LA SECONDE GUERRE MONDIALE (1939-1945)

LE SAVIEZ-VOUS?

Le sgt Guy Gratton, du 162e Escadron de l’ARC, qui fait partie du Commandement de l’aviation côtière, en patrouille à partir de Reykjavik (Islande).

Les activités offensives principales se répartissent dans trois catégories : les « rodéos », les « rhubarbes » et les « cirques ».

Les rodéos consistent pour le pilote de chasse à balayer le territoire ennemi afin de pousser les pilotes de la Luftwaffe à prendre les airs pour engager le combat.

Les chasseurs qui exécutent des rhubarbes attaquent l’ennemi au sol, là où cela nuit le plus : les chemins de fer, les usines de munitions, les aérodromes, les lignes électriques et les batteries de canons.

Un cirque est une vaste formation de bombardiers escortée de chasseurs qui franchit la Manche pour aller frapper les nœuds ferroviaires, les aérodromes ou les usines de munitions. Les objectifs consistent à endommager les moyens de communication et les industries de l’ennemi, puis à attirer la Luftwaffe dans les airs où les chasseurs d’escorte peuvent les prendre à partie.

Le lt avn H.G. Uren et le lt avn Bob Bevington, tous deux de l’Aviation royale canadienne (ARC), livrent le premier Mosquito de construction canadienne à la Grande-Bretagne le 13 août 1943. Ils sont membres du Commandement du transport aérien.

PLEINS FEUX SUR… LE CANSO

Le CANSO

S’agit-il d’un Canso ou d’un Catalina? Ce sont de proches cousins et il faut regarder sous le ventre de ces appareils pour le savoir.

Le PBY-5 Catalina, construit par Consolidated, est un véritable hydravion à coque qui ne comporte aucun train d’atterrissage courant, et il ne peut donc qu’amerrir. À partir de 1941, l’Aviation royal canadienne (ARC) affecte des Catalina aux patrouilles anti-sous-marines, mais les retire après la guerre.

Le PBY-5 Canso, construit par Consolidated et utilisé par les escadrons de l’ARC dans le Coastal Command, est un avion amphibie doté d’un train d’atterrissage à roues rétractable, et il peut donc tout aussi bien amerrir qu’atterrir. L’ARC l’a adopté en 1941 et, jusqu’en 1962, il a servi à des activités de recherche et de sauvetage, de levé dans l’Arctique, et de transport.

PLEINS FEUX SUR… LE HANDLEY PAGE HALIFAX

Un Halifax Mk III.

Le bombardier Halifax sert sans doute dans l’ombre de son cousin plus célèbre, le Lancaster, mais c’est probablement le bombardier le plus important du Canada pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le Halifax sert aussi dans le Coastal Command et dans le cadre d’opérations spéciales. Le seul Halifax parfaitement restauré qui existe en Amérique du Nord, soit un Mk VII de la Royal Air Force (RAF) portant le numéro d’empennage NA337, est exposé au Musée national de la Force aérienne du Canada, à Trenton (Ontario). Il a été retiré d’un lac norvégien où il s’était écrasé en 1945, puis restauré avec amour au cours de dix années.

PLEINS FEUX SUR… L’AVRO (CANADA) LANCASTER

AVRO Lancaster

Avec ses quatre puissants moteurs Merlin, le Lancaster est l’un des plus célèbres bombardiers lourds de la guerre.

Pour beaucoup de Canadiens du sud de l’Ontario, le Lancaster fait partie de la vie quotidienne. Au moment où sa production est à son maximum en 1944, l’usine Victory Aircraft Limited, à Malton (Ontario), emploie 10 000 travailleurs, dont environ 2 500 femmes, pour construire 430 Lancaster Mark X destinés au 6e Groupe. L’usine finira par produire un avion par jour.

Victory Aircraft met fin à ses activités en novembre 1945, et l’entreprise devient A.V. Roe Canada Ltd. qui est intégrée au groupe Hawker Siddeley.

L’ARC utilisent les Lancaster jusqu’en 1964.