiocommunication et radar du Conseil consultatif canadien de la radio (CCCR) et de l’Association canadienne de l’énergie éolienne (CanWEA)